Pouvoir d’achat : retraite, carburant, RSA… voici le calendrier des nouvelles mesures

Pour lutter contre l'inflation et améliorer le pouvoir d'achat, des aides sont créées et revalorisées. On fait le point sur le calendrier.

Source : iStock

Début août, les sénateurs ont adopté en première lecture le second volet des mesures en soutien au pouvoir d’achat. De quoi permettre au gouvernement de mettre en place son calendrier pour permettre à ces aides d’être versées. Si la revalorisation des pensions de retraite a pris du retard (elle n’a pas été revalorisée le 9 août comme promis), les autres aides devraient être versées dans les temps. Mais quand ? On vous dit tout !

Pouvoir d’achat : quid de l’aide pour la rentrée scolaire ?

C’est le moment de l’année où les dépenses peuvent être très importantes. C’est pourquoi certains parents attendent avec impatience l’allocation de rentrée scolaire (ARS). Elle est automatiquement versée par la CAF et la MSA pour les enfants de moins de 16 ans. Si votre enfant a plus de 16 ans, alors il faut envoyer une déclaration attestant qu’il est toujours scolarisé. Cette année, les virements se feront le 16 août, plusieurs jours avant la rentrée. Pour rappel, cette aide a automatiquement augmenté de 1.8% en avril dernier. Mais comme toutes les autres aides, elle augmente également de 4%.

Contrairement, elle sera désormais de 392.05 euros pour un enfant âgé de 6 à 10 ans, de 413.69 euros pour un enfant âgé de 11 à 14 ans et de 428.02 euros pour un adolescent qui a entre 15 et 18 ans. Les 4% supplémentaires seront versés début septembre, ne soyez pas étonné si la somme ne correspond pas le 16 août. Le site du gouvernement a fait cette précision. C’est sans doute à cause du retard pris dans les débats. Des retards qui ont des conséquences sur les pensions de retraite.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cathy Poly Apourceau (@apourceau)

Les retraites revalorisées seront versées en septembre

Depuis des mois, le gouvernement annonce une revalorisation des retraites pour le 9 août (cela correspond au versement des retraites du mois de juillet). C’est la première grande mesure du pouvoir d’achat qui a été annoncée. Ce n’est pas étonnant puisque ce sont les retraités qui ont massivement voté pour Emmanuel Macron. Mais voilà, du fait de la lenteur des débats, impossible de verser les pensions revalorisées le 9 août.

La Cnav a annoncé que « la hausse s’appliquera donc à partir du paiement de la retraite du mois d’août, versée le 9 septembre. Le montant correspondant à la revalorisation sur la retraite du mois de juillet sera versé rétroactivement avec le paiement du 9 septembre« . A la rentrée, les retraités toucheront donc la hausse pour le mois de juillet, et la hausse pour le mois d’août. Par exemple, pour une retraite de 1000 euros, le retraité touche 1040 euros avec la hausse des 4%. Mais en septembre, il touchera 1080 euros.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par La Commune (@la_commune_lis)

Une prime exceptionnelle de rentrée pour soigner le pouvoir d’achat

C’est courant septembre que cette prime exceptionnelle de cent euros sera versée. La date précise n’a pas encore été annoncée par le gouvernement. Cette prime n’a rien à voir avec l’allocation de rentrée. D’après Bruno Le Maire, elle est faite pour aider les Français à payer leurs courses alimentaires. D’après CNews, 15 millions de personnes seraient concernées. Toutes celles qui sont concernées par les minima sociaux et qui touchent la prime d’activité. À noter que c’est également au mois de septembre que les aides de l’État seront augmentées de 4 % : RSA, prime d’activité, APL…

En outre, le mois de novembre s’annonce historique. Pourquoi ? Du fait de la disparition de la taxe audiovisuelle, autrefois appelée redevance télé. Après avoir supprimé la taxe d’habitation, Emmanuel Macron compte se débarrasser de cette taxe historique, qui participe grandement à financer l’audiovisuel public. Chaque année, les ménages qui possèdent une télévision doivent payer la somme de 138 euros. Mais cette année, ils en seront exemptés. 

C’est un à gagner de 3.2 milliards d’euros pour l’audiovisuel public. Comment l’État compte-t-il compenser ce manque à gagner ? Par une affectation d’une part de produit de TVA jusqu’au 31 décembre 2024. À noter que les contribuables qui ont mensualisé cette taxe et qui la paient donc depuis des mois, petit à petit, seront évidemment remboursés.