Après 69 ans de vie commune, une maison de retraite commet le pire avec un couple de retraités

C'est un enfer qu'a vécu ce couple si amoureux mais séparé contre son gré par une décision prise par la maison de retraite.

Source : Capture Instagram

Certaines personnes ont la chance de rencontrer leur âme-sœur. Elles en sont sûres, elles passeront toute leur vie avec cet être aimé. Si aujourd’hui, un mariage sur deux se termine en divorce, il existe encore des personnes qui s’aiment pour la vie, et qui ne veulent pas être séparées. C’est le cas d’Audrey et Herbet Goudine qui forment un couple marié depuis 69 ans. Et surtout, ils s’aiment comme au premier jour. Malheureusement, et alors qu’ils s’apprêtaient à fêter les fêtes de Noël, ils ont été séparés.

Un couple amoureux séparé pour la première fois

Depuis le jour de leur rencontre, Audrey et Herbert se sont fait une belle promesse, celle de ne jamais être séparés. Toute leur vie, ils la passent ensemble. Il y a des disputes, évidemment. Des hauts, comme des bas. Des moments de doute, de malheur. Mais aussi des moments de bonheur si intenses qu’ils se rappellent avec les yeux gorgés de larmes. Alors qu’ils sont âgés de 89 ans pour madame et de 91 ans pour monsieur, ils vivent en maison de retraite. Impossible pour eux de rester totalement indépendants chez eux, le choix de la maison de retraite a été fait. Mais ils ont évidemment choisi une chambre double. Rappelez-vous de la promesse : même dans la vieillesse, hors de question pour eux d’être séparés.

Mais avec l’âge, l’état de santé d’Herbert s’aggrave. Il est atteint de démence. Or, les ressources de la maison de retraite ne sont pas suffisantes pour le traiter au mieux. Une décision a été prise : celle de le transférer dans un autre établissement spécialisé dans le domaine de la déficience cognitive. Sans sa femme. Herbert doit donc quitter la maison de retraite et laisser derrière son âme-sœur, celle qu’il n’a jamais quittée.

Le couple est séparé juste avant les fêtes de Noël 

La nouvelle tombe mal puisque c’est au mois de décembre, quelques jours avant les fêtes de Noël, que le couple apprend sa séparation imminente. Ils ne comprennent pas et refusent. Cela fait sept décennies qu’ils ne se quittent pas. Hors de question pour eux d’accepter sans rien faire une telle décision. Leur fille les accompagne dans ce combat. Elle ne comprend et accuse le personnel de la maison de retraite d’avoir fait preuve de froideur et d’indifférence. Elle a simplement demandé à ce que son père soit transféré après les fêtes de Noël. Mais cette requête a été refusée.

Audrey pleure de tristesse quand elle apprend qu’elle passera les fêtes de fin d’année sans l’homme de sa vie. Les deux amoureux disent que c’est le pire Noël de leur vie. Mais le responsable du centre clame ne pas avoir eu le choix, que cette décision n’a pas été prise de gaité de cœur : En effet, elle indique qu’« à ce stade, je dois suivre les règles et les réglementations établies par le gouvernement » et « il est illégal pour moi de ne pas suivre ces règles ».

Audrey et Herbert ont-ils été réunis pour les fêtes de Noël ?

La fille du couple reconnaît finalement que la maison de retraite ne fait que respecter le règlement. Mais elle aurait aimé que la décision soit annoncée avec plus de sensibilité. Elle a du mal à oublier la tristesse de ses parents. Elle se fait alors une promesse : tout faire pour que ses parents puissent passer les fêtes ensemble. Hors de question pour elle de les voir malheureux comme les pierres, chacun de leur côté. Et elle réussit ! En effet, les deux amoureux ont pu être réunis pendant les fêtes. Et quand on sait à quel point le moral est important pour être en bonne santé, on se doute bien qu’Herbert se sentait bien mieux.

Désormais, la fille du couple souhaite surtout les réunir pour de bon, dans le même établissement. Elle ne veut pas qu’ils soient séparés. Elle veut qu’ils passent leurs derniers jours ensemble, comme ils se le sont toujours promis. Cette histoire nous rappelle que le grand amour existe. Que ce n’est pas simple. Qu’il faut se battre. Conclusion, c’est une bataille qui en vaut la peine.