Rappel produit : ces ailes de poulet vendues partout en France ne doivent surtout pas être consommées !

Le rappel de produit concerne aujourd'hui des ailes de poulet contaminées à la listeria, cette bactérie dangereuse pour la santé.

Source : Capture Facebook

Chaque semaine, les Français sont invités à se renseigner. On pense acheter uniquement des produits sains pendant ses courses, mais ce n’est pas toujours le cas. Pour éviter de manger des aliments contaminés, Il vaut mieux faire attention aux rappels de produits qui expliquent quels sont les aliments concernés par des campagnes de rappel. Aujourd’hui, ce sont des ailes de poulet qui sont concernées. Et pour une bonne raison : elles sont contaminées à la listéria, cette bactérie responsable de la listériose, une maladie qui peut être très grave. 

Rappel de produit de centaines d’ailes de poulet

Les amateurs de volaille doivent aussi vérifier leur frigo. Ce sont des centaines d’ailes de poulet vendues dans les supermarchés en Ile-de-France, dans le Grand Est et dans les Hauts-de-France qui sont concernées. Deux marques sont concernées par ce rappel de produit : Volailles champenoises et Prix futés.  

Pour la première marque, les produits concernés sont les suivants : aileron de poulet Paprika, aileron poulet mexicain, ailes poulet Paprika, et auss des ailes de poulet mexicain, chick’ailes de poulet, chick’ailes mexicain. Ces derniers sont vendus dans les magasins U, Auchan, Leclerc, Carrefour et Intermarché, notamment. Ils sont commercialisés depuis le 5 août et leur date limite de consommation va du 15 au 21 août. 

Pour la deuxième marque, deux recettes sont concernées. Les ailes de poulet à la mexicaine et les ailes de poulet au paprika. Les codes-barres sont les suivants : 3284870714848 et 3284870770004. Les ailes de poulet contaminées sont vendues chez Leclerc, Cora et Carrefour, depuis le 5 août dernier. Leur date limite de consommation va du 12 au 15 août. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @pics.fromthelab

Qu’est-ce la listériose ?

Derrière ce mot se cache une infection causée par l’ingestion d’aliments qui sont contaminés par une bactérie de la famille des Listeria. Cette dernière est seulement tuée par la chaleur. Elle résiste bien au froid et peut donc proliférer au congélateur. Dans une grande majorité de cas, ce sont les produits crus qui sont le plus souvent contaminés. C’est le site du gouvernement qui nous le rappelle en faisant la liste : « fruits et légumes mal lavés, produits laitiers non pasteurisés et fromages au lait cru, viandes peu cuites, produits de charcuterie, poissons fumés et crus, coquillages crus, ou encore graines germées. Il est impossible de reconnaître un aliment contaminé par Listeria, il a la même apparence, le même goût et la même odeur qu’un produit sain« .

Aujourd’hui, cette maladie est aussi rare en France puisqu’on compte uniquement cinq ou six cas pour un million d’habitants. Mais elle est encore létale. Les personnes à risque sont les femmes enceintes, les personnes âgées et les nourrissons.

Les symptômes de la maladie peuvent survenir entre deux jours et deux mois après la contamination. Les premiers symptômes sont proches de ceux d’une gastro, avec des diarrhées, des douleurs abdominales, des troubles digestifs, de la fièvre et des courbatures. Pour les personnes les moins à risque, cela en reste là. On leur conseille aussi simplement de se reposer et de faire tomber la fièvre. Mais parfois, la maladie a une atteinte neurologique (troubles du comportement). Si elle s’aggrave, elle peut provoquer aussi un empoisonnement du sang. 

Les Français en ont marre des rappels de produit 

Aujourd’hui, il est aussi difficile de faire confiance quand on fait nos courses. Tout simplement car les grands distributeurs ne cessent de rappeler des produits. Aujourd’hui, la triste réalité est la suivante : on peut aussi mourir en mangeant une simple pizza surgelée. On fait évidemment référence au scandale Buitoni, puisque certains enfants sont morts et d’autres ont de graves séquelles physiques après avoir mangé des pizzas produites dans de déplorables conditions.

Ce scandale sanitaire a ulcéré Ingrid Kragl, directrice de l’information chez Foodwatch. Elle ne comprend pas comment, en 2022, un tel événement est possible. Interrogée par Le Parisien, elle s’est exprimée ainsi : « On ne parle pas de petites entreprises isolées qui auraient fait une erreur de parcours mais de multinationales qui savent très bien ce qu’elles font. À chaque nouveau scandale, on voit que les mêmes erreurs, les mêmes infractions, la même légèreté se répètent. Les industriels agissent aussi en réaction, non en prévention ».