Pouvoir d’achat, les mauvaises nouvelles pour la rentrée viennent de tomber…

D’après la prévision des élus, la rentrée s’annonce particulièrement difficile pour les Français. Le pouvoir d’achat vat-il encore baisser ?

Source : Getty Images

Depuis le début de l’année, on parle d’inflation et de pouvoir d’achat. La première et la grande victime de tout cela, c’est bien évidemment l’énergie. Si certains experts craignent une pénurie d’ici l’hiver, les Français ont de quoi s’inquiéter. Selon un article du Parisien paru le 8 août dernier, on a pu constater comment l’exécutif appréhende le sujet. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les nouvelles ne sont pas bonnes.

Le pouvoir d’achat en baisse

La France traverse actuellement une crise. Une crise énergétique qui fait mal aux ménages les plus modestes. Si vous aussi vous espériez voir le bout du tunnel, vous seriez déçu ! À en croire les paroles des experts, on n’en a pas encore fini avec l’inflation.

Face à cela, le nouveau gouvernement a mis en place tout un panel de dispositifs. Cela dans le but d’améliorer le pouvoir d’achat de nos concitoyens. Toujours est-il qu’avec un taux d’inflation de plus de 6 %, ce n’est pas facile.

Parmi les mesures, nous pouvons notamment citer la ristourne de 18 centimes qui sera bientôt remplacée par l’indemnité carburant. Il y a également le bouclier tarifaire. À travers sa communication, on sent que l’État veut « responsabiliser » les Français.

« L’hiver va être compliqué »

Pour surmonter la crise énergétique, l’exécutif mise sur la coopération des Français. Comme durant la crise sanitaire, nos dirigeants incitent la population à la « responsabilité ». D’après un récent numéro du Parisien, les Français devraient se préparer à une rentrée difficile.

Si le projet de loi porté sur le pouvoir d’achat a été voté par le parlement, cela ne règle pas tous les problèmes liés à l’inflation. D’ailleurs, les membres du pouvoir exécutif eux-mêmes en sont conscients.

« On ne peut pas être comme des voyageurs qui boiraient du champagne dans un avion, en ignorant qu’il va s’écraser sur la montagne », rappelle par ailleurs un cadre de la majorité.

De son côté, Marc Ferracci affirme sans langue de bois :

« Il ne faut pas mentir, ça va être dur. L’hiver va être compliqué. Tous les efforts sont faits pour limiter les contraintes, mais il va y avoir des contraintes. »

Notons que le député de Renaissance n’est pas le seul à faire ce constat. Et pour cause, la politique de « quoi qu’il en coûte » de Bruno Le Maire semble obsolète.

Le pire dans tout cela, c’est que c’est en hiver que la France consomme le plus d’énergie. Si le Kremlin coupe définitivement le robinet, il va falloir faire quelques concessions. Ainsi, n’est-ce pas aux élus de montrer l’exemple ?

Montrer l’exemple pour le pouvoir d’achat

Quand on parle d’énergie, on doit toujours tenir compte de la dimension écologique. À ce propos, la décision de l’État de rouvrir des centrales à charbon a fait des mécontents. Par ailleurs, la Première ministre Élisabeth Borne a eu l’occasion de parler d’écologie.

C’était lors d’un déjeuner sur la planification écologique organisé à Matignon. Ainsi, chacun doit respecter les contraintes afin de respecter les exigences écologiques. En gros, il s’agit d’une sorte de « feuille de route verte » que chaque ministre devra respecter.

« Plus on souhaite responsabiliser les gens dans leurs comportements individuels, plus cela suppose que l’État, la puissance publique, montre l’exemple », confie Roland Lescure, ministre délégué de l’Industrie auprès du Parisien.

Bien que noble et louable, cette position laisse tout de même dubitatif. De plus, le risque que cela pèse sur les plus précaires n’est pas à exclure. En dehors de cela, l’image même des politiques leur fait perdre en crédibilité.

À titre d’exemple, qui n’a jamais pensé que les ministres laissent tourner le moteur de leurs voitures et la climatisation alors qu’ils sont dans la cour de l’Élysée ? De même, Emmanuel Macron s’affiche sur un jet-ski lors de ses vacances d’été. Serait-il légitime auprès des Français de faire des « efforts » ?

À ce propos, un Marcheur exprime par ailleurs :

« Je préférais l’image du canoë »

Vous l’aurez compris, beaucoup des membres de l’exécutif ont perdu leur crédibilité à cause des images qu’ils renvoyaient. N’empêche, le gouvernement va certainement miser sur cette carte-là. Ce n’est pas comme si l’État avait trop le choix à part compter sur la coopération des citoyens. Pour sa part, un stratège du gouvernement semble sceptique.

« Ça va être coton », a-t-il dit.