Christophe Willem : ce business inattendu du chanteur autour des films… pour adultes !

Christophe Willem a raconté une sacrée anecdote dans « Je t’aime, etc ». Par le passé, il avait un business autour des films pour adultes.

Source : Capture Instagram

Christophe Willem en a fait du chemin avant d’arriver là où il est désormais. Il a énormément travaillé et n’a jamais baissé les bras malgré les échecs. Interviewé dans l’émission « Je t’aime, etc. », le chanteur a raconté une drôle d’anecdote. Dans sa jeunesse, il se serait amusé à dealer des films pour adultes dans l’enceinte de son école.

Christophe Willem : son parcours vers les succès

Christophe Willem s’est fait connaître en participant à l’émission « Nouvelle Star ». Grand gagnant de la 3e édition, il a tout de suite enchaîné en sortant des tubes et plusieurs albums. Ce qui lui a permis de se faire un nom dans l’univers musical français.

Aujourd’hui, le chanteur compte de nombreux fans. Il a connu de nombreux succès, et continue de faire de son mieux à chaque nouveau projet. Lors d’une interview à Gala, l’artiste a confié avoir eu quelques moments de doutes. Notamment après l’échec de son dernier album, Rio, sorti en 2017.

« La tournée s’est très bien passée et ça m’a réconforté, mais j’ai été frustré de ne pas avoir réussi à faire que l’album soit compris (…) ça a été une peur, mais la peur n’empêche pas le danger. Mon album précédent, Rio, a été plus difficile à porter car il n’a pas trouvé son public », a-t-il confié.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Christophe Willem (@christophewillem)

Christophe Willem : son prochain album

Les doutes et la frustration n’ont pas empêché l’artiste de persévérer. Malgré sa déception, il a fait des efforts. Et ce, pour ses fans. Des efforts qui ont visiblement porté leurs fruits, car son dernier single « PS : je t’aime » a rencontré un franc succès. Un soulagement pour Christophe Willem qui a placé de grands espoirs dans le projet.

« Pour mon équipe, c’était le titre du retour, et pour moi, c’est impudique. Pour moi, c’était dur de dire ça, d’avoir une certaine vulnérabilité, et de dire que c’était violent d’avoir été rejeté », a-t-il avoué.

Par ailleurs, le prochain album de Christophe Willem devrait sortir le 16 septembre 2022. Un album qui selon lui est « un exutoire » puisqu’il l’aurait conçu « sans aucune retenue ». Lors d’une interview accordée à Karima Charni sur sa chaîne YouTube, le chanteur a fait quelques confidences concernant le projet. Il a raconté avoir « beaucoup hésité avant de choisir son nom ‘Panorama’ ». Un nom qu’il a choisi pour deux raisons.

« La première c’est que c’est un album qui fait le tour de toutes les questions », a-t-il expliqué.

Dans celui-ci, il revient sur son adolescence, et parle de son « rapport à la se*ualité, les rapports aux médias ». La seconde, c’est que c’est le nom d’une rue dans laquelle il aimait bien se retrouver seul dans sa jeunesse.

« La rue s’appelle ‘Rue du Panorama’ parce qu’on avait un panorama sur tout Paris », a-t-il poursuivi.

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Christophe Willem (@christophewillem)

Un business autour des films pour adultes

En janvier 2019, celui que Marianne James surnommait la tortue a fait des confidences pour le moins étonnantes. Interviewé dans l’émission « Je t’aime, etc. », il a raconté avoir fait du trafic de films pour adultes dans sa jeunesse.

« Moi, à l’école, je faisais du deal. J’enregistrais les films de cul que je revendais ensuite. Il y avait tout un troc », a expliqué l’artiste.

Les camarades de classe de Christophe Willem ne l’ont pourtant pas épargné lorsqu’il était petit. Parce qu’il était quelque peu efféminé, il a souvent été victime de harcèlement.

Christophe Willem victime de harcèlement

Comme il l’a confié dans l’émission « Dans le rétro », Christophe Willem n’a pas eu une enfance facile. À l’école, il n’était pas rare de voir ses camarades le bousculer. Ce qui l’a beaucoup affecté à l’époque.

Au cours de l’entretien, il est notamment revenu sur le jour où ses camarades lui ont craché dessus après l’avoir jeté au sol. Un terrible souvenir qui le hantera pendant de nombreuses années et qui l’a fait s’isoler des autres enfants.

Selon Christophe, ce qui l’a le plus touché « ce n’est pas tant l’acte », mais « la non-réaction des adultes autour ». Le fait est que ces derniers ne sont jamais intervenus pour l’aider à surmonter la dure épreuve malgré sa détresse.

Voici ce que Christophe Willem a raconté :

« J’ai vraiment subi le harcèlement scolaire de plein fouet, d’une manière assez violente (…) C’était un cauchemar. Ce n’était pas de redoubler qui était un cauchemar, c’était le cauchemar de rester une année de plus. »