Cette raison pour laquelle un couple doit plus de 26 000 € à la CAF, c’est le choc !

La CAF a dénoncé un couple qui, en annonçant être séparé alors que ce n'était pas le cas, a empoché 26 000 euros en cinq ans.

Source : iStock

En France, les aides sociales versées par la CAF dépendent évidemment de la situation. Plus cette dernière est précaire, plus les aides versées sont conséquentes. Et quand deux individus sont en couple, ils perdent des aides sociales, surtout si le conjoint gagne de l’argent. Soucieux de ne pas se retrouver avec un pouvoir d’achat, un couple a fait semblant d’être séparé pendant cinq ans afin de toucher des aides qu’il n’aurait pas reçus sinon.

Une arnaque bien rodée… mais finalement découverte par la CAF

Cette histoire concerne une femme de 40 ans, sans emploi, et son conjoint, un chauffeur routier de 38 ans. Entre 2013 et 2018, ils prétendent à la CAF être séparés. Mais en réalité, ils étaient encore ensemble. Pourquoi un tel mensonge ? Car cette fausse déclaration leur permet de toucher, chacun de leur côté, plus d’aides sociales. En étant considérés comme en couple par la CAF, ils auraient touché moins d’aide. Mais en l’état, ils ont touché le RSA (Revenu de solidarité active), les allocations familiales, les APL (aide personnalisé au logement), ainsi que les primes exceptionnelles…

Or, sur cinq ans, c’est 26 523 euros qu’ils ont touchés en plus de ce qu’ils auraient réellement dû avoir. Quand la CAF s’en est aperçue, elle n’a plus versé d’aides. Elles servent à rembourser ce trop-plein. Actuellement, le couple est libre. Mais les deux arnaqueurs devraient prochainement être entendus par les services de police.

Ce n’est pas la première fois que des personnes essaient de jouer avec la CAF en mentant sur une situation pour toucher plus d’argent. Et parfois les sommes touchées sont encore plus impressionnantes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Déclic Brioude (@declic.brioude)

Une famille détourne 60 000 euros à la CAF

Vous avez bien lu. On, vous l’a dit, les sommes sont parfois délirantes. Pendant plus de trois ans, la famille reçoit des aides sociales. Mais ce bonheur ne dure pas. Tout simplement car ces aides, la famille ne devrait pas les toucher. En effet, la CAF se rend compte que les membres de la famille… ne vivent pas en France. Sur le papier, il est annoncé que la famille réside à Sallaumines, dans le Pas-de-Calais. Mais en réalité, c’est au Maroc que se trouve sa résidence.

Pourtant, du 1er janvier 2017 au mois de juillet 2020, la famille qui ne vit pas en France profite de 41 210 euros d’allocations familiales et d’allocations de rentrée. Elle touche, en plus, 15 000 euros d’APL, 3512 euros de RSA. Sans parler des primes de fin d’année (près de 1000 euros). En tout, la famille marocaine a touché 61 532 euros… sans avoir droit à un seul euro. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par CSC (@lacsc)

Les aides augmentées du fait de l’inflation 

Les quelques malins qui veulent tenter de faire la même chose sans se faire avoir vont sans doute être plus nombreux. Pourquoi ? Car les aides augmentent, afin d’aider les Français à lutter contre l’inflation. C’est à partir du mois de septembre que ces aides de la CAF vont augmenter, de 4 % pour la prime d’activité, et de 3.5 % pour les APL. Le RSA augmente également et sa valeur maximale est désormais proche des 600 euros. Si cette hausse des aides est une bonne nouvelle pour les bénéficiaires, on aurait tort de se réjouir.

Cela veut tout simplement dire que l’inflation est telle que le pays est obligé de trouver des solutions pour aider les plus démunis. En France, alors que c’est loin d’être le pays européen le plus touché par l’inflation, le salaire a perdu en valeur plus que dans tous les autres pays d’Europe. Le pouvoir d’achat des Français est historiquement bas et cette hausse des aides reste inférieure à la hausse de l’inflation, à plus de 6 %. 

Les économistes pensent que le pic de l’inflation aura lieu en 2023. Les prix devraient continuer à augmenter jusqu’à la fin de l’année, et l’inflation pourrait atteindre le seuil des 10%, avant de diminuer dans les mois qui suivent, l’année prochaine. La situation est désormais plus que précaire pour des millions de personnes.