Alerte : une très grosse pénurie de bouteilles d’eau à prévoir ? On vous explique tout

Dans un avenir proche, les bouteilles d’eau pourraient devenir insuffisantes. La faute à la canicule et au manque de précipitation.

Source : iStock

Vous l’aurez sans doute remarqué, il y a de moins en moins de bouteilles d’eau dans les supermarchés. Le fait est que plusieurs régions sont frappées par des restrictions d’eau. Et ce, à cause du manque de pluie et de la forte température.

Des restrictions d’eau en France

À cause de la sécheresse, de plus en plus de produits viennent à manquer. C’est notamment le cas du lait et de la moutarde. L’eau se fait elle aussi de plus en plus rare. Dans les rayons des supermarchés, on trouve de moins en moins de bouteilles d’eau.

Dirigeons-nous vers une pénurie d’eau à grande échelle ? Telle est la question. Si rien n’est moins sûr, selon Antoine Cardon, il ne devrait y avoir aucun risque. Le fait est qu’il n’y a pas de lien direct entre les nappes phréatiques et la sécheresse.

« Les sourciers et les minéraliers travaillent avec des nappes qui sont des aquifères profonds et qui, du coup, ne sont pas liés aux aléas climatiques au-dessus », a expliqué le délégué général du Syndicat des eaux de source et des eaux minérales naturelles (SESEMN).

David Labat a un avis différent de celui d’Antoine Cardon. Comme il l’a expliqué, le problème d’accès à l’eau sont les conséquences de deux facteurs. Le manque de précipitation et « la multiplication des prélèvements d’eau au cours des années un peu de manière anarchique ».

La pluie vient à manquer

Si l’hydrogéologue trouve la situation critique, pour l’heure, il n’y a pas lieu de s’inquiéter. Les Français ne vont pas manquer d’eau de source ou minérale. Ils devront juste réduire leur consommation. Comme les bouteilles d’eau risquent de se faire rare dans pas longtemps, chacun devra faire un effort.

« Aujourd’hui, il n’y a pas de baisse de niveau dans nos nappes […] Il est hors de question d’aller prélever plus que ce que la nappe peut nous offrir », précise Antoine Cardon.

De son côté, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) pense qu’il faut limiter les prélèvements en eau. Une façon de retarder la survenue de la pénurie en attendant que le climat devienne plus favorable. Plusieurs grosses entreprises ont d’ailleurs commencé à le faire. C’est notamment le cas de la société Nestlé qui dit travailler « à la pérennité des ressources naturelles ».

Contrairement à ce que certains pensent, nos eaux minérales et eaux de source ne sont pas surexploitées. Le gouvernement s’assurant toujours que chaque prélèvement se fasse en bonne et due forme. Si les choses en sont arrivées là, c’est à cause de la forte température et du manque de pluie exceptionnel.

De moins en moins de bouteilles d’eau

Marillys Macé, directrice générale du Centre d’information sur l’eau, s’est exprimée au sujet d’une éventuelle pénurie. Selon elle, la situation est alarmante car presque tous les départements de métropole sont touchés par des restrictions d’eau. La faute aux sécheresses qui se sont enchaînées ces dernières années.

« À cause de celles-ci, les recharges en eau n’ont pas été suffisamment importantes d’une année sur l’autre. Les nappes ne sont pas assez rechargées car il y a eu moins de pluie », a expliqué Marillys Macé.

Comme l’a raconté la directrice générale, entre septembre 2021 et avril 2022, il n’y a pas eu assez de précipitation. Alors que c’est à cette période que les nappes rechargent. Ce qui explique pourquoi la situation est si critique cette année et qu’il y a moins de bouteilles d’eau dans les supermarchés.

Pénurie de bouteilles d’eau : quelles solutions ?

En France, certaines régions sont plus touchées par le manque d’eau que d’autres. En cause ? Elles ne disposent pas de canalisations interconnectées. Pourtant, ces canaux jouent un rôle très important dans l’approvisionnement en eau d’une région.

« L’interconnexion a un grand intérêt dans le service public de l’eau. Grâce à elle, on peut avoir une solidarité entre communes », a expliqué Marillys Macé.

Que faut-il faire alors pour se sortir de la crise ? Selon Marillys, il suffit de gérer convenablement l’eau à disposition. Pour cela, il faut en économiser et pas qu’en été. Du début à la fin de l’année, il faut essayer de gaspiller le moins possible afin de permettre à nos nappes de se recharger.

« On peut faire plusieurs choses. Par exemple, vérifier que nous n’avons pas de fuites d’eau chez soi (…) installer chez soi des mousseurs, certaines mairies aident même à les acheter (…) être raisonnable, les douches ne doivent pas durer plus de quatre minutes », a fait savoir la directrice générale.