Pénurie : ces aliments pourraient bientôt disparaitre des rayons à cause… des emballages

Les Français vont devoir s'habituer à voir d'autres aliments être touchés par les pénuries. L'huile de tournesol était le point de départ.

Source : IStock

Allez-vous bientôt avoir du mal à trouver votre canette de soda favoris ? C’est fortement probable. Car quand les aliments ne manquent pas du fait du réchauffement climatique, il manque à cause de la situation actuelle en Europe de l’Est. Les répercussions sont visibles, ne serait-ce qu’au niveau de l’inflation. Il va falloir s’habituer, de toute évidence, à voir des rayons de supermarchés désespérément vides en attendant un retour à la normale. D’autant plus que de nouvelles pénuries nous attendent.

Une pénurie à cause d’un manque d’emballage

À l’heure actuelle, la grande distribution rencontre un vrai problème. Les cartons d’emballage et l’aluminium se font de plus en plus rares. Or, les répercussions risquent de ne pas se faire entendre. Cette pénurie va en engendrer une autre puisqu’il sera bien difficile de se procurer certains produits. C’est en tout cas ce qu’a expliqué Myriam Qadi, chargée d’études à l’institut NielsenIQ, au magazine 60 millions de consommateurs.

« Outre les difficultés liées à la situation en Europe, les matières premières d’emballage impactent la disponibilité de certaines références« . C’est le cas des concentrés d’agrumes et des boissons réfrigérées. Ces boissons seront bientôt indisponibles « à cause des problèmes liés au carton d’emballage et à l’aluminium« . Les canettes de sodas et les jus de fruit en briques sont de plus en plus rares.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @gynkostudio

Une pénurie de verre ? 

Ainsi, le coût de l’aluminium et des cartons d’emballage est plus haut que jamais tandis que leur disponibilité baisse. Mais ce n’est pas tout puisqu’on se demande également combien de temps seront disponibles les bouteilles en verre. La situation géopolitique en Europe de l’Est a conduit à l’arrêt total de sept usines de fabrication de bouteilles en verre. Le marché est donc logiquement mis sous tension.

Il faut aussi se méfier du comportement des acheteurs qui, en craignant de manquer du fait des pénuries annoncées… provoquent la pénurie. C’est pourquoi les magasins ont intérêt à limiter l’accès de certains produits en interdisant aux consommateurs d’en acheter plus que de raison. « même si les achats de précaution persistent, les stocks dans les hyper sont toujours là« . Myriam Qadi indique cependant qu’il est en effet plus difficile de faire ses courses en fin de semaine : « Les rayons sont réapprovisionnés le lundi ou le mardi. Mais les jeudis, vendredis et samedis, on est dans un schéma de rupture totale en magasin. »

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par San Ganesha (@sanganesha)

Le réchauffement climatique ne doit pas être oublié

La situation en Europe de l’Est n’est pas seule responsable des pénuries. Le réchauffement climatique est également coupable. Entre les sécheresses, les pluies intempestives, les hivers moins froids et les étés trop chauds, la production n’est évidemment plus la même. Les agriculteurs doivent sans cesse trouver des astuces pour assurer une bonne production. Les prix augmentent alors, pour leur permettre de survivre, et du fait du manque de production.

Un exemple récent : celui du lait. Pas encore concerné par les ruptures de stock, le lait fait pourtant partie des produits qui pourraient manquer à l’avenir. Pourquoi ? Car les vaches n’ont pas d’herbe à brouter, que les éleveurs puisent déjà dans des réserves très chères de nourriture faite pour l’hiver.

NielsenIQ fait une analyse qui montre bien à quel point la situation est catastrophique pour les grandes surfaces, les supermarchés et les hypermarchés : « Ces ruptures en linéaire représentent sur une année pleine un manque à gagner brut de 3,8 milliards d’euros en hypermarchés et supermarchés. Conditions climatiques, mauvaises récoltes, et autres difficultés de production ont sensiblement accéléré les pénuries de certains produits depuis le début de l’année, et ont mis à mal la disponibilité en linéaire en 2022 » (propos recueillis par le Figaro et tenu par le consultant retail collaboratives solutions, François Laffontan).

Les Français vont devoir s’habituer à voir certains rayons être vides. Ils attendent que le gouvernement prenne enfin des mesures fortes pour l’écologie. Mais visiblement, contrôler les vols en jets privés ne semble pas être la priorité, quand bien même certains patrons d’entreprises ou personnes haut placées abusent clairement et font des trajets en jet comme certains se baladent à vélo.