Électricité, carburants, gaz… voici tous les prix qui vont augmenter à la rentrée

La rentrée voit toujours des changements au niveau de certains prix. Les prix de l'électricité, du gaz et du carburant vont-ils subir des hausses?

Source : IStock

Récemment, sur le territoire français, certains biens ont subi une hausse de prix conséquente. En effet, dû à l’inflation, le prix du carburant ainsi que le gaz et l’électricité ont vu leurs prix grimper petit à petit. Avec la rentrée qui approche à grands pas, certains prix vont connaître des changements. Mais ces derniers vont-ils s’avérer positif ou négatif pour les Français ? On vous dit tout ! 

Les prix du carburant

Si les prix à la pompe ont connu une certaine décrue en août, ils semblent toujours aussi élevés. « Cela diminue trop le pouvoir d’achat », déplore un automobiliste. En effet, la situation actuelle de nos voisins de l’Est a causé un bond important au niveau du prix du carburant. Cette situation a engendré beaucoup de problèmes pour les Français. Particulièrement pour ceux qui utilisent leur voiture pour tous types de déplacements. Les déplacements liés au travail, à l’école ou même pour les courses. Le prix du carburant a connu une forte hausse lors de la première semaine de juin. En effet, le litre des carburants les plus utilisés a augmenté de plus de 13 centimes, et approché le seuil de 2 €. Or, il y a une bonne nouvelle pour la rentrée de septembre.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Val-au-Perche (@valauperche61260)

Le gouvernement, lors de l’adoption de la loi sur le pouvoir d’achat, a installé une remise sur le prix du carburant. Et cette remise passera de 18 centimes à 30 centimes dès la rentrée. Elle ne durera que deux mois avant de retomber à 10 centimes. Pour beaucoup de Français, cette mesure ne couvre pas la hausse, et ils recherchent des mesures plus ciblées. Toutefois, même si le Gouvernement y songe, aucune mesure ne devrait s’appliquer avant la fin de l’année 2022.

L’électricité : un problème pour de nombreux Français

Sur le plan de l’électricité, cependant, le retour au travail se révèle très compliqué. Un agent de change le constate tous les jours. Les prix ne cessent de connaître des augmentations. L’un de ses clients ne parvient même pas à y croire. « Ma mensualité passe de 275,76 euros à 509,27 euros. Jamais je n’aurais imaginé que cela puisse doubler ». Il faut dire que les prix de l’électricité sur le marché ont flambé en à peine un an. Et les prix risquent de « encore augmenter, il n’y a pas de limite », souligne Rémy Rousset, le co-fondateur de la start-up Lite. 

De ce fait, certains fournisseurs ne veulent plus prendre de nouveaux clients. L’un d’eux, Iberdrola, a même annulé 10 000 de ses consommateurs français. Et ce, parce qu’ils se trouvaient dans l’impossibilité de facturer le prix qu’ils avaient annoncé lors du contrat. Face à cette hausse des prix, Engie a donc décidé de proposer un chèque énergie d’environ 100 euros à ses clients les plus modestes. Selon le fournisseur, cette mesure pourrait concerner environ 880 000 foyers.

Le gaz dès la rentrée

En ce qui concerne le gaz, le prix a fait l’objet d’un blocage depuis novembre. Le problème réside dans le fait que ce bouclier tarifaire prend fin à la fin de l’année. Si cela se produit, « le prix du gaz pourrait doubler et l’effet sur le pouvoir d’achat risque d’être extrêmement difficile », annonce François Carlier, le délégué général de l’association CLCV (Consommation, Logement et Cadre de vie). 

Alors, que va faire le gouvernement face à ce problème ? Selon un expert, il semble difficile de concevoir un arrêt brusque des aides implantées sur le territoire français. D’autant plus que le prix du gaz, cette semaine, ne fait que grimper.