Carburant : la prime maximale de transport des employeurs doublée, les infos

Le texte sur la loi de finance acte le doublement de la prime transport. Cette prime prend en charge les frais de carburant des salariés.

Source : iStock

C’est une bonne nouvelle pour les salariés ! La hausse du prix du carburant prend une grande partie des budgets des Français. Même si les prix connaissent une baisse ces dernières semaines, le prix du carburant est toujours élevé. Les salariés qui vont au travail en voiture sont ceux qui ont le plus de factures à payer à la pompe.

Heureusement, le budget rectificatif adopté lors de l’Assemblée nationale va pouvoir financer leur trajet domicile-travail. Les employeurs pourront ainsi doubler la prime de transport. Cette prime concerne les employés qui se rendent au travail en voiture.

Carburant : la prime de transport double

La décision finale de l’Assemblée nationale sur la loi de finance acte la réévaluation de diverses primes. Avec le budget rectifié de 44 milliards d’euros, le gouvernement va augmenter le montant des différentes allocations. La prime transport en fait partie. Ce dispositif concerne les frais de carburant des salariés d’une entreprise.

Cette aide est exonérée d’impôts sur le revenu ou des cotisations sociales. Le montant de la prime transport était de 200 euros par an. Grâce à la nouvelle loi de finance, cette somme sera doublée à 400 euros par an. Ce plafond demeurera pour les années 2022 et 2023.

Une entreprise pourra donc attribuer 400 euros à son salarié dès cette année. L’employé s’en servira pour régler les paiements de carburant. Dans le cas des salariés français d’outre-mer tels que la Guyane, la Guadeloupe, la Réunion et la Martinique, la prime transport sera triplé.

Ces derniers pourront alors profiter de 600 euros dans le cadre de cette aide exonérée de charges sociales. D’autre part, le prix d’un litre de carburant connaîtra une remise. À compter du 1er septembre, la remise pourrait passer de 18 centimes à 30 centimes.

La réévaluation de la prime transport est un vrai coup de pouce. Cela sera d’une grande aide pour les Français qui ont besoin de leur véhicule pour aller travailler. Cependant, il faut se souvenir que l’attribution de cette aide dépend du choix des employeurs.

Prime sur les frais de carburant
© Capture Instagram

Le choix appartient aux employeurs

La prime transport était initialement réservée aux employés qui ne pouvaient pas venir au travail en transport en commun. En plus du doublement de cette aide, le gouvernement a élargi les conditions d’éligibilité de cette prime.

Désormais, tous les salariés conducteurs de véhicules qui engagent des frais de carburant pourront en profiter. Même ceux qui se déplacent en voitures électriques, hybrides rechargeables ou hydrogène pour aller travailler pourront avoir cette prime.

Pendant deux ans, les salariés pourront cumuler la prise en charge d’une partie de leur titre de transport en commun. Et ce, avec la prime de transport qui leur sera versée pour leurs déplacements entre leur domicile et leur lieu de travail.

Le salarié peut donc aller au travail en voiture avec la prime transport pour payer les frais de carburant. D’autre part, il pourra obtenir le remboursement de la moitié de son trajet en train. Cette accumulation n’était pas autorisée jusqu’à présent.

Carburant
© Pixabay

Pour certaines entreprises, l’attribution de cette aide à tous ses employés pourrait coûter cher. Il faut ainsi que les employeurs aient les moyens de donner 400 euros à chaque salarié de son entreprise. Le coup de pouce dépend en conséquence des employeurs.

D’autres mesures outre sur le carburant

Le projet de loi de finance a aussi relevé une autre mesure en faveur du pouvoir d’achat. Le plafond de défiscalisation du forfait mobilités durables connaîtra une hausse. Les salariés qui optent pour une manière de déplacement plus écologique sont ceux qui en profiteront.

Jusqu’à la fin de l’année 2023, le forfait mobilité durable est boosté de 500 à 700 euros par an. Un salarié qui utilise une bicyclette pour aller travailler aura une allocation forfaitaire défiscalisée d’un montant de 700 euros. Ce coup de pouce durera pendant deux ans.

Par ailleurs, l’employé pourra cumuler le forfait mobilités durables. Et ce, en ne prenant en charge que la moitié du titre de transport en commun. La loi de finance rectificative autorise aussi le rachat des RTT. Tous les salariés du privé pourront vendre leur réduction du temps de travail.

Au début, cette mesure n’était prévue que jusqu’en 2023. Les députés ont fini par le voter pour la faire perdurer jusqu’en 2025. Les employeurs devront au moins donner une somme de 10 % du salaire de l’employé. Ce dernier pourra en discuter avec les responsables de l’entreprise dans laquelle il travaille.