Allocation de rentrée scolaire : ce que risquent les parents qui utilisent l’aide pour autre chose que des fournitures

Les personnes opposées à ce type d’aide déclare bien souvent que cet argent ne sera pas utilisé pour les enfants et l’école mais pour les parents.

Source : iStock

Alors que les vacances d’été touchent de plus en plus à leurs fins, les fournitures scolaires sont une source de préoccupations pour de nombreuses familles. En effet, à cause de l’inflation, certaines des fournitures ont augmenté entre 10 et 40% par rapport à l’année passée. Une augmentation considérable et difficile à gérer pour les familles qui ont déjà du mal à joindre les deux bouts. Face à cette situation, le gouvernement qui accorde déjà une allocation de rentrée scolaire a décidé de la revaloriser. En effet, pour qu’elle puisse couvrir les frais de fournitures scolaires il fallait l’augmenter. Mais de nombreuses personnes contre cette aide déclare bien souvent que cette allocation n’est pas utilisée pour les enfants. On vous explique tout ici. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par PEF Annecy (@pef_annecy)

L’allocation de rentrée scolaire, une aide primordiale

Depuis le mois de janvier c’est tout le quotidien des Français qui a changé. Après des années de Covid, désormais, c’est l’inflation, les pénuries et aussi les rappels produits qui viennent changer la vie des Français. Mais face à une telle inflation, les personnes qui n’avaient déjà pas grand-chose pour finir les mois se voient risquer d’entrer dans une situation de précarité. Pour éviter cela, le gouvernement a fait un projet de loi nommée Pouvoir d’achat. Dans celui-ci on retrouve de nombreuses mesures comme la revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire. 

Cette allocation de rentrée scolaire touche plus de 3 millions de Français. Elle est d’une grande aide pour de nombreuses familles. Grâce à elle, les enfants pourront travailler toute l’année dans de meilleures conditions. C’est ainsi que dans le projet de loi proposé par le gouvernement, voté à l’Assemblée Nationale et légèrement modifié par le Sénat, on voit une revalorisation de 4% de nombreuses aides. Et l’allocation de rentrée scolaire ne fait pas exception. Elle profite aussi de 4% de revalorisation

Une allocation qui créé l’opposition 

Mais bien que cette allocation de rentrée scolaire soit une réelle bouffée d’oxygène pour certains, pour d’autres, il en est autrement. En effet, de bien nombreuses personnes qui n’en bénéficient pas sont contre cette allocation. Pour eux, il est évident que l’argent servira pour tout sauf pour les enfants. En effet, pour un enfant entre 6 et 10 ans c’est 392,05 euros. Pour ceux de 11 à 14 ans c’est 413,69 euros et enfin pour les 15-18 ans c’est 428,02 euros

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Eric la Blanche (@eric_la_blanche)

Alors la question semble se poser. Avec toutes ces personnes contre les aides sociales sans restrictions, comment être sûr que cet argent de l’allocation de rentrée scolaire va servir aux enfants et non pour la dernière télé écran plat ? Pour justement mettre fin à ses débats, la plupart du temps rabaissant et très limite moralement envers les bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire, Les Républicains proposent quelque chose. Il s’agit d’une proposition de loi visant à encadrer l’utilisation de l’allocation de rentrée scolaire et à lutter contre la fraude” d’après TF1 Infos. Mais cette proposition ne semble pas énormément plaire aux parents et même au porte-parole du gouvernement. 

Olivier Véran en colère

Olivier Véran n’a pas manqué de réagir sur le sujet de l’allocation de rentrée scolaire. Il a même tweeté à ce sujet. “L’allocation de rentrée scolaire est utile et juste ! C’est une aide précieuse pour 3 millions de familles pour financer les fournitures des enfants et faire face aux dépenses de rentrée. Arrêtons les stigmatisations”. 

Même si pour le moment le gouvernement n’a aucun moyen de surveiller chacun des bénéficiaires de l’allocation de rentrée scolaire, la CAF, elle, mène l’enquête. Et de cette étude ressort des chiffres qui risquent de ne pas plaire. Oui, en effet, tout l’argent n’est pas utilisé pour acheter des fournitures scolaires. Une partie va en effet dans les vêtements de rentrée des enfants. Mais est-ce que cela ne peut pas être considéré comme des fournitures scolaires ? Ainsi l’argument que les parents se font plaisir avec cet argent tombe à l’eau. La CAF révèle que 99% sert aux fournitures scolaires et 95% pour des vêtements pour la rentrée.