Fabien Barthez : l’ancien gardien des Bleus dévoile sa reconversion inattendue !

L'ancien gardien de l'équipe de France Fabien Barthès n'évolue plus dans le milieu du football, il a découvert "un autre monde".

Source : Getty Images

La carrière des joueurs de football prend fin, dans l’immense majorité des cas, avant l’âge de 40 ans. Le corps humain, même si bien entretenu, a logiquement du mal à suivre le rythme imposé par une vie de sportif professionnel. La concurrence avec la jeunesse n’aide pas. Très logiquement, les joueurs partent donc en retraite tôt. Une toute nouvelle vie les attend. Comme d’autres avant et après lui, Fabien Barthez choisit de rester dans l’univers du foot… avant de découvrir un tout nouveau milieu qui le passionne.

Retour sur l’exceptionnelle carrière de Fabien Barthez 

C’est en portant le maillot du Toulouse FC que le gardien fait ses premiers pas. Il n’est que le troisième gardien du club. Mais les deux premiers se blessent, et c’est donc un Fabien Barthez fébrile et stressé qui fait ses premiers pas en première division. Des débuts difficiles pour lui. « Je suis resté paralysé sur ma ligne pendant une demi-heure« , reconnaît-il volontiers. Mais par la suite, il gagne en confiance. Il dispute 26 matchs sur la saison et relègue finalement les deux autres gardiens sur le banc.

Au stadium, il impressionne un certain Bernard Tapie qui lui propose de rejoindre son club, l’Olympique de Marseille. Son salaire est multiplié par cinq. Le gardien hésite mais finit par accepter. En 1995, il rejoint l’AS Monaco. Il y reste cinq ans puis rejoint un grand club anglais, Manchester United. Il revient à Marseille en 2004 avant de faire une saison, en 2007, au FC Nantes. Une saison compliquée pour lui, la dernière de sa carrière. Il prend sa retraite juste après. 

Mais Fabien Barthez est surtout le gardien des Bleus, celui qui nous a offert la coupe du monde en 1998 et l’Euro en 2000. C’est le gardien au crâne dégarni que tous les autres joueurs embrassent pour lui porter chance. C’est sans doute le gardien de l’Histoire des bleus le plus connu à ce jour. Le plus aimé aussi. En 2000, année de la victoire à l’Euro, il arrive à la onzième place du classement des meilleurs joueurs du monde pour le Ballon d’Or. Un bel exploit puisque cette cérémonie met surtout en avant des attaquants.

Une suite de carrière dans le football ! 

Après sa retraite, il accepte la proposition de TF1. Il devient consultant pour Téléfoot lors de la Coupe du Monde 2010. Une Coupe du Monde gâchée par les piètres performances de l’équipe de France et les problèmes internes avec le sélectionneur, Raymond Domenech. La France est éliminée en phase de poule. Quand son ami Laurent Blanc reprend l’équipe de France en main, il rejoint l’équipe d’encadrement des gardiens de l’équipe. En 2012, il est nommé dirigeant puis directeur général d’un club de l’Ariège, le Luzenac FC. Il quitte le club deux ans plus tard.

Le 10 novembre 2020, il intègre le staff technique de son premier club professionnel, le Toulouse FC. Il est alors consultant. Il occupe cette fonction jusqu’à la fin de la saison 2021. Très apprécié par la nouvelle direction du club, son contrat n’est malgré tout pas renouvelé. Des raisons financières sont évoquées dans La Dépêche du Midi.

C’est sa dernière expérience dans le milieu du football. Mais Fabien Barthez n’a pas quitté le monde du sport. C’est aujourd’hui une nouvelle passion qui l’anime.

Fabien Barthez trouve son bonheur dans la course automobile 

C’est depuis sa participation au Trophée Andros en 2011 que l’ancien gardien est passionné par la discipline. A deux reprises, il participe aux 24 heures du Mans. En 2016, pour sa deuxième participation, il se classe 12ème dans sa catégorie avec son écurie, au volant d’une Ferrari 458 Italia GT2. Il lance, la même année, sa propre équipe avec l’ancien pilote de Formule 1 Olivier Panis.

Cette évolution de carrière est surprenante puisque Fabien Barthez n’était aucunement intéressé par la course automobile. Mais il change d’avis lors d’un passage à Monaco.

« À ce moment-là, en 1995, précisément. Je monte avec Gilles dans la 306 Maxi et je découvre un autre monde, irréel. Il fait des choses avec cette voiture que je n’aurais jamais imaginée. J’étais avec Marco Simone, lui aussi n’en revenait pas. Voilà, je voulais connaître ces sensations, mais au volant« , avait-il expliqué au site Car Life.