Retraite et inflation : découvrez toutes les aides qui sont prévues !

Face à la baisse du pouvoir d’achat des Français, la France réfléchit à de nombreuses solutions. Qu’en est-il des aides mises en place pour les retraités?

Source : iStock

Le Parlement a adopté des mesures de soutien en faveur du pouvoir d’achat. Une série de mesures à caractère exceptionnel, destinées à protéger le pouvoir d’achat des Français dans un cadre d’accélération de l’inflation. Ces mesures ont fait l’objet de votes en début d’août 2022. L’inflation bat des records et menace la vie quotidienne des Français. Certains d’entre eux ont déjà dû modifier leurs consommations ou ralentir leurs déplacements. Sous pression, le gouvernement prévoit une série de mesures, contenues dans son projet de loi sur le pouvoir d’achat. Et ce, pour tenter d’amortir le choc, notamment pour les foyers les plus vulnérables. Parmi les plus vulnérables se trouvent les retraités… On vous dit tout ! 

La prime d’urgence à l’inflation ou « aide exceptionnelle à la rentrée scolaire »

Cette mesure, qui représente un coût de 1,1 milliard d’euros pour l’État, aidera plusieurs types de personnes. La prime d’urgence à l’inflation, qui interviendra en septembre, s’élèvera à 100 € par foyer et 50 € par enfant pour les foyers concernés. Certains retraités la toucheront également, puisque parmi les bénéficiaires figurent plusieurs catégories de personnes. Les bénéficiaires de l’Aspa (allocation de solidarité aux personnes âgées), les bénéficiaires de l’AAH (allocation aux adultes handicapés). Ainsi que les personnes percevant l’APL (aide personnalisée au logement).

La prime d’inflation devait initialement profiter aux travailleurs. Cependant, « il n’était pas juste de priver les plus modestes de cette aide qui sert surtout à payer les courses alimentaires » a expliqué Bruno le Maire. Il est le ministre de l’Économie, des Finances et du Redressement productif. Rappelons que le 28 février passé, 12 millions de retraités français ont perçu le premier versement de la prime d’inflation. Cette prime d’une valeur de 100 € s’avère la première de plusieurs. 

Revalorisation de la pension de retraite de base

Le gouvernement a également pris la décision de revaloriser la pension de retraite de base de 4 %. En principe, l’augmentation aurait dû prendre effet dès le mois d’août. Toutefois, elle ne prendra effet qu’en septembre en raison d’un retard à l’Assemblée nationale. La revalorisation s’appliquera donc dès le versement de la pension d’août, prévu le 9 septembre. Quant à la revalorisation de juillet, l’Assurance retraite a précisé qu’elle se fera en même temps. 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Laurent Croizier (@laurentcroizier)

Au total, pour 2022, la revalorisation atteint 5,1 %. En effet, pour rappel, une hausse de 1,1% avait déjà eu lieu en janvier passé. Et Bruno le Maire a fait part, sur son compte Twitter, de son intention. En effet, il souhaite appliquer une nouvelle hausse à partir de janvier 2023 si l’inflation continue d’augmenter. Cependant, ces revalorisations ne compensent pas entièrement l’inflation. Pour une réelle compensation, il aurait fallu une augmentation d’un peu plus de 8% en juillet. Pour les retraites complémentaires, il va falloir attendre encore un peu plus longtemps.

Les minima sociaux revalorisés

Dans le cadre du projet de loi pour le pouvoir d’achat des Français, l’Assemblée nationale a également voté une hausse de 4% des minima sociaux. Cette aide sera rétroactive au 1er juillet 2022. Cela concerne notamment l’Aspa et l’AAH. Concernant cette dernière, la déconjugalisation a également fait l’objet d’un vote. Cela signifie que le revenu du conjoint ne se trouve plus pris en compte. Ceci reste une très bonne nouvelle pour de nombreuses personnes. Il faut noter que le montant de l’Aspa dépend des revenus et de la situation familiale.

Prime d’inflation, revalorisations, retraites… Des mesures insuffisantes ?

Ces différentes aides et revalorisations font cependant l’objet de critiques. Et ce, puisque certaines personnes estiment qu’elles ne suffisent pas à faire face à l’augmentation générale du coût de la vie. Que ce soit dans le domaine de l’alimentation ou de l’énergie et des carburants, les prix flambent. Pour de nombreux foyers français, les dépenses deviennent trop importantes et les fins de mois deviennent difficiles