Rentrée : une 8ème vague de Covid-19 « quasi certaine » attendue, selon le Conseil scientifique

Le COVID-19 fait encore de nombreux malades. D’après des experts, la 8ème vague de cette pandémie aura presque certainement lieu à la rentrée… On vous dit tout!

Source : Capture TF1

Le COVID contamine de plus en plus de personnes depuis la fin du mois de juin 2022. Les spécialistes prévoient que d’ici à la rentrée scolaire, les choses risquent de s’aggraver encore. Interrogé à ce sujet, Denis Malvy, spécialiste des maladies infectieuses, a apporté des réponses claires. Ainsi que Brigitte Autran, professeur d’immunologie, qui en a fait autant. Selon eux, les vacances d’été promettent de se compliquer.

Les prédictions déjà faites par Denis Malvy

Selon les dires de l’expert Denis Malvy, la France semble encore « très très loin de la fin de l’épidémie ». En effet, la 8ème vague se montrera à l’automne, et elle pourrait se révéler bien plus dévastatrice encore. Il faut espérer que d’ici là, les chercheurs aient à leur disposition des vaccins plus pertinents.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Gouvernement (@gouvernementfr)

Denis Malvy invite alors la population à reprendre les gestes barrières pour tenter de freiner la transmission. Les réflexes à avoir restent les mêmes qu’avant. Porter un masque dans les lieux fermés et non ventilés, et éviter tout contact avec les personnes malades ou symptomatiques. Selon l’infectiologue, les vacances d’été risquent de se révéler particulièrement compliquées en vue de cette résurgence de l’épidémie.

Brigitte Autran : inquiète pour la rentrée

Le Conseil scientifique a interrompu son activité le 31 juillet 2022. Le Comité de veille et d’anticipation des crises sanitaires lui a alors succédé. Il a pour président Brigitte Autran, professeur d’immunologie. Selon elle, « l’épidémie n’est pas derrière nous ». Le Conseil scientifique a disparu, alors vive le Comité de veille et d’anticipation des crises sanitaires ! 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by mediasinfos (@mediasinfos)

Ce dimanche 31 juillet, après deux ans d’existence, le Conseil scientifique a clos ses activités. La structure mise en place par l’exécutif pour élaborer une stratégie de lutte contre le COVID et dirigée par Jean-François Delfraissy a donc cessé. Il a laissé sa place au Comité de veille et d’anticipation des crises sanitaires dirigé par Brigitte Autran. Brigitte Autran, professeure d’immunologie nommée ce mercredi au journal officiel, a tenu à s’exprimer pour la première fois dans les colonnes du Parisien. Et de manière très claire. 

« Un pic épidémique à la rentrée »

«L’épidémie n’est pas derrière nous ». D’après ses dires, « le scénario le plus probable est celui d’un pic épidémique à la rentrée. Sera-t-il dû à un nouveau variant ou au retour du froid ? Nous ne sommes pas devins, mais il est quasi certain qu’il y aura une vague à l’automne ». Cette fameuse huitième vague constituerait donc un prolongement de la septième. Et ce, en raison de nouvelles variantes qui risquent fort de la porter jusqu’aux fêtes de fin d’année. Au retour du froid, également, qui incite les gens à rester à l’intérieur, ce qui favorise également la contagion. Mais aussi à un faible taux de vaccination (79,6%) qui semble constituer le cheval de bataille de Brigitte Autran et de son équipe de chercheurs.

Alors, comme la 8ᵉ vague semble prévue pour la rentrée 2022, le ministère a introduit un nouveau cadre de protocole sanitaire COVID. Ce protocole comporte trois niveaux de mesures, chacun d’entre eux pouvant s’appliquer en fonction du contexte. Le niveau 1 se déclenche si la situation ne présente pas de caractère critique. Il se traduit par un rappel des mesures barrières et la limitation des grands rassemblements. Le niveau 2 équivaut à une vigilance accrue. Son activation s’accompagne d’un renfort des gestes barrières. Les modalités pratiques de l’EP vont également se trouver modifiées. Le niveau 3 se déclenche si la situation devient très défavorable. Les mesures de restriction se verront renforcées, et une doctrine d’accueil se mettra en place dans les lycées.