Arnaque : cette astuce des escrocs pour avoir des médicaments très onéreux !

Alerte! Les pharmaciens ont été appelés à une forte vigilance pour faire face à cette arnaque… On vous dit tout!

Source : iStock

La Carte Vitale, lancée en 1998, offre à tous les assurés sociaux la possibilité de bénéficier du remboursement de la part de la Sécurité Sociale dans leurs dépenses de santé. Cette carte leur donne également la possibilité de procéder à des envois par voie électronique à la sécurité sociale. Et ensuite, à leur assurance maladie complémentaire. Malheureusement, l’arnaque aux ordonnances existe bel et bien. Dans cet article, nous verrons donc exactement cela.

Une arnaque très fréquente

Les fausses ordonnances médicales paraissent beaucoup plus fréquentes qu’on ne le croit. Confectionnées sur un ordinateur, volées dans le cabinet d’un médecin lors d’une visite ou contrefaites en modifiant la date d’expiration. Toutes les possibilités existent. Mais depuis quelques jours, un compte Telegram propose d’offrir de l’argent afin de récupérer les médicaments. De fait, c’est Charles Prats, auteur de nombreux ouvrages qui dénoncent la fraude sociale, qui a divulgué cette arnaque il y a quelques jours.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by ZEMZEM PUB (@zemzempub)

Une vidéo partagée sur l’application de messagerie Telegram, convie les personnes bénéficiaires de la couverture maladie universelle (CMU) à gratter un petit peu d’argent. La vidéo contient de la musique rap, une lumière verte clignotante d’une pharmacie et un sourire hilarant d’un médecin à barbe blanche. Cependant, le compte en question prévoit 200 à 1000 euros par jour pour la quête de médicaments. Comme il le dit, le plan est bon marché.

200 euros pour une boîte d’anticancéreux

Pour faire le point, nos confrères de Libération ont effectué le test. Et une heure après la première prise de contact, la réponse ne laisse aucun doute. Ils ont proposé 200 euros pour acquérir une boîte de médicaments anticancéreux. Considérée comme une fraude à la Sécurité sociale, l’arnaque à l’ordonnance entraîne une sanction sévère de la part de la loi. Toute personne qui obtient un médicament en émettant une fausse ordonnance encourt jusqu’à cinq ans de prison. Ils devront aussi payer une amende qui peut atteindre 375 000 euros, selon le Code pénal.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Ubinect (@ubinect_logiciel)

Quant à la complémentaire santé, elle peut réclamer au coupable le remboursement des montants qui lui ont déjà été versés. Elle peut même supprimer le contrat d’assurance maladie de l’arnaqueur. En d’autres termes, les arnaqueurs encourent de gros risques. D’autant plus qu’ils ne se limitent pas à envoyer des gens se procurer des médicaments. Ils les commercialisent ensuite sur Internet ou dans d’autres pays. Ainsi, la peine peut s’avérer encore plus importante.

L’e-prescription pour éviter les arnaques

La numérisation des ordonnances devrait contribuer à remédier à ce problème. Et selon ce que nous savons, cette mesure entrera en vigueur dès 2022. Elle s’inscrit dans le contexte de la transformation du système de santé. En plus de diminuer le risque d’arnaque, ce projet a pour objectif de simplifier la délivrance et le partage des ordonnances entre les acteurs de la santé. 

En outre, le fait de rendre la Carte Vitale biométrique permettrait également de limiter les arnaques. Cela rendra plus difficile les arnaques mais également les utilisations frauduleuses pour la commercialisation des médicaments onéreux. Reste à savoir si cela fonctionnera ou non. L’affaire est donc à suivre