Une femme enceinte de 7 mois apprend qu’elle est allergique à son propre foetus, c’est le choc

Couvert de plaques et de cloques, une femme briatnnique de 32 ans a été stupéfaite de découvrir qu'elle était allergique à son propre bébé.

Source : iStock

Du jamais vu ! Beaucoup de choses se passent sur le corps d’une femme lorsqu’elle est enceinte. Néanmoins, être allergique à son propre bébé est un cas très rare. Pourtant, cela a bel et bien existé. C’est une jeune femme britannique qui l’a expérimentée lorsqu’elle était enceinte de son second enfant.

Elle a tenu à partager son histoire afin de sensibiliser les autres femmes. Être enceinte est la plus belle expérience dans la vie de beaucoup de femmes. Toutefois, celle de cette femme n’a pas du tout été du bonheur. En effet, sa grossesse a été un véritable cauchemar pour elle.

La femme remarque des plaques rouges

À 32 ans, Fiona Hooker, est impatiente d’attendre l’arrivée de son second enfant. De toute façon, le temps passe, tout s’est bien passé jusqu’à son septième mois de grossesse. Elle a commencé à sentir une irritation au niveau de son ventre. Lorsqu’elle l’a regardé, elle a remarqué des plaques rouges boursouflées.

Femme
© iStock

Ces plaques provoquent une démangeaison comme « des piqûres d’ortie ». La jeune femme a tout de suite trouvé cela bizarre, car elle n’avait pas eu cela lorsqu’elle était enceinte de son premier enfant. D’autant plus que la démangeaison s’aggravait de temps en temps.

Elle a alors décidé d’aller consulter son dermatologue, mais ce dernier lui a dit que ce sont seulement des symptômes liés à sa grossesse.

Les démangeaisons s’aggravent

Toutefois, les démangeaisons ne s’arrêtaient pas. À 35 semaines de sa grossesse, elle est allée aux urgences, car elle ne supportait plus l’irritation sur son ventre. On lui a alors prescrit des corticoïdes à voie orale. Cela avait calmé les irritations jusqu’à deux jours avant son accouchement.

Une fois que son bébé est né, en bonne santé en plus, la jeune femme espérait que ses démangeaisons allaient s’atténuer et disparaître. Pourtant, ce n’était pas le cas, 24 heures après son accouchement, les plaques rouges sur son ventre se sont transformées en cloques. Et elle avait presque partout sur son corps, ses cuisses, ses bras et sa poitrine. Une situation qui a beaucoup fait souffrir la jeune femme.

« Si je les grattais, cela faisait du bien et faisait temporairement partir la démangeaison, mais j’avais la peau ensanglantée, très douloureuse, et les cloques revenaient par-dessus. Ne serait-ce que porter mon fils me faisait très mal », a-t-elle témoigné.

Femme
© Pixabay

« Le sentiment d’avoir été allergique à mon propre bébé »

C’est après avoir fait un diagnostic que les médecins ont su ce qui n’allait pas chez la jeune femme. En effet, elle était atteinte d’une maladie rare appelée pemphigoïde gestationis.

C’est une dermatose bulleuse auto-immune, rare et spécifique, atteignant les femmes enceintes. Elle survient au deuxième ou au troisième trimestre de la grossesse et se caractérise par une éruption prurigineuse maculopapuleuse.

« Quand j’ai été diagnostiquée, cela a été un choc. D’abord, parce que c’est une affection rare et qu’elle me tombait dessus. Ensuite, parce que j’avais le sentiment d’avoir été allergique à mon propre bébé. C’est horrible pour une mère ! », a-t-elle déclaré.

La jeune femme a continué son traitement à base de corticoïde administré à voie orale et cutanée. Après six mois, les plaques ont disparu. Toutefois, elle peut réapparaître lors de sa période menstruelle, car certaines hormones, principalement les œstrogènes, pourraient la déclencher.

Fiona et son mari ont aussi décidé de ne plus avoir d’enfant, car la maladie pourrait se manifester de nouveau et d’une façon encore plus grave.

Les jeunes ne veulent plus avoir d’enfants

Ce n’est pas seulement Fiona et son mari qui ont décidé de ne plus mettre au monde un enfant. Beaucoup d’autres personnes, de nos jours, ont fait le choix de ne plus avoir d’enfants. Notons que nous serons 8 milliards d’humains sur Terre d’ici novembre 2022.

D’après une étude, 6,3 % d’hommes et 4,3 % de femmes ne souhaitent pas enfanter. Les raisons sont diverses, il y a ceux qui veulent s’investir sur autre chose qui lui tient à cœur qu’à un autre être humain. D’autres estiment que le monde va mal, et que c’est une absurdité et égoïste de vouloir faire naître un enfant.

Et vous ? Qu’en pensez-vous de cela ? Voulez-vous toujours devenir mère ? Vous pouvez donner votre avis.