Prime exceptionnelle de rentrée : cette date à laquelle l’aide sera enfin versée

En septembre, la prime exceptionnelle de rentrée est versée. Mais combien vont recevoir les bénéficiaires ?

Source : iStock

Pour lutter contre l’inflation, l’État réfléchit à des solutions à très court terme, comme la prime exceptionnelle de rentrée. Cette dernière fait partie des mesures pour améliorer le pouvoir d’achat, validées par le Sénat. On y trouve, par exemple, la revalorisation des minimas sociaux, des pensions de retraites et de la prime d’activité. Mais à combien s’élève très exactement cette prime exceptionnelle ? On vous dit tout !

La prime exceptionnelle de rentrée versée le 15 septembre

Début août, au micro de RTL, Bruno Le Maire parle de cette nouvelle prime qui vient tout juste d’être validée par le Sénat. Le Ministre de l’Économie se montre cependant avare en détail concernant son versement, puisqu’il annonce que ce dernier aura lieu « courant septembre« . Mais une date a finalement été donnée : celle du 15 septembre. Il a cependant tenu à rappeler que, pour lui, cette prime doit servir à « financer les courses alimentaires« , contrairement à l’allocation de rentrée qui est elle prévue pour les courses scolaires. Mais c’est bien les parents qui décideront comment ils souhaitent dépenser cette prime. Car la rentrée scolaire est généralement synonyme de dépenses, parfois très élevées.

À l’origine, le Sénat voulait que cette prime soit versée à tous les travailleurs modestes. Finalement, ce sont tous les bénéficiaires de la prime d’activité, ainsi que toutes les personnes qui sont concernées par les minimas sociaux qui la toucheront. Cette décision est la conséquence du compromis trouvé entre les députés et les sénateurs le 3 août dernier en commission mixte paritaire. Bruno Le Maire se félicite qu’une telle décision ait été prise. « Il était injuste de priver des millions de Français« .

L’enveloppe totale de la prime est de 1.1 milliard d’euros. Chaque personne concernée touchera 100 euros tout ronds. À cette somme s’ajoute 50 euros pour chaque enfant ! Ses fonds ont logiquement été débloqués pour aider les Français en cette période où l’inflation est historiquement en hausse.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

A post shared by Bruno Le Maire (@brunolemaire)

Et hormis la prime exceptionnelle de rentrée ?

On ne peut pas combattre l’inflation avec une simple prime exceptionnelle de rentrée. Le gouvernement a mis en place un certain nombre d’aides pour soutenir le pouvoir d’achat des Français, considérablement fragilisé par l’inflation.

Le 4 août, Bruno Le Maire s’est félicité pour la décision validée par le Sénat. Les sénateurs, la veille, ont adopté en première lecture le second volet des mesures en soutien au pouvoir d’achat. Des mesures qui vont dès lors pouvoir se mettre en place. Les débats ont été animés, longs. Finalement, la revalorisation de 4 % des prestations sociales, des minimas sociaux et des retraites va bien voir le jour. Mais pour la dernière, les délais sont trop courts pour permettre cette augmentation dès le 9 août, comme initialement prévu. En septembre, les retraités toucheront l’augmentation pour le mois de juillet et pour le mois d’août. Le RSA, de son côté, passe de 575 euros à 598 euros.

Les logements n’ont pas été oubliés avec l’augmentation des APL de 3.5 %, tandis que l’augmentation des loyers a été plafonnée à 3.5 % pendant un an, à partir du 15 octobre prochain. Ces mesures ne font pas l’unanimité et ont été massivement critiquées sur les réseaux sociaux. Les internautes reprochent à l’État de jouer avec les chiffres alors que le gouvernement est responsable de la baisse des APL par le passé. Pourtant, la prime exceptionnelle de rentrée devrait en aider plus d’un.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

A post shared by CRIJ Hauts-de-France (@crijhdf)

Une inflation dont le pic ne sera pas atteint avant 2023

Depuis le début de l’année 2022, l’inflation touche tous les pays du monde, avec plus ou moins de force. La France fait partie des pays où l’inflation est la plus faible. Mais, et c’est important, les prix étaient en moyenne plus élevés que ceux de nos voisins européens. Cela explique sans doute, en partie, pourquoi c’est en France que les salaires perdent le plus de valeur. Cette prime exceptionnelle de rentrée reste donc bienvenue.

Ce n’est malheureusement pas encore fini puisque depuis le début de la crise, les économistes sont formels. Le pic de l’inflation ne sera pas atteint avant début 2023. Les prix vont donc continuer d’augmenter d’ici à la fin de l’année. De quoi mettre plus d’un Français dans une situation de détresse financière. Néanmoins, la prime exceptionnelle de rentrée arrive.