Allocation de rentrée scolaire : l’aide jugée trop restrictive ? On vous explique

L’allocation de rentrée scolaire vient d’être versée en partie auprès de 3 millions de familles. Cela dit, est-ce réellement suffisant ?

Source : iStock

L’été s’achève dans quelques semaines, tout comme les vacances scolaires qui toucheront à leur fin. Ainsi, les enfants vont bientôt retourner à l’école. Si certains d’entre eux ont hâte de retrouver leurs camarades de classe, d’autres ne veulent pas encore retourner sur les bancs.

Pour les parents, c’est une tout autre histoire. Pour cause, l’achat des fournitures scolaires est l’une des dépenses les plus considérables de l’année. Vu le contexte actuel d’inflation, l’État a revalorisé l’allocation de rentrée scolaire. N’empêche, cela reste trop restrictif, selon les associations.

La revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire

L’allocation de rentrée scolaire a été versée aux habitants de Mayotte et La Réunion dès le 2 août. Ce n’est que le mardi 16 août dernier que cette aide a été versée en Métropole, aux Antilles et en Guyane. Plus de 3 millions de foyers modestes en ont bénéficié de cette aide. Cette subvention a contribué à acheter les fournitures scolaires des enfants entre 6 à 18 ans.

Johan Jousseaume, responsable du pôle Éducation à la Confédération syndicale des familles (CSF), qui regroupe 250 associations familiales, explique :

« Elle a augmenté cette année de 5,87 % »

L’augmentation est de 5,8 % sur l’ensemble de l’année. La raison à cela c’est qu’en avril 2022, l’État avait fait une revalorisation de 1,8 %. Plus le 4 % que le gouvernement a offert récemment, cela fait un total de 5,8 %. Cela dit, ces hausses restent insuffisantes par rapport au coût de l’inflation qui dépasse les 6 %.

« Un effort notable, même s’il n’atteint pas le niveau de l’inflation », avait ajouté Johan Jousseaume.

Allocation de rentrée scolaire : une aide mal répartie

Cette aide sera versée à plus de trois millions de familles. 4 enfants sur 10 en bénéficieront. Voici la répartition actuelle des montants selon les tranches d’âge :

  • Pour les enfants de 6 à 10 ans 378,98 €
  • Pour les enfants de 11 à 14 ans 397,78 €
  • Pour les adolescents de 15 à 18 ans 411 €
Source : Pexels

Comme vous pouvez le voir, entre les tranches d’âge, il y a une augmentation de 30 euros en moyenne. Or entre un enfant qui entre en CP et un autre qui entre en terminale, le décalage des dépenses est énorme.

La confédération syndicale des familles trouve que ce montant par tranche d’âge est mal réparti. En effet, pour les lycéens, qui portent des vêtements plus coûteux et utilisent des outils numériques, l’ARS est « insuffisante, voire très insuffisante ».

La confédération a aussi dénoncé les surcharges des dépenses selon les lieux de résidence des enfants. Tous les établissements scolaires n’ont pas le même tarif en matière de restauration scolaire, et le transport n’est pas le même selon les lieux de résidence des enfants.

« Il y a des inégalités territoriales », souligne notamment Johan Jousseaume.

L’allocation de rentrée scolaire, une aide trop limitative

La confédération critique aussi les conditions d’obtention de cette allocation. L’ARS est octroyé sur la base des ressources de la famille et selon le nombre d’enfants. Voici les plafonds :

  • Pour 1 enfant à charge : les revenus doivent être inférieurs à 25 370 €
  • Pour 2 enfants à charge : les revenus doivent être inférieurs à 31 225 €
  • Pour 3 enfants à charge : les revenus doivent être inférieurs à 37 080 €
  • Pour 4 enfants à charge : les revenus doivent être inférieurs à 42 935 €

La caisse nationale des allocations familiales (CNAF) indique que « si vos ressources dépassent de peu les plafonds, une allocation de rentrée scolaire différentielle peut vous être versée ». Mais il faut faire la demande.

Par ailleurs, la confédération dénonce le fait que ce plafond est trop bas :

« Nous serions favorables à ce qu’elle soit perçue par davantage de familles, via un rehaussement des plafonds, dit Johan Jousseaume. Aujourd’hui, deux parents au SMIC avec deux enfants ne peuvent en bénéficier. »

Elle critique également le fait que ce plafond est fait selon l’âge et non pas selon le niveau d’étude. Cela représente un gros inconvénient pour les redoublants.

« Les enfants qui ont redoublé sont pénalisés. 5 % ne touchent pas d’ARS en terminale pour cette raison »​, regrette la CSF.

Source : Pexels

La solution des parents face à l’inflation

Jusqu’ici, on a parlé que d’allocations de rentrée scolaire qui est une aide offerte par l’État. Qu’est-ce que les particuliers pourraient faire face à cette inflation ?

Pour joindre les deux bouts, les familles se sont adaptées à la hausse des prix, quitte à limiter les dépenses. Vous pouvez par exemple favoriser la réutilisation d’anciennes fournitures scolaires. Ce faisant, vous allez réduire l’achat de fournitures scolaires neuves.