Rentrée scolaire : voici comment le transport va s’organiser avec la pénurie de cars !

Alors que la rentrée scolaire arrive à grands pas, une pénurie de transport se fait sentir sur le territoire français. Voici les détails.

Source : Capture Facebook

Des milliers de conducteurs de voitures scolaires ne travailleront pas à partir de la rentrée scolaire. Une situation qui inquiète beaucoup les parents. Heureusement, les autorités ne sont pas restées les bras croisés.

Un problème pour les élèves et les parents

Ça y est, il est temps de se préparer pour la rentrée scolaire. On espère que vous avez passé de merveilleuses vacances d’été cette année. Et ce, malgré la présence de l’inflation en France.

C’est donc le moment pour les enfants, mais aussi les parents de repenser à l’école. Cette année, la rentrée scolaire s’annonce plus difficile que les précédentes. Pour cause, il y aura une pénurie de transports dès le mois de septembre 2022.

En effet, il existe 8 000 postes de chauffeurs de cars scolaires vacants pour cette rentrée scolaire. Du jamais vu, comme l’a révélé la déléguée générale de la FNTV, Ingrid Mareschal. Notons que plus de 400 000 élèves pourraient être touchés par cette pénurie. Elle a ajouté que pour cette rentrée scolaire, les postes vacants vont jusqu’à 15 000.

« Nous avons dans le secteur des âges assez élevés, avec chaque année des départs en retraite à remplacer et un peu moins de 10 000 personnes à recruter », a confié Ingrid Mareschal.

Quelle est donc la solution à cela ?

Face à ce problème de transport, les entreprises responsables ne sont bien évidemment pas restées sans rien faire. Que les parents et les élèves se calment donc puisqu’il est possible de limiter la casse.

En effet, Jean-Sébastien Barrault, président de la Fédération nationale des transports de voyageurs, assure que le nombre de cars sans chauffeurs ne s’élèvera pas jusqu’à 8 000.

Le président de la FNTV affirme qu’une mobilisation générale a été faite au sein de l’entreprise. Comme solution, ils ont demandé aux personnels « qui d’habitude ne sont pas mobilisés à la conduite » de conduire.

Il a aussi ajouté que les chauffeurs de tourisme vont devoir faire du transport scolaire. Tout est donc déjà en place à ce sujet. Le seul hic, c’est que les élèves sont contraints de partir plus tôt que prévu jusqu’à ce que tout redevienne en ordre.

Pendant un certain temps donc, le personnel de FNTV vont devoir travailler pendant plusieurs heures, ce qui signifie que leur salaire va aussi augmenter. Face à cette situation, Jean-Sébastien Barrault est conscient du souci dans leur société.

Le manque d’attractivité dans leur secteur viendrait du fait qu’ils recrutent des employés à temps partiel le plus souvent.

Les changements pour cette rentrée scolaire

Cette année, les changements ne concernent pas que les transports scolaires. On a, par exemple, appris que pour 2022, l’option mathématiques est de retour au lycée. Les cours dureront 1 h 30 par semaine en première générale.

Toutefois, pour cette année scolaire, elle est transitoire. Selon le ministre de l’Éducation Nationale, cette matière est facultative. Elle n’est destinée qu’aux élèves de classe de 1ère qui ne feront pas la spé maths.

Mathématiques
Source : Pexels

Pour cette année, il y aura également un petit changement à la cantine. En effet, les prix pourraient flamber de 5 à 10 %. Bien évidemment, cette augmentation de prix est due à l’inflation qui touche la France depuis de longs mois.

Les inquiétudes du ministère de l’Éducation Nationale

Le ministère de l’Éducation Nationale a également fait part de ses inquiétudes au sujet des professeurs d’école. Pour cause, il existe aussi une pénurie des enseignants. En effet, 4 000 postes sont vacants parmi les 20 000 offerts.

Les résultats du concours enseignants montrent que le taux de postes pris est de 83,1 % alors qu’en 2021, cela est allé jusqu’à 94,7 %. La situation est notamment la même au sein des collèges et lycées. Si l’année dernière, le taux s’est élevé jusqu’à 94,1 %, en 2022, il n’est qu’à 83,4 % en 2022.

Ainsi, face à ce problème, les responsables ont percé pour trouver une solution. Il y a donc eu un renforcement du recrutement. Et ce, dans le but que cette rentrée scolaire 2022 se passera à merveille. Le ministre de l’Éducation Nationale affirme aussi vouloir « préserver les capacités de remplacement dans les académies ».

Encore un problème que le gouvernement devrait régler. Déjà qu’il y a quelque jours, les professeurs se sont manifestés avec le hashtag « Pas de rentrée en septembre ».

Pour cause, ils ne sont pas d’accord avec les décisions de Pap Ndiaye par rapport au parcoursup et la rémunération. Il faut donc du courage pour le ministre pour faire face à tout cela.