Quelles aides seront versées aux familles après l’allocation de rentrée scolaire ? On vous dit tout

L’État fait de son mieux pour aider les familles. Après l’ARS, les Français peuvent espérer d’autres aides comme la prime exceptionnelle.

Source : iStock

Instaurée afin d’aider les parents, l’ARS a été versée à plus de 3 millions de foyers cette année. Son attribution s’est faite le 16 août. Et à en croire le gouvernement, d’autres aides vont venir la renforcer. Parmi elles figurent la prime exceptionnelle de rentrée. Comme l’ARS, cette prime sera versée aux ménages ayant des revenus modestes.

L’allocation de rentrée scolaire

Plus que quelques semaines avant la rentrée des classes ! Pour les parents, c’est l’une des périodes de l’année les plus redoutées. Le fait est que les dépenses s’empilent par dizaine, et si l’on ne s’est pas bien préparé, on peut vite sombrer. Pour aider les ménages aux revenus modestes à s’en sortir, le gouvernement a instauré des aides financières dont l’ARS.

L’allocation de rentrée scolaire est une aide versée par l’État aux parents afin de soutenir leur pouvoir d’achat. Pour en bénéficier, il faut répondre à certains critères d’éligibilité. Cette année, le versement de l’ARS s’est déroulé le mardi 16 août. Plus de 3 millions de familles ont pu la percevoir.

Une aide versée sous condition de ressources

Tous les ménages ne se voient pas attribuer l’Allocation de rentrée scolaire. Seuls ceux qui remplissent les conditions instaurées par la CAF la perçoivent. En effet, pour pouvoir bénéficier de l’aide, les revenus du ménage ne doivent pas dépasser un plafond. Aussi, l’enfant doit être âgé entre 6 et 18 ans. Il doit également être scolarisé dans un établissement privé ou public.

Notons que si l’enfant suit une instruction à domicile, il est impossible pour le ménage de recevoir l’aide. La CAF a été très claire. Seuls ceux qui sont inscrits dans un établissement ou dans un organisme à distance comme le Cned sont pris en compte. Toutefois, si votre enfant est en apprentissage, vous pouvez tout de même toucher l’ARS. Et ce, si son salaire ne dépasse pas les 55 % du Smic.

Par ailleurs, les ménages avec des ressources dépassant légèrement le plafond instauré par la CAF peuvent prétendre à l’ARS. Ils se verront attribuer une partie de l’allocation s’ils remplissent les conditions suivantes. Leurs revenus doivent être « inférieurs au cumul entre le plafond de l’ARS et le montant de cette aide pour l’enfant ». On parle ici d’ARS différentielle.

Le montant de l’ARS de cette année

Des millions de ménages ont reçu l’ARS en intégralité mardi 16 août 2022. Dans le but d’améliorer le pouvoir d’achat des français, le gouvernement avait procédé à une revalorisation des aides de la CAF. Il a alors été décidé que le montant de l’ARS augmentera de 4 %. Notons que la somme versée aux ménages varie selon le nombre d’enfants et leur âge.

Voici ce que le gouvernement a conclu pour cette année :

  • Enfant âgé entre 6 et 10 ans : 392,05 euros
  • Enfant âgé entre 11 à 14 ans : 413,69 euros
  • Enfant âgé entre 15 et 18 ans : 428,02 euros

Pour ceux qui ne le sauraient pas, il n’est pas toujours nécessaire d’entamer une procédure pour bénéficier de l’ARS. Les parents allocataires et éligibles se voient automatiquement verser l’allocation. Ceux qui ne sont pas allocataires peuvent de leur côté faire une réclamation. Pour cela, ils doivent remplir une demande d’attribution dont le formulaire est à télécharger en ligne.

La prime exceptionnelle de rentrée

En plus de l’ARS, le gouvernement a instauré, pour cette année, une prime exceptionnelle de rentrée. Cette prime sera versée à partir du 15 septembre et atteindra les 100 euros par foyer.

De nombreux français pourront bénéficier de l’aide. Notamment les bénéficiaires des aides sociaules comme l’allocation spécifique aux personnes âgées, l’allocation aux adultes handicapés (AAH) ou le RSA. Ceux qui touchent la prime d’activité ne seront pas en reste. Puisqu’ils recevront aussi un versement complémentaire.

Comme si cela ne suffisait pas, la remise sur le carburant se verra prolongée jusqu’en octobre. Une initiative prise par le gouvernement afin de soutenir encore plus les Français face à l’inflation.

Le bouclier tarifaire sur les prix de gaz et de l’électricité restera aussi jusqu’à la fin de l’année. Une décision qui va sans doute soulager les conducteurs. De plus, une somme s’élevant à 230 millions d’euros sera distribuée de manière à cibler les ménages les plus modestes.