Salaires, carburant, primes… toutes ces aides prévues pour faire face à la hausse des prix !

Cette rentrée scolaire risque d’être difficile sans les aides proposées par le gouvernement. Les salaires, la remise sur le carburant… On vous dit tout !

Source : iStock

Cette rentrée scolaire 2022 a lieu dans un contexte difficile pour de nombreux Français. En effet, avec la hausse des prix qui n’a pas eu lieu depuis presque quarante ans. Pour y faire face, le gouvernement a mis en place des aides sur les salaires, le carburant mais aussi des aides pour les familles. Le gouvernement a pour but d’amortir le choc brutal de l’inflation galopante. Pour permettre aux foyers de faire face à cette période défavorable, due à l’explosion des prix, l’exécutif a implanté un certain nombre d’aides financières. Ces coups de pouce pour le pouvoir d’achat cherchent à aider dans plusieurs domaines. On vous dit tout ! 

Plusieurs mécanismes pour les salariés

La prime « Macron »

Tout d’abord, la prime dite « Macron ». Cette dernière a connu une hausse considérable. En effet, elle a pratiquement triplé, passant de 1 000 à 3 000 euros pour chaque salarié qui touche un salaire de moins de trois fois le Smic. Cette prime peut même verser jusqu’à 6 000 euros lorsqu’il y a un accord d’intéressement dans l’entreprise. Mais attention, le choix de la verser ou non repose sur un simple choix. En effet, uniquement l’employeur peut décider de verser cette prime. « C’est à l’employeur de le faire ? C’est à son initiative ? Je n’en ai pas entendu parler dans ma boîte », confie un passant en rigolant, interrogé par TF1. En l’espace de seulement deux ans, plus de 5 millions de salariés ont déjà pu bénéficier de cette aide sur leur salaire. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by David Achache (@adr.expertise)

Les aides grâce aux RTT

Il existe un autre moyen de toucher un peu d’argent. Et ce, avec le rachat des jours de réduction du temps de travail (RTT). Le montant reste le même que la première heure supplémentaire applicable à l’entreprise. « Ce montant peut être fixé par un accord d’entreprise ou d’établissement. Dans ce cas, il ne peut pas descendre en dessous des 10 % de majoration. S’il n’y a pas d’accord d’entreprise ou d’établissement, et à défaut d’accord de branche qui fixe ce taux de majoration, on prend le taux légal, qui est de 25 % », annonce Muriel Besnard, consultante juridique pour la Veille légale – Ressources humaines – Droit social chez ADP, à Ouest France.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Préfet du Gers 🇫🇷 (@prefet.32)

L’épargne salariale

Dans le même esprit, les salariés peuvent également toucher une partie de leur épargne salariale sans conditions. Et ce, jusqu’à 10.000 euros : « Tout m’intéresse. Je peux débloquer 10.000 €, 100.000 € ou 1 million d’euros, je débloque tout ce que vous voulez », ironise une femme au micro de la première chaîne. « Je ne pense pas (en profiter). J’ai plus besoin d’épargner pour ma future retraite », rétorque une autre. Ces deux dispositifs vont, dans un premier temps, s’étaler jusqu’au 31 décembre 2022 pour de nombreux Français, en plus de leurs salaires.

Extension de l’aide pour les automobilistes

Par ailleurs, dès le 1er septembre, la remise sur le carburant va augmenter. En effet, cette remise passera de 18 à 30 centimes par litre. « C’est quelques centimes à chaque fois, mais c’est mieux que rien », avoue un automobiliste. Accompagnée d’autres remises dans certaines stations, le prix du litre de Sans Plomb 95 pourrait ainsi connaître un prix qui passerait sous la barre de l’euro cinquante. 

La retraite et la rentrée

Une autre aide que de nombreux Français attendent reste celle qui tombe à partir du 9 septembre. La revalorisation des retraites sur les pensions de base. En plus de cela, une revalorisation de 4% permet d’aider de nombreuses personnes. De ce fait, pour un retraité qui touche 1 200 euros, cela représente 45 euros supplémentaires. Un montant qui, durant ces moments défavorables, ne semble certainement pas négligeable pour beaucoup. Enfin, la prime de rentrée fera l’objet d’un versement le 15 septembre. Cette aide monte à 100 euros par foyer, avec 50 euros supplémentaires par enfant à charge. Cette aide s’ajoute à l’allocation de rentrée scolaire qui, elle, a déjà fait l’objet d’un versement après sa revalorisation.