Elizabeth II très malade ? Grosse inquiétude pour la famille royale…

Elizabeth II s'est remise il y a quelques semaines du covid-19. Pour autant, elle ne serait toujours pas en forme.

Source : Getty Images

La reine d’Angleterre est-elle actuellement au plus mal ? De nouvelles inquiétudes viennent du fait que la cérémonie de bienvenue à Balmoral a été supprimée. Or, c’est la première fois depuis des décennies que la reine Elizabeth II ne salue pas les visiteurs pour marquer le début des vacances estivales. N’est-elle pas en état de le faire ? C’est la grande question qui inquiète des millions d’Anglais, pas encore prêts à faire du Prince Charles le nouveau roi, surtout après les affaires polémiques le concernant.

Elizabeth II annule une cérémonie historique

La cérémonie n’a pas réellement été annulée. Mais elle a été modifiée pour en faire un « petit événement privé ». La reine refuserait-elle que ses fidèles sujets la voient, alors qu’elle ne se sent pas encore en forme ? Peut-être. Selon The Mirror, une source royale a fait la déclaration suivante : « L’accueil traditionnel à Balmoral est un moment que la reine apprécie beaucoup, car elle peut saluer les habitants qui voyagent pour la voir« . Conscient que les inquiétudes grandissent en Angleterre, le palais de Buckingame a tenté, le dimanche 7 août, de calmer les plus inquiets via un communiqué. Il assure ainsi que la cérémonie privée était « conforme à l’adaptation du programme de Sa Majesté pour son confort« .

Comme la tradition le veut, la reine passe en revue la garde d’honneur de la compagnie Balaklava, 5ᵉ bataillon du Royal Régiment of Scotland. L’année dernière, Elizabeth II a tenu ses engagements. Elle a assisté à un concert de cornemuses et de tambours du 3ᵉ bataillon du régiment. Elle était également partie à la rencontre du caporal Cruachan IV. Mais cette année, aucune caméra et aucun journaliste n’a été autorisé à pénétrer les lieux. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jaime Caroca (@xanm3)

Elizabeth II annoncée morte par un média américain

Il y a quelques mois, le monde entier était sous le choc. La reine d’Angleterre serait morte. C’est en tout cas ce qu’annonce un média américain sûr de lui. Deux jours avant, nous apprenions qu’elle avait été testée positive à la covid-19. L’exclusivité de l’annonce, nous la devons au Hollywood Unlocked. Sur Instagram, le média écrit les mots suivants :« Des sources proches du Palais Royal nous ont informés en exclusivité que la reine Elizabeth était décédée. Elle devait assister au mariage d’Edward Enninful, le rédacteur en chef du Vogue britannique, mais a été retrouvée morte ».

Logiquement, la nouvelle fait le tour des réseaux sociaux. Mais elle est rapidement démentie par le correspondant royal, Omid Scobie. « Non, cette rumeur (en tendance sur Twitter) qui a été lancée sur Instagram est fausse« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Jaime Caroca (@xanm3)

Le Prince Charles et l’encombrante polémique 

Depuis quelques jours, la famille royale est dans la tourmente. En cause, un article écrit par le Sunday Time. Dans ce dernier, on apprend que le prince Charles, futur roi d’Angleterre, a reçu un don aussi imposant qu’embarrassant. Nos confrères expliquent en effet qu’il a accepté un chèque pour financer ses œuvres caritatives. Jusque-là, rien d’anormal. Le problème, c’est que ce chèque provient de la famille du bien connu Ben Laden. La famille du terroriste a donné 1.2 million d’euros au prince Charles, en 2013. Nous apprenons, en outre, que le doyen de la famille, Bakr, âgé de 76 ans, a été reçu par le prince Charles lui-même, chez lui, à Clarence House.

C’est après cette rencontre que le chèque aurait été envoyé à la fondation du prince. Il vient des deux demi-frères du terroriste, Bakr et Shafiq Ben Laden. Pour rappel, le terroriste responsable des attentats du 11 septembre 2001 a trouvé la mort deux ans avant le versement de la somme. Les soldats américains, après une longue enquête, ont trouvé son domicile et l’ont assassiné lors d’un raid. Le 2 mai 2011, le monde entier apprend la mort de l’homme le plus recherché.

Tout de suite, le porte-parole du prince Charles joue son rôle. Son but : minimiser le rôle du prince dans cette transaction. Dans un communiqué, il assure ainsi que « la décision d’accepter a été prise par les administrateurs de la fondation et seulement eux, et toute tentative de prétendre autre chose est erronée ».