McDonald’s : cette incroyable astuce permet de faire de GROSSES économies sur votre commande !

En ces temps d'inflation, toute économie est bonne à prendre. Et quand on s'offre un menu McDonald's, si on peut payer moins cher, on prend.

Source : iStock

L’enseigne McDonald’s est concernée, tout comme les autres, par l’inflation. Vous avez sans doute remarqué que les prix avaient augmenté. Depuis le début de l’année, tout est plus cher, et ce sont plusieurs centimes d’euros voire plusieurs euros qui s’ajoutent au prix de base des aliments qu’on achète habituellement. Ceux qui ne sont pas allés dans un restaurant McDonald’s depuis longtemps ont dû être très étonnés par l’augmentation des prix. C’est pourquoi quand on apprend un plan pour faire des économies, on le partage.

Dépensez moins d’argent à McDonald’s 

Cette astuce vous permet de faire une économie de… 50 centimes. On le sait, vous vous attendiez sans doute à mieux. Mais par les temps qui courent, on ne peut pas refuser de faire des économies. D’autant plus que cette astuce n’est a priori pas limitée. Cela signifie que vous pouvez avoir cette réduction de 50 centimes sur toutes vos prochaines dépenses chez McDonald’s. Il suffit de répondre à un questionnaire en ligne. Pour récompenser les consommateurs qui ont pris un peu de temps à répondre aux questions, 50 centimes sont offerts. Il vous suffit de prendre votre ticket de McDonald’s et de vous rendre sur le site pour avoir droit à la réduction.

Pour convaincre les consommateurs, la chaîne de fast-food multiplie les trouvailles. On pense notamment au jeu Monopoly, qui permet de gagner des menus, des sandwichs, mais également des cadeaux plus onéreux et même une belle somme d’argent : 100 000 euros. En ce moment, pour tout achat d’un menu maxi Best Of, un verre Coca-Cola est offert aux consommateurs. Une manière de faire un peu oublier l’augmentation des prix, indispensables pour compenser la hausse du prix des matières premières.

Une cliente porte plainte contre la chaîne de fast-food

Une cliente a eu une bien mauvaise surprise en allant dans un magasin McDonald’s. Tout commence pourtant normalement. La cliente âgée d’une trentaine d’années commande son menu dans un restaurant de la région parisienne. Une fois la commande reçue, elle croque dans son hamburger. Mais elle sent quelque chose de bizarre sous sa dent. Il ne s’agit pas d’un cornichon périmé, mais… d’un lézard, caché sous le steak haché. La cliente n’est pas d’humeur à plaisanter et n’en revient pas d’avoir croqué dans un lézard. Elle se plaint immédiatement auprès de la direction.

Mais les employés n’ont aucune explication. Ils ignorent comment un lézard a pu se retrouver dans son hamburger. Pour se faire pardonner, ils lui proposent 10% de réduction sur sa prochaine commande. Un geste jugé insuffisant par cette femme. 

Une audience est prévue pour 2023 au tribunal de Pontoise. Une enquête interne a été faite par McDonald’s et aucune non-conformité n’a été mise en évidence. La cliente a, de son côté, indiqué avoir vomi le lendemain. Surtout, elle allaite encore son nouveau-né et craint des répercussions pour la santé de son nourrisson. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Foodstuff Mania (@foodstuffmania)

50 ans de McDonald’s en France

L’enseigne n’est plus toute jeune et a fêté en 2022 ses cinquante ans en France. C’est en 1972 que l’aventure débute, grâce à Raymond Dayan, à Créteil, en région parisienne. En effet, et la plaque commémorative scellée sur la façade de McDonald’s de la place des Halles à Strasbourg l’oublie (elle indique que le premier restaurant ouvert est celui de la capitale alsacienne en 1979) c’est Raymond Dayan qui ouvre le tout premier restaurant il y a 50 ans.

50 ans plus tard, on compte en France 1507 restaurants en France pour le leader de le fast-food qui doit faire face à une concurrence très rude, avec notamment Burger King et KFC. Pour fêter cet anniversaire, aucun événement majeur… si ce n’est l’énorme amende que l’enseigne accepte de verser au fisc : 1.25 milliard d’euros.

Dans un communiqué, l’entreprise a indiqué que cet accord « met fin à un litige fiscal et à une enquête judiciaire sans reconnaissance de faute. Il prévoit un règlement financier global correspondant à 100 millions d’euros par an pendant la période concernée ».