Les vagues de chaleur de cet été menacent terriblement ce produit adoré des Français !

L’huile d’olive pourrait très prochainement subir une pénurie. Cela s’explique par la sécheresse mélangée au manque de pluie.

Source : iStock

Selon les experts, les pays européens pourraient très prochainement connaître une pénurie d’huile d’olive. Et pour cause, la canicule qui frappe l’Europe depuis maintenant plusieurs semaines. En effet, le réchauffement climatique affecte sévèrement les deux plus gros producteurs de la denrée. Résultat des courses, l’huile pourrait manquer d’ici peu et les prix vont commencer à augmenter progressivement.

Huile d’olive : une baisse de production mondiale

Les deux plus gros exportateurs d’huile d’olive sont l’Espagne et l’Italie. À eux deux, les pays assurent plus de la moitié de la production mondiale. Malheureusement, nos voisins européens pourraient ne plus pouvoir remplir leurs rôles très bientôt.

En cause ? La trop forte chaleur qui frappe l’Espagne et l’Italie depuis plusieurs semaines. En effet, à cause de la canicule et du manque de pluie, « la récolte d’olives de cette année pourrait être nettement inférieure aux précédentes ».

Lors d’une interview à Bloomberg News, Luis Planas, le ministre de l’Agriculture espagnol a expliqué :

« Le secteur des olives est préoccupé par la production d’huile. Il y a aussi de grandes inquiétudes sur le marché concernant la qualité de la récolte à venir et la proportion de la récolte qui sera de qualité extra vierge/vierge et la quantité qui sera classée comme lampante »

Huile d’olive : les prix vont continuer à flamber

Les résultats publiés par le Conseil oléicole illustrent parfaitement les impacts de la sécheresse en Espagne et en Italie. En effet, les chiffres montrent qu’à Jaén les prix de l’huile d’olive ont augmenté de 8,3 % par rapport en 2021.

Ce qui est assez conséquent, surtout si l’on sait que l’endroit est une ville de référence pour l’huile d’olive. Même cas de figure en Italie. À Bari, le prix de l’huile extra vierge a atteint 419,7 euros les 100 g. Dans les deux pays, la canicule mélangée au manque de pluie a fortement affecté la production.

En effet, d’après les derniers résultats publiés, on a enregistré une baisse de 25 % à 30 % en Espagne comme en Italie. Il va sans dire que cette baisse de la production aura de lourdes répercussions. Et ce, du fait que les deux pays assurent une grande partie de l’approvisionnement mondial.

« Comme l’Espagne représente la part du lion de la production mondiale d’huile d’olive, ces réductions entraîneraient un resserrement significatif de la disponibilité mondiale. Pour l’avenir, les acteurs du marché s’attendent à ce que les prix continuent d’augmenter à moins que le temps ne s’améliore et ne donne un peu de répit aux cultures », a expliqué Luis Planas.

L’impact de la sécheresse en France

En France, la situation est tout aussi critique qu’en Espagne ou en Italie. En effet, les oléiculteurs sont assez pessimistes quant à la récolte de cette année. C’est notamment le cas de Jean-Benoît Hugues, propriétaire du Moulin Castelas. Alors qu’il fait pousser des oliviers centenaires sur 45 hectares, l’oléiculteur prévoit de perdre cette année plus de 70 % de sa production.

« En mai, le coup de chaud précoce a grillé les premiers bourgeons printaniers et une bonne partie des olives qui ont survécu sèchent sur l’arbre à cause de la canicule », a expliqué Jean-Benoît Hugues qui n’attend qu’une chose, la pluie.

Une difficulté d’approvisionnement en eau

L’accès à l’eau est aussi un problème majeur pour les oléiculteurs. Dans la vallée des Baux par exemple, moins de 20% des vergers d’oliviers cultivés sur plus de 40 000 hectares bénéficient de la ressource. Même chose en Provence. Pour entretenir leurs arbres, les oléiculteurs sont obligés de puiser l’eau dans les profondeurs du sol.

Notons que cette situation est de plus en plus fréquente ces dernières années. Chose qui préoccupe énormément les producteurs. Le fait est que toutes les variétés sont désormais affectées, même les plus résistantes.

Quelle mesure prendre alors ? Selon les experts, le système d’irrigation conçu par l’Agence de l’Eau Rhône-Méditerranée-Corse et l’Irstea est la solution au problème. Pour information, ces derniers ont mis en place un système d’irrigation à Apt.

Le système consiste à épurer les eaux usées de la commune à l’aide de procédés physico-chimiques pour ensuite arroser les plantes avec. Ce programme baptisé « Réadap’t » intéresse également les oléiculteurs de la vallée des Baux. En effet, ces derniers envisagent à leur tour d’utiliser le principe.