Impôt : le gouvernement ne ferme pas la porte à la taxation des « super profits »

Depuis son premier mandat, Emmanuelle Macron mène une politique libérale qui allège la pression fiscale. Mais un nouvel impôt pointe le bout de son nez.

Source : iStock

Depuis 2017, et son premier mandat, le Président Macron n’a jamais gouverné en s’appuyant sur le fisc. Au contraire, la ligne en vigueur à la République En Marche (LREM) tend plutôt à la libérer les Français de l’impôt. Et ce, pour augmenter leur pouvoir d’achat. Sur ce point, Emmanuel Macron peut d’ailleurs compter sur le soutien de Bruno le Maire. Ainsi, à Bercy, on ne croit plus que taxer soit une solution. Pourtant, devant les superprofits enregistrés au CAC 40 ces derniers mois, la question semble refaire surface.

L’impôt ringardisé par le gouvernement ?

Personne n’aime payer des taxes. Aussi, Macron a su convaincre les Français, en promettant que l’impôt ne pourrait pas être augmenté. Dès 2018, il avait expliqué sa politique. Cette stratégie doit profiter aux entreprises, en leur permettant d’investir plus librement. En 2018, le Président avait donc rappelé cet engagement dans les colonnes du journal La Croix.
« Il n’y aura pas de création d’un nouvel impôt local, ni d’un impôt national, il n’y aura pas d’augmentation de la pression »

Cependant, si les taxes ne font pas rêver, elles restent cruciales pour le budget de l’État. Cela signifie que l’impôt permet de financer de nombreux services publics. Alors que nous sortons d’une crise sanitaire inédite, il faut par exemple penser au budget alloué à la santé. Or, les hôpitaux, mais aussi les écoles ou les collectivités manquent de moyen. Cette situation impacte le quotidien de nombreux citoyens.

Dans ce contexte, réduire l’impôt peut signifier plus de pouvoir d’achat, mais aussi moins d’avantages pour les Français.

Super profits : la colère monte contre les entreprises gagnantes de la crise

Alors que les Français ont de plus en plus de mal à boucler leurs fins de mois, certaines entreprises du CAC 40 vu leurs profits exploser ! Une situation de plus en plus claire, qui crée l’incompréhension à gauche !

En effet, certains commentateurs estiment qu’un impôt devrait venir taxer ces bénéfices records. D’autant plus que les citoyens traversent une période bien rude sur le plan financier. Tandis que Macron a annoncé la fin de l’abondance, certains réclament plus de justice sociale.

Devant l’indignation concernant les profits des grandes entreprises, le gouvernement d’Elisabeth Borne semble revenir sur sa position. Aussi, l’idée d’un impôt pour ces géants qui profitent de la crise, commence à faire son chemin. La Première Ministre a d’ailleurs évoqué ce sujet.
« Personne ne comprendrait que des entreprises dégagent des profits exceptionnels alors même que les Français peuvent être inquiets pour leur pouvoir d’achat. »

Néanmoins, l’exécutif rechigne à indiquer un nouvel impôt. Du côté du gouvernement, on préfère donc réfléchir à d’autres mesures.
“Je pense que le plus efficace et le plus concret pour les Français, c’est quand une entreprise, quand elle le peut, baisse les prix pour le consommateur et donne du pouvoir d’achat à ses salariés. »

Espérons qu’Emmanuel Macron et ses Ministres sauront proposer une politique équitable aux Français. Si un nouvel impôt n’est pas l’unique solution, les citoyens, à bout, ont tout de même besoin de réponses. En effet, l’inflation atteint 6 % et impacte tous les ménages dans leurs achats du quotidien.