Retraite : ces petits plus qui ne seront jamais pris en compte dans le calcul de votre pension !

Certains petits bonus peuvent rendre la vie plus facile. Toutefois, cela ne garantit pas qu'ils compteront pour votre pension de retraite. On vous dit tout!

Source : iStock

Comment faire pour savoir à quoi correspondra votre retraite ? Voilà une question qui trotte dans la tête de tous les futurs retraités, ou du moins certains d’entre eux… Les Français ont une mauvaise connaissance de leurs droits. Et ce, comme le montre le récent rapport que nos confrères de Planet ont consacré à la question. Ils se basent notamment sur les données d’Ipsos-Le Cercle des Épargnants. Il ne faut donc pas s’étonner qu’ils aient des difficultés à estimer le montant futur de leur retraite. D’autant plus, comme nous l’ont expliqué les différents experts contactés par nos équipes, que le mode de calcul peut se révéler complexe…

Pension de retraite : comment calculer le montant ?

En pratique, le calcul du montant de la retraite repose sur plusieurs facteurs… Et il peut se révéler relativement facile à comprendre, si tous les indicateurs passent au vert. Dans le cas d’une retraite à taux plein et avec tous les trimestres exigés pour en bénéficier, la formule de calcul reste simple. Et ce, comme l’indique La retraite en clair sur son site internet. Le montant de la pension équivaut à 50 % du salaire annuel moyen (SAM). Ce dernier, comme nos confrères Planet l’ont alors précisé, correspond à la moyenne des 25 meilleures années de la carrière.

Par ailleurs, la pension de retraite définitive comprend deux sources de revenus distinctes. La pension du régime général et celle du régime complémentaire. Mais également, dans certains cas, celles du régime supplémentaire. La pension de retraite dépend du nombre de trimestres cotisés au régime général. Et ceci reste acquis en travaillant et en étant rémunéré. Il suffit de valider 150 fois le SMIC horaire sur une année pour acquérir un trimestre de cotisation. Cependant, certaines cotisations ne permettent pas de valider ces droits à la retraite

La source des revenus qui ne sont pas pris en compte

L’intéressement pour la retraite

L’intéressement n’est pas soumis aux cotisations, précise l’Assurance retraite dans les colonnes de Notre Temps. Cela signifie qu’elle ne se traduit pas par la validation de trimestres. Et donc ne compte pas pour le calcul du montant de la pension.

Certaines primes exceptionnelles

La plupart des primes peuvent faire l’objet de cotisations. Cela signifie qu’elles donnent la possibilité d’acquérir des droits à la pension de retraite. Toutefois, ce constat ne correspond pas toujours à la réalité, bien au contraire ! Des primes exceptionnelles, comme la prime « Macron », ne donnent pas lieu à des cotisations et ne permettent donc pas de générer des droits à pension.

Travail clandestin ou dissimulé

Par essence, le travail clandestin ou dissimulé ne fait l’objet d’aucune déclaration. Cela implique que les Françaises et les Français qui l’exercent ne versent pas de cotisations sur les revenus qu’ils perçoivent. Dans ces cas-là, ils ne génèrent donc aucun droit à la retraite.

Le travail d’utilité publique n’aide pas votre retraite

En théorie, le travail d’utilité publique ou travail collectif (TUC) permet de bénéficier de l’ouverture de droits à la retraite. Cependant, précise Capitales sur son site, la rémunération qui les accompagne se révèle le plus souvent trop faible pour permettre l’acquisition de trimestres de retraite. Sur une longue période, cela peut conduire à une réelle diminution des revenus de la carrière.

Les contrats aidés

Les contrats aidés, affirment nos confrères, suivent la même logique que les travaux d’intérêt général. Par conséquent, les travailleurs font face aux mêmes problèmes.