Voici comment les moustiques vous piquent et les risquent que vous encourez !

Des bêtes qui piquent, mordent ou lacèrent, il y en a beaucoup en été. Mais dans cet article, on s’intéressera aux piqûres des moustiques.

Source : iStock

Il faut savoir que si les moustiques nous piquent, ce n’est pas pour le plaisir de nous importuner. Du moins, ce n’est pas la raison principale. L’insecte le fait pour d’autres raisons, notamment pour la survie de ses progénitures. Cela n’empêche que sa piqûre peut être douloureuse.

Selon nos confrères de Sud-Ouest elle peut même entraîner des réactions graves. Personne n’aime entendre le son de cette petite bête la nuit au moment de dormir. Allons donc voir ce que l’on risque quand on se fait piquer par un moustique.

Alors pourquoi les moustiques nous piquent-ils ?

Avant tout, il faut noter que ce sont les femelles des moustiques qui nous piquent. Les mâles ne possèdent pas d’appareil piqueur et préfèrent ce qui est sucré. On les distingue des femelles par la présence d’antennes plumeuses sur la tête.

Moustiques
Source : Pixabay

Ce que les femelles ne possèdent pas. C’est non identifiable lorsqu’ils sont en plein vol. Concernant le pourquoi de leur piqûre, il faut savoir que le sang humain est source de protéines. Protéines dont elles se servent pour la maturation de leurs œufs après la fécondation.

Cela dit, le sang ne sert donc pas de nourriture aux moustiques. Il en a besoin pour la naissance de sa progéniture. Autrement dit, si l’on évite leur piqûre, les moustiques femelles auront du mal à mettre au monde de nouveaux moustiques.

Les armes redoutables des moustiques

La femelle du moustique, quand elle pique, use de redoutables armes. Cette arme se compose d’une trompe (proboscis) constituée de pièces buccales vulnérantes (stylets). Au moment de la piqûre, le labium enveloppant les stylets se replie. La trompe du moustique est flexible et atteint facilement le sang.

Les stylets percent et traversent l’épiderme en tâtonnant pour chercher un vaisseau sanguin. La trompe se maintient en place grâce à des maxilles (qui sont des appendices buccaux). En même temps, un autre appendice permet au moustique d’injecter sa salive.

Moustiques
Source : Pixabay

Des substances sont contenues dans la salive du moustique. Ceux-ci évitent aux vaisseaux sanguins de se contracter et de fluidifier le sang. Ce qui empêcherait sa coagulation et l’agrégation des plaquettes qui est l’étape initiale de la cicatrisation. Par la suite, les stylets délimitent le canal alimentaire et le canal salivaire.

C’est par le premier qu’est aspiré le sang et la salive est injectée par le second. À savoir : selon l’espèce, le moustique prélève de 0,001 à 0,01 mL de sang. Et ce, en moins de 2 minutes.

Leur salive déclenche une réaction quasi immédiate

Quand le moustique pique, il injecte par la même occasion sa salive. Celle-ci déclenche une réaction quasi immédiate de la peau humaine.

En effet, des cellules immunitaires, dites mastocytes, sécrètent de l’histamine qui provoque un œdème. Autrement dit, le bouton de moustique. Cette histamine provoque également les démangeaisons et la forte envie de se gratter.

Par ailleurs, la salive du moustique contient des éléments pouvant être allergènes. Par exemple, dans la salive d’un moustique tigre, il y a une quinzaine de composants. Ceux-ci pouvant provoquer une réaction allergique.

Moustiques
Source : Pixabay

Il faut savoir que selon l’espèce de moustique, la composition de la salive varie. Le nombre d’allergènes aussi. Cependant, les réactions aussi varient d’une personne à l’autre. Chaque personne a sa sensibilité individuelle vis-à-vis de la piqûre.

Des risques encore plus graves

Si la piqûre de moustiques n’est pas dangereuse en soi, elle peut l’être pour certaines personnes. Celles-ci peuvent avoir une forte réaction allergique ou de chocs anaphylactiques. Surtout les enfants n’ayant pas encore la tolérance naturelle aux piqûres de moustiques.

Dans des cas très rares, les piqûres provoquent un syndrome de Skeeter. C’est une réaction inflammatoire associée à une fièvre. Parfois, elle est accompagnée de vomissements et de troubles respiratoires.

Par ailleurs, certains moustiques peuvent transporter des virus pouvant être dangereux pour l’humain. Il s’agit notamment du moustique tigre qu’on trouve maintenant partout dans le monde. Ou presque.

Ce moustique peut en effet transmettre le virus Zika, la Dengue ou le virus du Chikungunya. Des virus dangereux pouvant atteindre de nombreux organes. Dans le pire des cas, ils peuvent atteindre le cerveau et provoquer des pathologies graves.