Fraude : voici les 5 arnaques les plus courantes et tous les moyens pour les éviter

Les arnaques se multiplient de jour en jour. Et on ne connaît pas toujours leurs méthodes, rendant difficile le fait de les éviter. On vous dit tout!

Source : IStock

D​​epuis maintenant quelques années, les arnaques par le biais d’Internet ont gagné en sophistication. Leur seul objectif : voler de l’argent à des internautes. Ce vaste phénomène fait de très nombreuses victimes. De ce fait, la liste noire de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) ne fait que croître. En 2021, plus de 100 nouveaux sites web ont rejoint la liste. Ce qui amène le nombre total à plus de 1 300 arnaques. De ces nombreuses arnaques, 5 d’entre elles causent le plus de dégâts. Lesquelles ? Comment les éviter ? On vous dit tout, à l’aide d’une unité d’experts mandatée par le gouvernement.

Arnaques Compte Personnel de Formation (CPF)

Le Compte Personnel de Formation (CPF) constitue un système qui offre la possibilité d’accumuler des droits pour la réalisation d’une formation tout au long de la vie. Pour arnaquer leurs victimes, les arnaqueurs leur transmettent des messages. Ces messages ont pour seul but de les inciter à utiliser le plus rapidement possible le solde de leur CPF. Et ce, sous peine de perdre leurs droits. Ces messages fréquents peuvent se faire par e-mail, par SMS ou même directement par téléphone. Les arnaqueurs orientent ensuite les personnes vers de fausses offres de formations, « engendrant de facto une perte de droits du compte personnel de la victime », précise le groupe de travail. 

Depuis 2019, 15 000 personnes au total ont notamment succombé à l’arnaque au CPF. Pour éviter de tomber dans le piège, il faut garder à l’esprit que les droits accumulés sur le CPF n’ont aucune date de péremption. Il faut de plus se référer exclusivement au site moncompteformation.gouv.fr.

Arnaques des faux placements financiers

En raison de la faiblesse actuelle des taux d’intérêt des principaux produits d’épargne et de la hausse de l’inflation, ce type d’arnaque se développe. L’objectif consiste à orienter les épargnants vers de faux placements financiers. Et ce, afin de pouvoir récupérer l’intégralité de la somme versée. Ces deux dernières années, le nombre de fraudes de ce type a augmenté de 300% selon l’ACPR.

Tout taux de rendement trop attractif doit tout de suite alerter la vigilance des consommateurs. Et ce, puisque « Il n’y a pas de rendement élevé sans risque élevé », souligne le groupe d’experts. Il faut donc bien prendre le temps de passer en revue toutes les informations fournies. Notamment en consultant la liste noire de l’AMF et de l’ACPR.

L’encaissement d’un chèque pour autrui

Sur les réseaux sociaux ou par e-mail, les arnaqueurs prennent contact avec leurs futures victimes. Et ce, en leur demandant d’encaisser un chèque à leur place. En échange de ce service, ils garantissent le remboursement d’une certaine somme. Lorsque les chèques en question arrivent à l’encaissement, ils s’avèrent des chèques faux ou volés. La banque refuse donc d’encaisser le chèque. Cependant, si la victime a déjà transmis l’argent à l’arnaqueur entre-temps, elle risque de perdre son argent.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Luc Retail (@luc.retail)

N’acceptez donc jamais de faire encaisser un chèque pour une autre personne. Pensez alors à prendre les bonnes mesures pour remplir vos propres chèques. Et ce, afin qu’ils ne puissent pas faire l’objet d’un détournement. Il convient donc de les remplir avec un stylo noir. Tout en respectant le fait de ne pas faire d’espaces ou de ratures.

L’arnaque des faux sites du gouvernement

Le gouvernement met gratuitement à disposition de nombreuses démarches en ligne. Et ce, comme la demande d’un acte de naissance ou d’une carte grise par exemple. Pour simplifier cette démarche, il existe également la possibilité de payer les services d’un site internet spécialisé. Cette pratique, tout à fait légale, revient régulièrement aux arnaqueurs pour soutirer de l’argent. 

Ils fonctionnent aussi en imitant les sites gouvernementaux, parfois de manière tout à fait crédible. Pour ne pas se faire piéger, il faut donc se référer au site service-public.fr ou au site du Centre européen des consommateurs.

Les collectes de dons frauduleuses

Les arnaqueurs prennent plaisir à jouer sur la corde sensible. Beaucoup d’entre eux effectuent de fausses collectes de dons en ligne. Que ce soit par l’intermédiaire d’un organisme qui ne dispose pas de l’autorisation de le faire en France. Ou alors d’une enseigne de financement participatif. L’argent déposé dans la cagnotte se voit alors détourner de son objectif de base. 

Seule la vigilance peut vous éviter de tomber dans le piège de ces arnaques. En évitant toutes les campagnes de cagnottes issues de démarchage ou proposées sur des plateformes inconnues.