Johnny Hallyday : 5 ans après son décès, le fisc remporte une nouvelle victoire !

En effet, en partant Johnny Hallyday a laissé derrière lui quelques problèmes financiers.

Source : Getty Images

C’est le groupe de rock stars Vieilles Canailles composé de Johnny Hallyday, Jacques Dutronc et Eddy Mitchell qui a été redressé par le fisc. En effet, il semble que l’argent que le chanteur a touché avant son décès soit source de problèmes juridiques et financiers. Le fisc n’a donc pas raté cette occasion pour faire un redressement à ce chanteur pourtant décédé. C’est donc son héritière et veuve, qui se voit accumuler une dette de plus. On vous explique tout ici. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Johnny Hallyday (@jhallyday)

Johnny Hallyday l’héritage 

C’est en décembre 2017 que le célèbre chanteur et showman international Johnny Hallyday a quitté cette vie. Alors qu’il a poussé son dernier souffle dans sa maison à Marnes-la-coquette qu’il avait surnommé la Savannah, il laisse beaucoup de tristesse. En effet, le chanteur était l’une des plus grandes stars Françaises. Il laisse derrière lui des millions de fans en deuil ainsi que sa femme et ses enfants. Mais quelques mois avant son décès, le chanteur s’était produit avec ses amis du groupe Vieille Canailles en juin et juillet 2017. Ce n’était que le temps d’une tournée en France, Belgique et Suisse que le trio était revenu.

La toute première fois que les fans avaient pu voir ce trio de choc était trois années auparavant en 2014 à Bercy pour six représentations. Ces six shows restaient produits par Valéry Zeitoun et Pascal Bernardin avec la société Encore Productions. Capital a d’ailleurs dévoilé combien Johnny Hallyday avait touché pour cela. C’est la jolie somme de 1,5 million d’euros que le chanteur avait mis dans sa poche. Ce montant a semblé versé à Born Rocker Music Inc. Cette société américaine appartient autant à Johnny Hallyday qu’à sa femme Laeticia. 

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Johnny Hallyday (@jhallyday)

Le fisc en opposition 

En effet, quand le fisc a su pour cette affaire de versement en société américaine il était bien sûr contre. Ainsi, le fisc réclame cette somme touchée par Johnny Hallyday. La somme dans sa société américaine doit revenir et resté imposée en France. Et ce même si le résident n’est pas en France. Mais l’avocat de la rockstar et de Pascal Bernardin n’est pas d’accord avec cela. Pour lui, c’est 40 % du cachet qui n’est pas normal.  Cela représente donc 600 000 euros qui ne devraient pas sembler imposés en France. Mais bien dans le pays de résidence, soit les États-Unis.

Pourtant, cet argument ne convainc pas le fisc qui maintient fermement sa décision. “La société Encore Productions de Pascal Bernardin aurait dû payer des impôts sur les 600.000 euros avant de le verser à Johnny Hallyday” d’après nos confrères. C’est donc un redressement de 244 000 euros qui a été posé en 2017, puis rabaissé l’année d’après à 173 958 euros sans bien sûr en oublier les 40 % de malus pour “manquement délibéré”. 

Une grosse défaite

Bien que Pascal Bernardin, producteur de Johnny Hallyday a tenté tant bien que mal de contester, il n’a rien pu y faire. Il a essayé de faire appel à nouveau, mais le résultat reste le même. Mais quand il est allé en cassation devant le Conseil d’État, la haute juridiction lui a mentionné le 5 juillet de cette année que “la société Encore Productions de Pascal Bernardin ne pouvait ignorer que l’intégralité de la somme qu’elle avait versée à Bornrocker l’avait été en contrepartie d’une prestation artistique réalisée en France par M. Hallyday, et était donc imposable en France”. Aucune défense n’a pu contrer cela, c’est donc un échec cuisant