Retraite : cette somme que vous risquez de perdre malgré la revalorisation

Le gouvernement français a décidé de revaloriser les pensions de retraite. Or, cette hausse peut quand même laisser les Français en difficultés…

Source : iStock

Une promesse que les Français ont bien retenus, formulée pendant l’entre-deux-tours. Emmanuel Macron, alors candidat à sa propre succession, a fait un engagement devant les Françaises et les Français. En effet, il a promis de revaloriser les pensions de retraite. Le montant de la hausse dépend de la réalité de l’inflation observée. Cette dernière, qui n’a cessé de progresser ces derniers mois, devient de plus en plus compliqué pour les Français. Et elle devient donc de plus en plus lourde à porter pour les retraités. En effet, ces derniers, contrairement aux actifs, ne rencontrent pas les mêmes problèmes quant au pouvoir d’achat. Les actifs ont toujours la possibilité de changer de travail, même si cela peut s’avérer plus difficile lors d’une période de fort chômage. Ou alors, ils peuvent également négocier une augmentation. Deux choses que les retraités ne peuvent pas faire. 

Revalorisation des pensions de retraite : ce qu’il faut retenir

On peut constater que le chef de l’État, Emmanuel Macron, n’a pas attendu sa réélection pour commencer à appliquer sa promesse. En effet, le 1er janvier 2022, les pensions ont subi une revalorisation de 1,1%. Et ce, conformément au modèle de calcul en vigueur. Cette augmentation, cependant, n’a pas été la seule. Au contraire.

Initialement, l’exécutif avait promis une revalorisation de 4% des pensions issues du régime Général. Cette dernière devait devenir effective dès le mois de juillet. Un problème a rapidement causé une attente. En effet, dû au chantier législatif qui a pris un retard conséquent, les retraites renforcées n’ont toujours pas reçu de versements. À compter du 9 septembre, la date de versement de la pension d’août, les retraités pourront bénéficier d’un effet rétroactif depuis juillet. Ce qui aidera beaucoup de personnes pour qui la retraite s’avère difficile avec la situation actuelle. Cependant, cela sera-t-il suffisant afin de réussir à combler l’inflation ? Ou alors faut-il craindre une perte de revenue en raison du phénomène économique actuel ? 

Pension de retraite : Allez-vous perdre de l’argent ?

BFMTV a décidé de faire quelques rappels sur leur site. En tout et pour tout, les retraités peuvent compter sur une revalorisation de 5,1% pour l’ensemble de l’année 2022. Cette valeur correspond aux dernières estimations de l’exécutif. Et ce, concernant l’inflation par laquelle la France se verra frappée d’ici à la fin de l’année. « Nous protégeons intégralement nos retraités contre l’inflation. Les pensions de retraite sont revalorisées de 5,1 % en 2022 : 1,1% en janvier et 4 % depuis juillet », a précisé le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire.

Dans les faits, il reste à réaliser que ces deux revalorisations ne seront pas suffisantes pour réussir à couvrir les dégâts de l’inflation. En vérité, il aurait fallu une hausse des revenus considérablement plus importante ou rétroactive depuis le mois de janvier 2022 au moins. Alors, les retraités se retrouvent donc, au fil de l’année 2022, en perte à cause de l’inflation. Mais de combien ? 

Pension de réversion : combien allez-vous perdre ?

Dans le cadre de sa démonstration, BFMTV a décidé de prendre l’exemple d’un retraité dont la pension, issue du régime général, se trouvait à 1 000 euros mensuels. Ce montant représente sa pension avant les deux revalorisations dont ces derniers doivent bénéficier à terme. À l’issue de celles-ci, sa pension se voit rehaussée à 1 051,44 euros par mois.

Très concrètement, le retraité aura donc gagné 12 374,64 euros supplémentaires sur une période d’un an. Ce qui correspond réellement à une progression de 3.1% sur l’année. Or, comme le poursuit la chaîne d’information, ce chiffre ne représente pas du tout assez pour ne pas souffrir de l’inflation. En effet, l’inflation se voit estimée aux alentours de 5,1% par le gouvernement… Et, selon d’autres organismes comme BFMTV, elle se rapprocherait des 5,5%, par exemple.