Impôts : voici les Français qui devraient choisir le taux neutre pour le prélèvement à la source

Quel taux choisir pour le prélèvement à la source pour les impôts ? Voici les options qui s’offrent et leurs avantages pour le contribuable.

Source : iStock

Le fisc détermine le taux de prélèvement à la source en fonction des derniers revenus que le contribuable a déclarés. Ce dernier peut opter pour un taux individualisé ou un taux neutre selon ce qui lui convient. Le choix ne va pas affecter l’impôt final, mais il permettra de mieux gérer les dépenses liées aux impôts. Il est possible de le déclarer, de changer d’option à tout moment. On vous explique tout.

Impôts : pourquoi choisir le taux neutre ?

Le fisc applique automatiquement le taux personnalisé si le contribuable ne fait rien. Un salarié peut demander au fisc de ne pas communiquer le taux de prélèvement de son foyer fiscal. Ce taux peut révéler les autres revenus du salarié à son employeur.

Il peut aussi révéler si le conjoint du salarié gagne mieux sa vie. Si le fisc accepte la demande, l’employeur utilisera un taux neutre sur le salaire mensuel du salarié. Prenons par exemple un salarié qui vit en Métropole avec un salaire net de 3 800 euros par mois.

Pour le salaire compris entre 3 543 euros et 4 134 euros, le taux de retenue pour les impôts est de 13,8 %. Si le salarié est marié, le taux neutre peut s’appliquer sur le seul revenu de l’un des conjoints.

L’effet du taux neutre sur la trésorerie

Le salarié doit bien réfléchir avant de choisir le taux neutre. Ce dernier ne tient pas en compte les charges familiales du salarié ni sa situation. Les impôts sur le revenu calculé avec un taux neutre sont souvent plus élevés que le taux personnalisé.

Une option qui peut coûter cher à l’employé. Toutefois, lorsque le taux neutre est inférieur au taux personnalisé, le salarié est obligé de payer la différence au fisc. Ce dernier risque même de subir des pénalités au cas où le versement du paiement complémentaire est insuffisant.

Pour une personne qui n’a jamais déposé de déclaration de revenus, le chef de l’entreprise appliquera le taux neutre. Il en est de même pour un salarié qui vient d’être embauché si le fisc n’a pas encore transmis de taux personnalisé.

Cela sera pénalisant pour le contribuable puisque le taux neutre correspond à la situation d’un célibataire sans enfants. Pour éviter de payer un surplus de prélèvement, il faut demander le calcul d’un taux personnalisé.

Économies
Source : Pixabay

Ce calcul se base sur une estimation des revenus de l’année en cours et la situation familiale du principal intéressé.

Impôts : pourquoi choisir le taux individualisé ?

Le taux personnalisé du foyer fiscal s’applique souvent aux revenus salariaux des personnes mariées ou pacsées. Cette option ne présente aucun problème en cas de similarité de leurs revenus.

Si la disparité des revenus est importante, celui qui gagne moins est payé un taux coûteux par rapport à son revenu. Avec le taux individualisé par contre, le PAS varie selon le revenu de chacun des conjoints. Pour demander l’application du taux individualisé, il faut faire une demande formelle auprès du fisc.

Quand l’administration fiscale aura transmis le taux à l’employeur, ils devront les appliquer dans les 3 mois au plus tard. Cela n’aura pas d’effet sur la charge d’impôts du couple, mais les participations seront différentes.

Exemple : Un couple marié dont le mari gagne 2 000 euros et la femme 4 000 euros nets par mois. Le taux du couple est de 10,1 % de leur revenu mensuel. Ce taux représente 404 euros de prélèvement à la source pour la femme. Son mari de son côté doit payer 202 euros de PAS.

Économiser sur les impôts
Source : Pixabay

Avec un taux personnalisé, le mari ne devra payer que 5,2 % de son salaire soit 104 euros. La femme, quant à elle, paiera un PAS de 504 euros, soit 12,6 % de son revenu mensuel. La somme de l’impôt retenue reste la même, mais le paiement est bien réparti.

Une option plus bénéfique

Le taux individualisé pour calculer les impôts est plus bénéfique pour ceux qui souhaitent obtenir une augmentation de salaire. L’employeur ne verra pas que le revenu du conjoint du salarié est supérieur à celui de son employé.

Ainsi, il sera plus ouvert à donner une augmentation à son salarié. Au cas où il y a un risque de séparation, le taux individualisé représente un autre profit. Après la rupture, le contribuable n’aura pas à supporter un taux qui se base sur le salaire des deux individus.

Tout comme le taux neutre, le taux individualisé ne s’applique que sur les salaires ou pensions de retraite. L’application de ces taux n’est pas éligible pour les revenus fonciers. Au cas où le revenu du salarié évoluerait au cours de l’année, il faudra demander une modulation à la baisse ou à la hausse du taux de foyer fiscal.

Ensuite, il faut confirmer le souhait de l’application d’un taux individualisé. Ainsi, l’employeur appliquera un nouveau taux individualisé selon le nouveau montant du salaire.