Prime inflation : voici les Français qui pourront toucher les 100€ promis pour bientôt

La prime inflation ou prime exceptionnelle de rentrée sera versée à compter du 15 septembre 2022. Attention ! ne pas la confondre avec la l'Allocation Rentrée Scolaire (ARS). 

Source : iStock

Afin de lutter contre l’inflation galopante de +6,1% en juillet en France, le parlement a voté, au début du mois d’août 2022, dans le cadre du projet de loi en soutien au pouvoir d’achat, l’instauration d’une prime inflation. Cette prime exceptionnelle de rentrée, ponctuelle, fera l’objet d’un versement en septembre 2022.

Elle est destinée aux Français les plus modestes. 10,8 millions de Français recevront cette prime inflation. Qui est concerné ? Quand sera-t-elle versée ? Explications.

La prime inflation pour aider les foyers modestes

La loi de finances rectificative (LFR) pour 2022 permet de booster le pouvoir d’achat et d’en financer les mesures. Elle  prévoit notamment une aide exceptionnelle de solidarité (AES) dite « prime de rentrée » destinée aux foyers modestes.

Aussi, le gouvernement a mis en place cette prime inflation ou prime exceptionnelle de rentrée, exceptionnellement, pour l’année 2022.

Elle s’adresse aux bénéficiaires des minima sociaux comme le Revenu de Solidarité Active (RSA), l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). Ou l’Allocation de Solidarité aux Personnes Âgées (ASPA), aux Allocataires des aides au logement (APL, ALF, ALS) mais aussi aux personnes touchant la prime d’activité.

Ce dispositif s’adresse donc à la fois aux personnes aux revenus modestes, mais aussi aux étudiants boursiers ou aux personnes âgées précaires et aux Français percevant des APL, explique le site du gouvernement.

Qui peut en bénéficier ?

L’objectif de la prime inflation est de lutter contre les effets de l’inflation sur le pouvoir d’achat des ménages aux revenus les plus modestes.

Aussi, les étudiants boursiers peuvent en bénéficier ainsi que tous les allocataires de la prime d’activité.

En bref, tous « ceux qui souffrent le plus de l’augmentation des prix alimentaires, du carburant ou encore de l’énergie. », sont dans la ligne de mire de cette aide ponctuelle du gouvernement. C’est ce qu’avait indiqué Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, au micro de RTL le 4 août 2022.

Les retraités pourront bénéficier de la prime inflation 2022, à condition qu’ils perçoivent le minimum vieillesse (ASPA). N’oublions pas aussi que, au 1er juillet, à titre rétroactif, la pension de retraite de base sera revalorisée de 4%.

Quel montant et quand ?

Cette aide exceptionnelle de rentrée fera l’objet d’un versement le 15 septembre 2022. Toutes les modalités pratiques, dont la date et les modalités de paiement, feront l’objet de confirmation et précisions dans un décret à paraître.

Cette mesure d’urgence pour le pouvoir d’achat, son montant est de 100 euros par ménage, auxquels s’ajoutent 50 euros supplémentaires par enfant à charge.

Chaque personne éligible recevra donc une prime de 100 euros. Ce versement se fait par la Caisse d’Allocations Familiales (CAF), la Mutualité Sociale Agricole (MSA) ou tout autre organisme en charge de verser des allocations habituelles.

Comment obtenir la prime inflation ?

Si vous êtes éligible, le versement s’effectuera de manière automatique par l’organisme dont vos minimas sociaux dépendent. Aucune démarche de votre part n’est necessaire. Par exemple, si vous percevez le RSA ou l’APL, le versement se fera par votre Caisse d’Allocations Familiales. Si vous êtes demandeur d’emploi, c’est Pôle Emploi qui vous versera la prime.

Quelle est la différence entre l’allocation de rentrée scolaire et la prime inflation ?

Le gouvernement alerte les Français les plus modestes quant au fait qu’il ne faut pas confondre la prime inflation avec l’Allocation de Rentrée Scolaire (ARS). Vous pouvez, bien sûr, percevoir la prime exceptionnelle de rentrée même si vous percevez l’ARS.

L’Allocation de Rentrée Scolaire existe depuis 1974. Ayant fait l’objet d’une revalorisation de 1,8 % en avril 2022, puis de 4 % dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat, l’Allocation de Rentrée Scolaire est toujours versée au mois d’août. Cette année, le versement se fait en deux temps : le 16 août puis quelques jours plus tard pour le montant correspondant à la revalorisation de 4 %. Ce sera donc un complément entre 15 et 16,50 €, selon le nombre d’enfants du foyer.

Le gouvernement accorde l’ARS sous conditions de ressources aux familles ayant un ou plusieurs enfants scolarisés âgés de 6 à 18 ans. Elle est là pour les aider à faire face aux dépenses de la rentrée scolaire. Voici les montants selon l’âge :

  • 376,98 euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans, puis 15,07 euros en septembre. 
  • 397,78 euros pour un enfant âgé de 11 à 14 ans, puis 15,91 euros en septembre. 
  • 411,56 euros pour un enfant âgé de 15 à 18 ans, puis 16,46 euros en septembre.

 

Les conditions

L’éligibilité à l’ARS impose bien sur certaines conditions. Près de 3 millions de familles en bénéficient. Pour y avoir accès, les ressources de la famille ne doivent pas dépasser un certain plafond fixé en fonction du nombre d’enfants à charge. Ce sont les revenus de l’année N moins 2 qui entrent en compte, donc l’année 2020 pour l’ARS 2022.

Elle est là pour les foyers dont les ressources ne dépassent pas le plafond de 25 270 euros de revenu fiscal de référence pour un enfant à charge. Puis, jusqu’à 42 935 euros pour quatre enfants (revenu fiscal de référence 2020).

L’allocation est versée directement par les Caisses d’Allocations Familiales (CAF) ou la Mutualité sociale agricole (MSA).

Quant à la prime inflation, elle, a été votée cette année en riposte à l’inflation. La mesure a également été votée dans le cadre des débats au parlement sur la loi portant mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat. La prime inflation ne concerne que les foyers les plus modestes, qu’ils aient des enfants ou non.