Pénurie de moutarde : le produit préféré des Français bientôt de retour en rayons ? On vous dit tout

Depuis quelques mois, les pots de moutarde se font rares dans les supermarchés. Quand est-ce qu’on pourra les retrouver dans les rayons ?

Source : Capture Instagram

En France, la moutarde est l’un des produits alimentaires les plus consommés. Notre consommation moyenne de moutarde est équivalente à 1 kg par an et par personne. Cette pénurie est donc difficile à vivre pour la population. Si certains arrivent à changer d’habitude, d’autres en souffrent. Par ailleurs, quelles sont les raisons de cette pénurie ? Et quand est-ce que la production reviendra à la normale ?

Pénurie de moutarde : des multiples causes

Il va sans dire que le conflit sur le sol européen y est pour quelque chose. Toutefois, ce n’est vraiment pas la principale raison de la pénurie de moutarde. En effet, les deux pays en conflits ne fournissent que quelques pourcents de la graine de moutarde nécessaire pour la France.

Ces graines sont les matières premières pour la fabrication des moutardes en pots qu’on retrouve dans nos supermarchés français. Et chaque année, pour arriver à ravitailler toute la France, plus de 35 000 tonnes de graines sont nécessaires.

Il faut savoir que plus de 90 % de ces graines viennent de l’étranger. 80 % de cela proviennent du Canada. Le problème, c’est que depuis l’année le pays a été touché par une forte sécheresse. Cela a bien évidemment eu des conséquences sur les récoltes. En effet, il y a une baisse significative des rendements.

Tous ces problèmes rendent la vie difficile aux Français de s’approvisionner en graines de moutarde à des prix raisonnables. Par conséquent, les moutardes en pots sont rares et on n’en voit presque plus dans les supermarchés.

Quand retrouvera-t-on de la moutarde dans les rayons ?

À l’heure actuelle, il est difficile de dire exactement quand les moutardes seront de nouveau disponibles dans les supermarchés. En ce qui concerne la récolte française, Luc Vandermaesen, directeur de Reine de Dijon et président de l’Association Moutarde de Bourgogne, dit être rassuré dans les colonnes du Parisien.

« La récolte de 2022 en France est 50 % plus importante qu’en 2021 », a-t-il avoué.

Source : Pexels

Fabrice Genin, agriculteur et président de l’association des producteurs de graines de moutarde en Bourgogne, interrogés par France 3, dit la même chose. Selon lui cette saison, la récolte a été « plutôt très bonne » et « dépasse le rendement historique qu’on avait avant 2016 ».

Tout cela fut possible, selon eux, car les insectes ravageurs ont été davantage absents et la météo s’est montrée clémente cette année. Toutefois, ce n’est pas pour autant que la production française arrivera à couvrir tout le pays. Cependant, tout n’est pas perdu, parce que la nouvelle récolte a déjà commencé au Canada et jusqu’ici tout se passe bien.

Interviewé dans 20 Minutes, le président de l’association des producteurs de graines de moutarde en Bourgogne, Fabrice Genin explique :

« Il y aura de nouveau de la moutarde en rayon vers le mois de novembre 2022, et de façon plus importante à compter de débuts 2023, lorsque la récolte canadienne sera livrée en France ».

De son côté, Luc Vandermaesen dit à peu près la même chose, mais avec un décalage de 1 an.

« Je crains que cela ne prenne encore un peu de temps avant de pouvoir se réapprovisionner. Ça sera tendu jusqu’en 2024 », a-t-il expliqué au Monde.

Qu’en est-il des produits 100 % français ?

D’un autre point de vue, cette crise sera l’occasion pour la production de moutarde de ne plus dépendre de l’étranger. Arrêtée puis relancée dans l’Hexagone dans les années 90, la production française doit augmenter. En Bourgogne, berceau historique de la culture de moutarde, le terrain est encore vaste.

Fabrice Genin explique aux Échos leurs objectifs :

« Notre objectif est de tripler les surfaces cultivées dans notre région pour atteindre les 10 000 hectares, soit environ 1 % des surfaces cultivables de la région. Les industriels de la filière ont aussi accepté de faire un effort et consenti à une augmentation du prix des graines qui leur seront livrées ».

© SIPA

Actuellement, le nombre de cultivateurs de moutarde en Bourgogne est d’environ 200. C’est clairement insuffisant pour répondre à la demande des grands groupes dijonnais comme Amora ou Maille.

Le second défi sera de mettre au point une semence plus résistante aux insectes et au climat français. C’est une des raisons pour lesquelles cette filière est sous-exploitée en France.