Une retraitée de 82 ans disparait pendant plusieurs jours, un petit garçon d’un an la retrouve !

La vieille dame de 82 ans portée disparue depuis plusieurs jours a été retrouvée grâce à l’action inattendue d’un petit garçon.

Source : Capture Facebook

Une vieille dame de 82 ans qui souffre de la maladie d’Alzheimer s’est volatilisée pendant des jours en Géorgie. Selon nos confrères chez Démotivateur, l’action inespérée d’un petit garçon âgé d’un an et demi avait permis aux autorités de la retrouver saine et sauve. Les détails dans cet article.

Les circonstances de la disparition

Nina est une vieille dame âgée de 82 ans souffrante de la maladie d’Alzheimer. Elle s’est volatilisé le 9 août 2022 en rendant visite à sa famille. Ses proches expliquent qu’ils n’ont eu aucun signe de vie d’elle depuis qu’elle est partie de la maison. Ce genre de situation arrive fréquemment aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Vielle femme atteinte d'Alzheimer
Source : Capture Facebook

Cette dernière est une maladie évolutive qui attaque le système nerveux. Elle détruit la mémoire et d’autres fonctions mentales importantes. Ce qui fait que le sujet soit désorienté. La grand-mère a dû être en état de démence de la maladie. Elle n’a donc pas pu revenir dans le lieu où elle est partie.

Les autorités se sont organisées pour la retrouver. Mais les recherches n’ont donné aucun résultat. Plusieurs jours se sont écoulés, Nina n’a donné aucun signe de vie. Pas très loin de là, un petit garçon âgé d’un an et demi appelé Ethan s’amuse avec sa maman, Brittany Moore, dans leur jardin.

Le petit garçon s’amusait avec des bulles de savon. Quelques bulles se sont envolées vers le mur de la clôture du jardin. Le petit a couru vers les bulles pour les attraper. Ethan a aperçu quelque chose dans la forêt. Le petit aurait réagi en criant « pied ! » selon sa mère.

Le petit sauve la vieille dame

Après que son fils a crié, Brittany s’est accroupie près de son fils. La femme s’est aperçue d’un corps allongé par terre caché sous les branches.

« Si vous vous mettez à son niveau et que vous regardez à travers la clôture, vous pouvez voir des branches cassées et c’est là qu’elle était allongée. Je ne savais pas si je devais aller voir ou appeler quelqu’un parce que j’avais l’un de mes petits garçons dans le jardin et l’autre à l’intérieur de la maison », a indiqué la mère du petit garçon.

Elle a donc décidé d’appeler les secours. Elle a signalé aux autorités qu’une personne inconnue se trouvait allongée par terre dans la forêt. Arrivés sur le lieu, ils ont reconnu la vieille âgée de 82 ans bien vivante et allongée sur le sol, mais elle semble perdue.

Ils l’ont finalement amenée à l’hôpital pour savoir si elle était en parfaite santé. Les médecins ont donné à la vieille dame l’autorisation de sortir de l’hôpital. Elle a enfin pu rentrer chez elle avec sa famille.

La vieille dame a pu établir un contact avec le petit garçon qui l’a sauvée. Sa famille n’a pas manqué de remercier celui-ci.

« Les anges sont de toutes formes et de toutes tailles », affirmait la fille de la vieille dame contente d’avoir pu retrouver sa mère saine et sauve.

Il sauve la vie d'une vieille dame
Source : Capture Facebook

La nécessité de surveiller les malades d’Alzheimer

Nina a eu énormément de chance d’être retrouvée vivante, d’autres n’ont pas eu cette chance. On compte plus d’une dizaine de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer qui disparaissent chaque année.

La plupart de ces personnes sont retrouvées mortes. Ces malades fuguent de l’établissement où ils sont internés ou de leur domicile. Apparemment, malgré les dispositifs technologiques de sécurité très performants d’aujourd’hui, les malades trouvent toujours le moyen pour s’échapper de leur habitat.

Une vielle femme souffrante de cette maladie s’est par ailleurs échappée de l’établissement ou elle était internée. Celle-ci aurait déambulé 5 jours dans le jardin public de Lyon.

D’après l’association France Alzheimer, si on ne retrouve pas les malades dans les 24 ou 48 heures, il y a peu de chances que celles-ci soient retrouvées vivantes. La principale cause de ces disparitions serait le défaut de surveillance des malades.

« Ce n’est pas de technique ni de caméras que ces patients en besoins, mais de bras, d’yeux et de cœur ! », souligne François Bouniol, le fondateur de Repotel-Clinalliance.

Les familles des malades doivent être constamment prudentes si le malade est sous leur responsabilité pour éviter les risques de disparition comme le cas de Nina.