Rentrée scolaire 2022 : toutes les annonces d’Emmanuel Macron pour septembre

Alors que la rentrée approche à grands pas, le Président fait quelques annonces... On vous dit tout!

Source : Getty Images

Cela fait déjà plusieurs mois donc que les Français voient leur vie quotidienne bien bouleversée. En effet, depuis le début de cette année 2022, que ce soit à cause des pénuries, du contexte actuel mondial qui en est la source, les rappels produits et surtout l’inflation, la vie devient plus dure. Mais alors que la rentrée se rapproche de plus en plus, le Président a décidé de faire quelques annonces notamment sur les salaires. On vous explique tout ici. 

Une rentrée sans professeurs à cause des salaires

Alors que la rentrée arrive donc à grands pas, le système éducatif est dans un état déplorable. En effet, le manque d’enseignant se fait de plus en plus sentir. Cette année, c’est plus de 4 000 postes qui sont vacants. Il est difficile d’imaginer que les classes ne pourront être à moins de 30 élèves. En cause, le concours qui peut être bien difficile et surtout les salaires. Pour en arriver à ce métier, les enseignants doivent avoir un master puis un concours. Mais les salaires eux ne suivent pas. Et en cette période plus que jamais, les salaires sont très importants. 

Le Président en a pris conscience et a ainsi déclaré que « Malgré le travail exceptionnel de toute la communauté éducative, force est de constater que tout ne va pas bien dans le meilleur des mondes ». Pour changer cela il déclare une « révolution copernicienne » afin de « mieux former » et ainsi « mieux garantir l’égalité des chances en assurant en particulier le remplacement le plus rapide des enseignants absents ». Ce « grand travail collectif » doit prendre place dès la rentrée sur la base du volontariat. 

Le salaire des enseignants supérieur à 2000 euros net pour la prochaine rentrée scolaire

Si Emmanuel Macron a donc bien compris que les salaires, tout comme l’inflation, ne devaient pas rebaisser, il faut aussi voir à les augmenter. Si un enseignant ne roulait déjà pas sur l’or avant, avec les 6,1% d’après l’INSEE d’augmentation de l’inflation, ce n’est pas prêt d’arriver maintenant. Ainsi, il a promis qu’un enseignant débutant ne commencerait pas de carrière « à moins de 2000 euros net » mensuel. C’est donc une revalorisation qui « permettra environ 10 % d’augmentation de la rémunération par rapport au statu quo ». Il y ajoute aussi un « pacte pour les enseignants ». Celui-ci permet sur la base du volontariat toujours de « s’engager dans des missions supplémentaires ». Et ce dans « des actions qui ont dû sensé » et bien sûr payées. 

Le pass culture

Aussi, le pass culture bien que différent des salaires et lui aussi revalorisé d’une certaine façon. Désormais, il pourra toucher plus de jeunes. En effet, il sera valable pour les enfants de la 6ᵉ, et ce, jusqu’à leur majorité. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by RC (@radiococotier)

L’innovation pédagogique pour la rentrée scolaire

Dans ce discours où Emmanuel Macron parle de l’« école du futur », il déclare vouloir mettre « au moins 500 millions d’euros » de fonds d’innovation pédagogique. En plus de l’augmentation des salaires donc, le Président souhaite que « On y met de l’argent, au moins 500 millions d’euros, au plus près du terrain ». Et il doit être « déboursé au plus vite »

“Avenir” en 5ᵉ

Le président a bien compris que de plus en plus d’élèves ont du mal à s’orienter. Alors, il propose un nouveau concept. En effet, il existe le niveau d’études, les salaires, les prix des écoles et même l’envie. Il se trouve alors difficile pour les jeunes de savoir quoi faire de leur avenir. Ainsi, le président propose une demi-journée nommée avenir. Elle sert donc à « donner la chance à tous les enfants de la République de connaître des métiers et des professionnels dans le cadre de l’école, pour pouvoir bâtir leur orientation à venir »

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Laure Brémondy (@laure.te.soutient)

Stages professionnels

Les lycées aussi n’ont pas échappé à cette révolution que souhaite le dirigeant de l’État. En effet, il souhaite “des temps de stage d’au moins 50 %” pour la prochaine rentrée scolaire. Et comme tout travail mérite salaire, ces stages seront rémunérés. « Aujourd’hui, l’écart qu’il y a entre les stages que nous connaissons en lycée pro et ce que touche un apprenti n’est pas soutenable, on va devoir aller vers une convergence de ces dispositifs ». Il confie aussi «revoir en lien avec les régions, la carte des formations, assumer ensemble de fermer celles qui n’insèrent pas et développer celles qui marchent, en créer aussi de nouvelles tournées vers les secteurs qui recrutent »