Une propriétaire expulse les squatteurs pendant leurs vacances, elle est poursuivie en justice…

La problématique concernant les squatteurs fait de plus en plus débat en France alors que les propriétaires n'en peuvent plus.

Source : iStock

En France, les squatteurs sont étrangement protégés par la loi. Cette dernière en oublie les propriétaires, pour la grande majorité pas riches, et qui se retrouvent dans une vraie détresse financière à force de ne plus pouvoir louer leur bien immobilier. À Carcassonne, une propriétaire victime de squatteurs a fait justice elle-même. Mais elle est désormais poursuivie par la justice et risque sept ans de prison pour son action.

Une propriétaire vire les squatteurs de son logement.

C’est la décision qu’elle décide de prendre. Maria n’en peut plus. Propriétaire d’une petite maison dans la banlieue de Carcassonne, elle ne touche pas les loyers depuis des mois. Les locataires sont devenus des squatteurs et refusent désormais de payer les loyers qu’ils doivent payer. Maria craint pour ses ressources financières. Et comme la justice ne peut rien pour elle, car du côté des squatteurs, elle décide d’agir seule. Elle profite du départ en vacances des squatteurs pour agir.

« J’ai vidé la maison, entièrement. Et quand ils sont rentrés de congés, ils ont appelé la police. Ils ont fait un constat d’huissier, j’ai été convoquée et on est en pleine procédure », a-t-elle confié aux journalistes de Cnews. Car Maria décide de rendre publique cette histoire qu’elle estime être lunaire. On sent la détresse dans ses mots.  « J’ai pensé à la trêve hivernale, j’ai pensé à ce qui allait se passer derrière, à l’argent que j’allais perdre surtout. Parce que ça fait déjà 5 mois qui c’est moi qui comble le crédit et eux ne me payent pas. Je me suis dit, je vais me retrouver à plus de 20 000 euros. Je n’étais pas prête à les perdre ».

Les squatteurs n’ont pas payé leur loyer depuis des mois. Pour autant, c’est Maria, aujourd’hui, qui risque gros : 100 000 euros d’amende et sept ans de prison pour avoir choisi de les expulser elle-même. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @oumse_dia_six

La loi protège les squatteurs

C’est le triste constat que font les propriétaires, surpris parfois de voir leur habitation être habitée par des squatteurs. Si ces derniers sont là depuis plus de 48 heures, alors impossible de joindre les forces de l’ordre pour les expulser. Que faire alors ? Il faut réaliser un constat d’huissier, qui permet d’établir le nom des intrus, s’il y a des dégradations… la seule option possible reste par la suite de s’en remettre à la justice, en espérant une procédure d’expulsion rapide. Mais généralement, ces procédures prennent plusieurs mois… voire même années.

« Cette réglementation tient à la jurisprudence qui a établi au fil des ans que les forces de l’ordre ne sont plus habilitées à intervenir au-delà de 48 h pour constater un flagrant délit. D’où la nécessité de saisir le tribunal d’instance pour faire valoir ses droits« , explique Jérôme Maudet, avocat à Nantes, spécialiste de ces questions.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Gilbert Collard (@gilbert_collard)

Le cas des propriétaires à Touche pas à mon poste 

Récemment, une histoire de ce genre a grandement été médiatisée. Tout commence avec une enquête faite par les journalistes du Parisien. Ils entrent en contact avec un couple qui achète une maison mais qui découvre avec effroi que cette dernière est occupée par une famille. Les internautes se rangent massivement du côté du couple et regrettent que la loi protège à ce point les squatteurs. Le couple est invité sur Touche pas à mon poste. Cela devient un vrai phénomène de société. Mais il s’agissait en réalité… d’une arnaque.

En effet, le couple savait très bien qu’ils achetaient une maison déjà occupée. Une vidéo montrant la nouvelle propriétaire avec son contrat de vente, mais sans clé, circule sur les réseaux sociaux. L’agent immobilier explique qu’elle vient de réaliser une vente sans clé car la maison est occupée et que les nouveaux propriétaires vont devoir virer les prétendus squatteurs. Mais ces derniers ont acheté la maison.

Les internautes se retournent finalement contre les acheteurs qui ont voulu se faire passer pour des victimes. Mais cette histoire a au moins le mérite d »avoir interpellé un peu plus le gouvernement concernant la loi qui protège trop les squatteurs.