Arnaque faux relevé d’identité bancaire : cette terrible escroquerie est la plus répandue !

L’arnaque au faux relevé d’identité bancaire (RIB) fait de plus en plus de victimes. Découvrez comment fonctionne cette escroquerie.

Source : iStock

À la mi-août, RTL a alerté les Français sur l’arnaque au faux relevé d’identité bancaire. La station de radio a dévoilé les chiffres venant du ministère de l’Intérieur sur la fréquence de ce type d’escroquerie.

Depuis fin avril 2022, plus de 300 victimes de cette arnaque ont déposé des plaintes auprès des autorités. Les escrocs ont déjà pu dérober des dizaines de milliers d’euros à ses victimes. On vous explique leur mode opératoire et comment éviter ce type d’arnaque.

Une arnaque simple

Selon Ouest-France, les escrocs ciblent particulièrement les personnes qui louent leur maison pendant les vacances. Tous ceux qui effectuent un virement bancaire sont susceptibles d’être victimes de cette arnaque.

Ouest-France précise que les escrocs visent même les artisans qui règlent une facture ou les versements chez un notaire. En effet, cette arnaque est très simple à réaliser. Pour que leur plan marche, il suffit qu’un pirate informatique intercepte l’e-mail de facturation.

Une chose qui n’est pas difficile pour les escrocs qui utilisent toutes leurs compétences pour arnaquer les autres. Une fois qu’ils réussissent à intercepter l’e-mail, ils changent le RIB. À la place, ils inscrivent leur relevé d’identité bancaire et renvoient le mail au client.

Le client va payer la facture, mais c’est l’arnaqueur qui profitera du paiement. Le cofondateur du cabinet de conseil en cybersécurité Akyl, Éric Schmitlin a expliqué à TF1 le mode opératoire des cybercriminels.

Les arnaqueurs en ligne se démènent pour récupérer l’accès à la boîte mail d’une entreprise. Lorsqu’ils y parviennent, ils font en sorte que les mails qui contiennent le mot-clé « facture » leur soient destinés.

Une arnaque qui coûte cher

Selon nos confrères, les arnaqueurs s’organisent en trois équipes pour effectuer ce crime. La première équipe technique se charge de récupérer les boîtes mails. Ceux qui sont dans la deuxième équipe socialisent pour se faire passer pour l’entreprise.

La troisième équipe va utiliser ses compétences pour blanchir l’argent. Les arnaqueurs utilisent souvent des comptes bancaires piratés. Ils font en sorte de faire disparaître l’argent au plus vite pour que ce dernier ne soit pas identifiable.

Par conséquent, la récupération des sommes perdues est généralement difficile, voire impossible. Selon l’agence d’assurance Allianz, deux entreprises sur trois ont subi au moins une tentative de fraude en 2021.

Les arnaqueurs ne visent pas de petites sommes, mais de grosses sommes et cela coûte cher aux entreprises. Selon les détails de l’étude fraude 2021,33 % des sociétés victimes de fraudes ont perdu plus de 10 000 euros. Le pire, les 14 % ont subi un préjudice supérieur à 100 000 euros.

Demander une confirmation

Il est vrai que l’on fait toujours de notre mieux pour ne pas se faire avoir. Malheureusement, les arnaques en ligne sont de plus en plus difficiles à détourner. La prudence devrait donc être multipliée, surtout lorsque vous communiquez vos coordonnées bancaires.

Pour ceux qui vont effectuer des virements bancaires, il faut toujours s’assurer qu’il s’agit bien de l’identité du destinataire. Le directeur du site gouvernemental CyberMalveillance, Jean-Jacques Latour a donné un conseil.

Si vous devez payer par virement bancaire, pensez à appeler « directement » le destinataire. Ainsi, vous pourrez lui demander de confirmer si c’est le bon numéro. Si jamais les RIB ne s’accordent pas, c’est que des personnes malveillantes ont déjà détourné le mail.

Ce qui est arrivé à Alain, un agriculteur de la région de Château-du-Loir. Ce dernier avait engagé un garagiste pour réparer une remorque d’exploitation. La facture du travail qu’il a reçu par mail au début du mois d’août s’est élevée à 3 300 euros.

Alain a payé la somme due avec le RIB qui se trouvait dans la pièce jointe. Il a effectué le paiement de la facture sans se douter de quoi que ce soit.

Faire attention aux RIB

Alain ne s’est rendu compte de l’arnaque que quelques jours plus tard. Et ce, seulement quand il a découvert que le garagiste n’a jamais reçu le paiement. Les escrocs ont piraté sa boîte mail pour détourner le mail du garagiste à leur profit.

Les arnaqueurs ne se sont pas contentés de cette première attaque. Ils ont encore une fois tenté une autre arnaque aux faux relevés d’identité bancaire, mais la seconde fois, il s’agissait de la facture d’un plombier.

Heureusement qu’Alain s’est rendu compte de l’incohérence du RIB dans le mail. L’agriculteur a expliqué que le RIB dans le mail venait de la Société Générale. Pourtant, son plombier est à la Banque Populaire.

Il s’en est donc méfié et les arnaqueurs n’ont pas pu profiter l’avoir. Les victimes de ce type d’arnaque peuvent porter plainte contre X. Une poursuite n’est possible que si le voleur est identifié, ce qui est souvent difficile à faire.

Les victimes peuvent tenter de demander que la banque rembourse la somme. Et ce, seulement en cas de négligence de la part de la banque dans la confidentialité des données bancaires lors du paiement.