Cette raison pour laquelle les bouteilles d’eau ont disparu des supermarchés !

Les Français ont remarqué que les bouteilles d'eau disparaissaient des rayons au supermarché. Il y a d'ailleurs plusieurs causes !

Source : iStock

Les semaines passent et les soucis s’enchaînent. Crise sanitaire, guerre en Ukraine, sécheresse et désormais pénurie, les Français doivent faire face à de nombreux problèmes ces derniers temps. Désormais, ce sont les bouteilles d’eau au centre de toutes discussions.

Une pénurie de bouteilles d’eau

Durant la crise sanitaire, les Français ont dû faire face à une terrible pénurie de papiers toilette mais aussi de pâtes. Et pour cause, à cause du confinement, certains n’ont pas hésité à se jeter sur ces produits.

Alors qu’il n’y avait aucun risque de pénurie, l’affolement des foyers a provoqué cette dernière. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ce phénomène se passe. L’essence a aussi fait face à une pénurie à cause de la peur de manquer.

Désormais, les bouteilles d’eau font l’objet d’une terrible pénurie. La cause ? La peur suite à l’inflation et la sécheresse. Comme pour l’essence, Olivier Dauvers, spécialiste de la grande consommation a donné les raisons de cette disparition.

Dans une interview accordée à Europe 1, il a expliqué pour quelles raisons les bouteilles d’eau avaient disparu. Il a révélé : « Sur les sandwiches, sur les eaux, sur les boissons plus généralement, on est confronté à un problème de surconsommation« .

Avant d’ajouter : « Ce souci est lié notamment au contexte. Quand il fait chaud, on achète évidemment beaucoup plus d’eau. Beaucoup plus de boissons que d’habitude. Donc, on est sur un rythme de consommation plus élevé ».

Olivier Dauvers a alors expliqué : « Et les magasins ne sont pas nécessairement approvisionnés dans les bonnes quantités. Donc il n’y a pas de pénurie d’eau en bouteille. Et il n’y en aura pas ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Axenergie France (@axenergieoff)

« La situation est catastrophique »

Un autre souci est lié à la disparition des bouteilles d’eau. Il y a une grosse pénurie au niveau des matières premières. Le plastique se fait de plus en plus rare. Certaines régions manquent aussi d’eau.

Au mois de juin, en Haute-Saône, les habitants ont dû faire à de gros problèmes de distribution liés au manque de personnel. Sébastien Horvat, patron de plusieurs Intermarché a d’ailleurs donné des infos.

Il a donné des infos sur le manque de bouteilles d’eau dans une interview accordée à l’Est Républication. Sébastien Horvat a expliqué : « La situation est catastrophique. Et je ne suis évidemment pas le seul dans le lot ».

Avant de révéler : « Mes collègues ne savent pas quoi faire. Pour nous, dans la base logistique de Dole, qui arrose l’ensemble des magasins de Franche-Comté, mais aussi de Côte-d’Or, de Saône-et-Loire et du Haut-Rhin, le manque de main-d’œuvre est terrible« .

Le patron a poursuivi : « Là, tout de suite, ils embaucheraient 40 personnes en CDI… « . Avant de pointer du doigt : « Sur certains condiments, on se fait bien moins livrer comme l’huile, voire plus du tout ».

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @mysunrise365

« On paie une sécheresse de l’an dernier au Canada »

En plus de la pénurie des bouteilles d’eau, Sébastien Horvat a rappelé : « Pour la moutarde, là aussi, cela n’a rien à voir avec la guerre. On paie une sécheresse de l’an dernier au Canada, principal exportateur des graines ».

Pour finir, le patron a signé la sonnette d’alarme. Il a déclaré : « Hormis quelques pots d’approvisionnement français, on n’aura plus rien. Et ce, d’ici à la fin d’année ». Mais ce n’est pas tout.

Il a aussi critiqué « l’opportunisme » de « certains fournisseurs ». Il a accusé ces derniers de profiter considérablement de la hausse des prix. C’est en tout cas ce qu’il a balancé.

« Le problème, c’est que le client ne comprend plus. Il n’arrive pas à savoir, et je le comprends, ce qui est vraiment dû à la crise. Or, la crise a bon dos. Tout lui mettre dessus, ainsi que la guerre en Ukraine, c’est mauvais genre ».