Rappel conso : ce produit phare pour le petit-déjeuner rappelé d’urgence, les magasins concernés

Carrefour, Leclerc et autres devront rappeler ces lots de biscottes. Ces derniers font l’objet d’un rappel produit pour défaut d’étiquetage.

Source : Capture Facebook

Rappel conso a vraiment du travail ces temps-ci. Un autre incontournable des supermarchés fait l’objet d’un rappel produit. Et ce, après les nuggets de poulet, les pots de glace, les chips et les framboises, entre autres.

Il s’agit d’un lot de biscottes de la marque Lu – Heudebert. Il semblerait que ce soit pour défaut d’étiquetage. En effet, ceci ne permettrait pas de connaître la présence de sésame dans les ingrédients.

Une nouvelle qui gâche le plaisir des adeptes

Les Français et le pain, c’est une histoire sans fin. On pourrait même dire que le pain fait partie de l’identité française. Mais un petit déjeuner sans biscotte, c’est rare en France. En effet, c’est l’un des produits incontournables des habitants de l’hexagone. Biscottes et confiture, le combo parfait pour les matinées.

Cependant, une nouvelle risque de gâcher le plaisir des adeptes de ce produit. En effet, un lot de ce dernier fait l’objet d’une campagne de rappel produit. C’est un rappel national touchant un lot de la marque Lu – Heudebert. Les distributeurs de ce produit devront donc retirer ce lot de biscottes de leur point de vente.

Les détails du produit produit

Plusieurs grandes enseignes vendent ces produits à travers la France. Pour n’en citer que quelques-uns, Carrefour, Monoprix, Leclerc, Franprix sont dans la liste. Ces enseignes les ont mis en vente depuis le 30 juin 2022. Et maintenant, ils devront enlever ces produits de tous leurs points de vente en France.

Vendues également chez Intermarché, ces biscottes portent le code-barre 76222104166229. On les trouve dans des paquets de 300 g (96 % de céréales). Le lot en question est le OGV0522453. Ce lot devait durer au moins jusqu’au 31 décembre 2022. Toutefois, une erreur d’étiquetage en a décidé autrement.

La raison du rappel produit

Défaut d’étiquetage, voilà la raison que Rappel Conso évoque. L’étiquetage de ce produit n’indiquerait pas la présence de sésame dans la liste d’ingrédients. Une liste que l’on peut voir sur l’emballage. Il est gens qui sont allergiques au sésame.

Voilà pourquoi ces biscottes de la marque Lu – Heudebert font l’objet de ce rappel produit. Qui dit rappel produit dit précautions. En effet, bien que les Français adorent les biscottes, ils devront s’en méfier. Surtout ceux qui sont allergiques au sésame. Le site gouvernemental recommande de ne pas consommer le produit.

Il est possible de le rapporter au point de vente en vue d’une indemnisation. Et ce jusqu’au 11 septembre 2022. Ceux qui ont des réactions allergiques devront rapidement consulter leur médecin traitant. Par ailleurs, les consommateurs peuvent contacter le 09 69 39 79 79 en cas de besoin.

Quelques mises au point sur les rappels produit

Les procédures de rappel ou de retrait s’accumulent ces derniers temps. Il convient donc de faire quelques mises au point à ce sujet. Il faut savoir qu’il y a une différence entre retrait et rappel.

Rappel produit
© Pixabay

On parle de retrait quand on veut, dans l’immédiat, empêcher la distribution d’un produit. On interrompt donc son exposition à la vente ainsi que son offre aux consommateurs. Dans la procédure d’un rappel produit par contre, ce sont les produits déjà mis en vente qui sont concernés.

Et ce, qu’il s’agisse d’un produit alimentaire ou non alimentaire. Dans ce cas, l’alerte est plus importante par rapport à un retrait. Le lancement de la procédure intervient, car le produit présente un risque pour la santé.

Pas besoin de l’aval des autorités

Le lancement d’un rappel produit ne nécessite pas l’aval des autorités sanitaires. En effet, le fabricant peut émettre un rappel de produit tout comme le producteur ou le distributeur. Ainsi, il s’occupe de sa gestion.

La procédure peut ainsi être lancée de manière indépendante. Par ailleurs, la DGCCRF ou l’agence de sécurité du médicament peuvent également procéder à un rappel de produit. Ces autorités peuvent lancer la procédure après des signalements provenant des consommateurs ou des opérateurs.

Par ailleurs, l’alerte peut aussi provenir des autorités européennes. Dans ce cas, pour les produits alimentaires, ils utilisent le système RASFF. Le système RAPEX pour les produits non alimentaires.

Après que le produit a été rappelé, les fonctionnaires font une décente dans les points de vente pour vérification. Ils s’assurent que les produits aient bien été retirés des rayons. Les informations au sujet du rappel doivent être lisibles pour les consommateurs.