Voici tout ce qu’il faut savoir sur l’augmentation des salaires prévue pour cette année !

Si les députés ont rejeté la demande de la gauche d'augmenter le smic, les entreprises peuvent augmenter les salaires des salariés.

Source : Istock

La loi sur le pouvoir d’achat vient tout juste d’être acceptée par le Sénat, après de vives et longues discussions à l’Assemblée nationale. Mais en ces temps d’inflation et de crise, les Français veulent savoir une chose : les salaires vont-ils être augmentés ? Car les aides de l’État et les primes ne sont finalement que des propositions temporaires qui ne règlent pas le vrai problème du pouvoir d’achat.

Salaire : le Smic ne sera pas réévalué

C’était pourtant la volonté des députés de gauche. Ces derniers reprennent la promesse de campagne de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier souhaite que le Smic passe de 1302.64 euros à 1500 euros. Les députés de gauche ont donc repris cette proposition. Mais cette dernière a été rejetée en bloc par la majorité présidentielle.

D’autres mesures ont cependant été mises en place, comme la conversion des RTT en salaire, la hausse du plafond de défiscalisation des heures supplémentaires, le triplement de la prime Macron accordée aux entreprises. Mais ces dispositifs sont loin d’être suffisants. Pour la gauche, ils sont même contre productifs.

Le rédacteur en chef @Frustration_web, Nicolas Framont, a d’ailleurs répondu à Olivier Véran que ce dernier se félicite des mesures citées ci-dessus : « Une prime discrétionnaire ce n’est pas mieux rémunérer le travail. Devoir vendre ses congés pour vivre un peu mieux ce n’est pas valoriser le travail. Vous sabotez la valeur du travail pour augmenter la valeur du capital et c’est tout ce que vous faites« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @goliaths.io

Une augmentation des salaires de 2.8 % ? 

Le cabinet Mercer a indiqué le 25 juillet dernier qu’une augmentation des salaires à hauteur de 2.8 % devrait se faire cette année, contre 1.41 % l’année dernière, comme le rapporte Capital. “Cette réévaluation s’explique en partie par le contexte économique de reprise de l’activité post Covid-19 après deux années de gel partiel ou complet des salaires ainsi que par une inflation plus soutenue”, indique le rapport publié par le cabinet de conseil.

Si cette augmentation est en hausse, c’est du fait de la crise actuelle. Mais elle est moins importante que l’inflation, évaluée à 5.8 %. Les salaires augmentent, mais le pouvoir d’achat continue de baisser. Tout simplement, car face à l’inflation et la hausse des prix, c’est comme si les salaires baissaient. Mais certaines entreprises veulent jouer le jeu et aider les salariés. Toujours selon Mercer, 71 % des entreprises ont négocié de nouveaux avantages assortis à l’enveloppe budgétaire allouée aux augmentations salariales. Parmi elles, 18 % ont mis en place un plan social pour soutenir les salariés, avec par exemple l’obtention d’un troisième mois, la majoration des tickets-restaurants ou même parfois la distribution de primes fixes.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Laurent Croizier (@laurentcroizier)

Des augmentations plus importantes dans d’autres pays

Cela reste logique. Pourquoi ? Car l’inflation en France est moins importante que dans d’autres pays. Par conséquent, l’augmentation des salaires est forcément plus modérée en France. Pour 2023, les entreprises des quinze plus grandes économies prévoient une augmentation moyenne de près de 5 % en 2022 comme en 2023. C’est 0.1 point de plus qu’en 2021. Plus précisément, l’augmentation réelle des salaires en 2022 devrait être de 4 % au Royaume-Uni, de 3.8 % en Allemagne, de 3.6 % en Espagne. Pour les États-Unis, une hausse de 4 % est prévue en 2022, puis de 4.1 % en 2023. 

Dans le détail, en France, les entreprises privilégient les augmentations individuelles (+1.4 %) plutôt que générales (+1.1 %). Dans le détail, Mercer s’est penché sur les hausses selon les statuts professionnels. Les cadres supérieurs et dirigeants voient leur salaire augmenter de 2.5 %. C’est le même pourcentage pour les managers. Les cadres (ventes) et les ouvriers voient de leurs côtés leur salaire augmenter de 2.55 %. C’est encore plus élevé pour les cadres (hors vente) et les non cadres / employés, avec une hausse de 2.88 %. Cela correspond à un taux médian des augmentations totales qui sont faites. 

Les Français espèrent en tout cas que l’inflation ne se poursuivra pas en 2023. Elle devrait continuer sur sa lancée toute l’année 2022, avant de s’affaiblir l’année prochaine. En espérant que le pic ait déjà été atteint, comme le dit le gouvernement.