Sept à huit : la Toile choquée par le goût étrange de ces saucisses en supermarché !

Un sujet dans l'émission « Sept à huit » fait beaucoup parler sur Twitter. Une boucherie vend des saucisses avec des goûts hors du commun.

Source : iStock

Lors de l’émission du 21 août, « Sept à huit » avait parlé d’une boucherie dans la grande distribution. Le reportage s’est concentré sur un hypermarché qui rencontre une difficulté pendant la période estivale. Cette dernière a capté l’attention des téléspectateurs, mais pour une raison pas très flatteuse. Le sujet est même monté en #TT sur Twitter.

La minute Harry Roselmack

Depuis 2006, Harry Roselmack présente « Sept à huit ». Cette émission de TF1 emmène les téléspectateurs au cœur des évènements sur la société et des derniers faits.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Harry Roselmack (@harryroselmack)

Les reportages que l’on retrouve dans l’émission racontent les histoires et les témoignages de personnes qui sont dans diverses situations. « Sept à huit » occupe les téléspectateurs de TF1 tous les dimanches.

Le 21 août dernier, « Sept à huit » a parlé de la situation des grandes surfaces pendant les vacances d’été. Certains d’entre eux sont souvent face à des difficultés lorsqu’ils sont en manque de personnel. Par ailleurs, les ruptures de stock sont sources d’un grand dilemme.

Un hypermarché dans Argelès-sur-Mer jongle entre ces deux problèmes. Le reportage s’est centré sur cet hypermarché qui est l’un des plus rentables en France. Pendant les deux mois d’été, cette distribution a réussi à augmenter son chiffre d’affaires à 30 % du total annuel.

Pour assurer un tel profit, les RH de l’hypermarché font de leur mieux pour attirer des nouveaux salariés. Dans une séquence du reportage, les téléspectateurs ont assisté à une scène qui montre la démarche des RH. Une recruteuse était en train d’arranger un candidat sur ses horaires de travail.

Lorsque le reportage s’est penché vers le rayon boucherie, les téléspectateurs ont pu découvrir l’existence de certains goûts de saucisses. Cette séquence de « Sept à huit » a fait du bruit sur les réseaux sociaux.

Des saucisses aux goûts improbables

Les charcuteries traditionnelles et la viande se vendaient dans ses rayons. À la grande surprise des téléspectateurs, ils vendent des saucisses à la fraise tagada, à la vache qui rit, ou encore au schtroumpf. Il y a plus de 100 variétés de saucisses aux goûts insolites dans cet hypermarché.

Des recettes hors du commun qui n’ont pas manqué de faire réagir les internautes. L’émission « Sept à huit » a montré deux parents qui ont acheté quelques variétés pour goûter ces saucisses. Ces parents voulaient en faire goûter à leurs enfants, mais ils n’ont pas adhéré.

Un avis bien soutenu par les internautes qui sont écœurés de ces goûts de saucisses assez originaux. La discussion sur ces variétés de saucisses est arrivée sur Twitter avec le hashtags #septahuit.

« Saucisse schtroumpf qui mange ça sérieux » dit un internaute.

De nombreux ont partagé leur avis en utilisant l’émoji dégoût ou vomit. En tout cas, personne ne veut de ces saucisses.

Les aliments étranges à travers le monde

En parlant de goût bizarre, certains pays ont une gastronomie aussi farfelue qu’étrange. Aux Philippines, il existe la cuisson de l’œuf que l’on appelle le balut. Il s’agit d’œufs de canard, mais attention ! Ils se servent des embryons de canard qu’ils vont bouillir vivants dans la coquille. Le balut se mange avec le bec et les ailes de l’embryon.

Si vous avez l’habitude de manger des Guacamoles mexicains, vous n’avez peut-être pas envie de goûter à l’Escamole. Il s’agit ici d’un plat raffiné qui remonte à l’époque des Aztèques. Ce plat est constitué d’insectes, plus exactement des larves de fourmis. Les Mexicains préparent les larves en les faisant sauter dans du beurre ou à la friteuse.

En Islande, le requin fait partie des plats plus ou moins ordinaires. Pour les curieux, il ne s’agit pas d’un requin fraîchement recueilli des eaux.

Les requins Greenland sont toxiques quand ils sont mangés au frais. Il faut donc la laisser fermenter avant de s’en servir pour préparer un plat. Si vous pensez à l’odeur et au goût d’un poisson pourri, sachez que les Islandais les mangent sans problème.

Les autochtones de l’Alaska avaient l’habitude de se servir de l’Akutaq lors des longs voyages. On peut tout y trouver sauf de la crème. Dans la mixture, il y a de l’huile de phoque, de la graisse de renne, et de la neige. Ils y ajoutent de petits fruits et parfois du poisson pour le « goût ».