Amendes : ces 4 raisons possibles pour contester un PV !

Personne n'aime recevoir un PV. Et comme vous êtes malin, vous voulez savoir comment faire pour contester une amende.

Source : iStock

C’est la mauvaise nouvelle qu’on découvre dans sa boîte aux lettres ou directement sur sa voiture. Si vous recevez une amende, c’est que vous êtes, a priori du moins, en tort. Mais ce n’est pas une fatalité. En effet, vous avez 45 jours pour contester un PV. Si la contestation aboutit, vous n’avez pas à payer la somme demandée… qui est parfois conséquente. Alors comment faire pour contester ? Dans quelles circonstances avez-vous le plus de chance de gagner ? On vous dit tout !

Contester une amende concernant le stationnement 

C’est là que vous avez le plus de chance de ne pas payer l’amende. En effet, ce type de PV est annulé une fois sur deux. Le stationnement peut être sanctionné d’une amende dans plusieurs cas. Si vous n’avez pas payé pour la place, si vous êtes mal garé et que cela est dangereux ou gênant… Mais il est possible pour vous de contester l’amende. Et vous avez 45 jours pour cela. Comment ? En tentant de montrer qu’il y a un défaut de signalisation (rien n’indique, par exemple, que la place est payante). Un problème de marquage au sol ou encore un usage légitime d’une place handicapée peuvent également vous aider à faire sauter l’amende. 

Pour cela, il vous faut vous rendre sur le site de l’ANTAI (agence nationale de traitement automatisé des infractions) ou tout simplement d’envoyer une lettre à l’adresse qui est indiquée sur l’avis de contravention reçu. Vous pouvez joindre dans cette lettre tous les documents qui peuvent vous aider à échapper au paiement de la contravention. Dans 50 % des cas, ça passe. 

Quand le radar se trompe 

Si vous avez été flashés par un radar, c’est votre parole contre celle de la machine. Les radars flashent généralement dans deux cas : pour un excès de vitesse et pour le dépassement d’un feu rouge. Là encore, si vous voulez vous défendre, vous avez 45 jours. Et la lettre que vous envoyez pour vous défendre doit être envoyée en recommandée avec accusé de réception. 

Dans la grande majorité des cas, on explique que ce n’était pas vous qui étiez au volet du véhicule au moment où ce dernier a été flashé. Il vous faut alors dénoncer le conducteur qui a dépassé les limites de vitesse autorisées. Parfois, il peut s’agir d’une erreur de véhicule, vous pouvez donc indiquer que vous n’avez jamais dépassé les limites. Dans le cas du feu rouge, vous pouvez expliquer que vous avez dû franchir le feu sans que ce dernier soit vert pour laisser passer un véhicule d’urgence (police, ambulance, pompier). Pour prouver vos dires, sachez que vous pouvez demander la photographie prise par le radar auprès du Centre automatisé de constatation des infractions routières. Cela peut tout simplement être une preuve que vous dites la vérité. 

Une amende pour vitres teintées

En France, il est interdit de rouler une voiture dont le pare-brise et les vitres avant sont teintées. Mais sachez que l’amende qui est laissée pour ce motif est laissée au jugement des agents de l’ordre public. C’est à eux de décider si les vitres sont trop opaques. Cette infraction s’élève tout de même à 135 euros. En outre, ce sont trois points sur le permis de conduire qui sont retirés. Et vous devez évidemment changer vos vitres afin qu’elles soient conformes au règlement.

Mais cette amende peut évidemment être contestée… surtout si vous n’avez pas des vitres teintées. En effet, vous pouvez prouver qu’il y a une erreur d’appréciation et que les vitres sont tout à fait conformes. Cela arrive parfois. En outre, peut-être conduisez-vous avec des vitres teintées car vous n’avez pas le choix, vous avez d’ailleurs un papier médical pour le prouver. Pour prouver votre bonne foi, envoyez une lettre recommandée avec accusé de réception avec tous les éléments qui prouvent que vous êtes dans votre droit.

Vous savez désormais comment faire pour contester une amende. Mais c’est à vous de bien conduire et de bien vous comporter sur la route pour ne pas avoir à faire les démarches nécessaires pour éviter de payer la somme demandée.