Arnaque : il perd 321 points sur son permis de conduire… la suite est encore plus étonnante !

Cet homme profite d’un bug informatique du permis à points pour mettre en place une arnaque. Découvrez ce qui s'est passé.

Source : iStock

Un résident d’Espagne se sert d’un bug informatique sur son permis de conduire. Il perd des centaines de points sur celui-ci alors qu’il restait valide. Le conducteur profite de la faille durant des mois. Il va même jusqu’à prendre la responsabilité des amendes d’autrui. À un moment, la Guarda Civil s’est rendu compte de la supercherie. Elle met aussitôt fin au système d’arnaque que cet homme a mis en place. Les enquêtes continuent.

Un système d’arnaque qui a duré des mois

Un Arménien âgé de 28 ans est au centre d’un système d’arnaque inhabituel aux infractions routières. Notre homme est un motard de la région de Valence.

Il pouvait accumuler des centaines d’infractions routières sur son compte. Or, il parvenait à garder son permis de conduire comme si de rien n’était.

Il s’agissait d’un bug informatique sur son système de points. Bien évidemment, il ne va jamais faire part de cette faille aux autorités compétentes. Il va même s’en servir durant de longs mois.

Il va donc monter sa petite affaire malhonnête sur Internet en pensant qu’il ne risquerait rien. Son service consistait à prendre la responsabilité des délits routiers des autres conducteurs. En contrepartie, il demandait le même montant que l’amende encourue en plus de 75 à 200 euros supplémentaires.

Le jeune Arménien se déclarait donc coupable des infractions de ses soi-disant clients. Pour ce faire, il n’avait qu’à indiquer qu’il était la personne au volant du véhicule au moment des faits. Il recevait ensuite la notification de l’amende à son compte.

Il accumulait de l’argent ainsi. Malgré tout, ses agissements n’avaient aucune conséquence sur son permis de conduire.

Source : Pexels

Une anomalie inexplicable

Cette faille du système de points a duré pendant longtemps. Une investigation a permis aux autorités de découvrir un détail surprenant. Le jeune homme aurait déjà écoulé 321 points sur son permis. Ce serait donc l’équivalent de ce qu’une trentaine de personnes auraient perdu en une vie.

Si la Guarda Civil n’a pas découvert le pot aux roses, le jeune homme aurait pu entraîner une calamité sociale. Il aurait laissé passer encore plus de conducteurs irresponsables en toute impunité.

Parmi les clients du jeune homme figuraient des particuliers. En revanche, il assumait aussi les amendes de plusieurs véhicules d’entreprises.

L’autorité responsable de l’affaire est tout de même restée perplexe. La procédure normale pour sanctionner les délits ne s’est juste pas enclenchée.

« On se pose tous la question », déclare une source qui travaille sur le dossier.

Source : Pexels

La Guarda Civil a lancé une enquête sur des faits semblables. 91 conducteurs sont suspectés.

Une brèche surprenante dans le système

En abusant du bug informatique, le jeune Arménien a brisé la raison essentielle derrière l’instauration du permis à points. En effet, le permis à points a été créé afin de décourager une conduite irresponsable sur la route.

Comme les conducteurs sont tenus de leurs propres infractions, ils ont tendance à faire plus attention au Code de la route. S’ils ne leur reste plus de points positifs, leur permis de conduire perdrait sa validité.

À chaque fois qu’un conducteur réalise une infraction, celui-ci perd un ou plusieurs points. Le retrait de point dépend du barème des infractions routières.

Toute personne dotée d’un permis de conduire est concernée par le permis à points. Aucune exception n’est normalement admise. De base, les cas exceptionnels comme celui du jeune homme de l’histoire, ne devait pas exister.

Les seules personnes non soumises à un tel système sont les conducteurs de véhicule sans permis de conduire, les conducteurs de scooter 50 cm³, les cyclistes et les piétons.

Tout comme l’Espagne, plusieurs pays d’Europe ont adopté le permis à points :

  • La France admet au total 12 points
  • L’Italie en compte 20
  • L’Autriche admet 3 points au total
  • L’Espagne accepte un capital de 12 points.
  • Etc.

De tous les pays cités, l’Espagne et l’Italie permettent aux conducteurs de bénéficier d’un système bonus. Ces derniers peuvent augmenter leur solde de points. Au lieu d’avoir 20 points au maximum, un conducteur en Italie peut en posséder 30. De même, au lieu d’avoir seulement 12 points, un conducteur localisé en Espagne peut en avoir 15.

Le bug informatique du jeune homme provient probablement d’une brèche sur le système bonus de points. Seul le résultat des enquêtes le dira. En attendant, les autorités espagnoles font leur possible pour qu’un tel système d’arnaque ne se reproduise plus.

Source : Pexels