Après l’orque, un nouvel « animal aquatique inhabituel » aperçu dans la Seine !

Un nouvel animal aquatique a été aperçu dans les eaux peu profondes de la Seine. L’identification a été mise en place…

Source : iStock

Ce mardi 2 août 2022, la préfecture de l’Eure a signalé qu’elle avait repéré un animal aquatique « inhabituel » dans la Seine. Sa présence fait penser à celle de l’orque en mai dernier. L’orque qui a perdu la vie après avoir erré pendant quelques jours dans le fleuve. Alors quand un nouvel animal aquatique rôde dans le fleuve, il reste évident que l’on repense à l’orque. On vous dit tout ! 

L’orque dans la Seine en mai

Vous vous souvenez sans doute de l’orque aperçue dans la Seine entre Rouen et Le Havre au milieu du mois de mai. Souffrant de lésions nécrotiques, l’animal a dû faire l’objet d’une euthanasie pour mettre fin à ses peines. Des experts avait réussi à retrouver l’animal aquatique sans vie le 30 mai.

L’autopsie réalisée sur le corps a révélé que l’orque avait succombé à la famine, un état de fragilité causé par la privation de nourriture. Une balle a également été retrouvée à la base du crâne de l’animal. L’ONG Sea Shepherd avait à l’époque communiquée qu’elle offrait une rémunération de 10 000 euros pour toute indication sur le tireur.

Un mois après l’orque, un nouvel animal aquatique a réussi à se faufiler dans l’estuaire du Havre. Sea Shepherd se mobilise alors pour tenter de localiser la baleine. Après plusieurs jours de recherche, l’animal semblait avoir rejoint la mer par ses propres moyens.

Un nouvel animal repéré dans le fleuve

La préfecture de l’Eure a signalé dans un communiqué de presse qu’un « animal aquatique inhabituel » a fait son apparition dans la Seine. L’espèce n’avait toujours pas reçu d’identification officielle, mais il reste certain qu’il s’agit d’un animal de « corpulence moyenne ». Selon certains témoins, il pourrait s’agir d’un dauphin. L’animal aquatique observé dans la Seine mardi 2 août a fait l’objet d’une identification le lendemain. Ce serait en réalité un béluga. Le secteur a été soumis à une surveillance accrue. 

Selon les services de l’État : « Son identification est toujours en cours par les services de l’Office français de la biodiversité (OFB), avec le concours du Service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de l’Eure et de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) ». 

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Rouen le Mag (@rouenlemag)

Selon la préfecture, le béluga reste une espèce protégée résidant habituellement dans les eaux arctiques, subarctiques et dans l’estuaire du Saint-Laurent au Québec. Dans leur communiqué, ils ont alors précisé : « Il arrive à des individus isolés d’errer dans des eaux plus méridionales. Il peut survivre temporairement en eau douce ». 

Animal aquatique, le béluga en danger

Le béluga se trouve dans une zone d’eau très peu profonde. Les autorités demandent aux habitants de ne pas tenter de l’approcher. Cela risquerait « d’accentuer sa confusion » et de réduire ses possibilités de survie. En effet, la préfecture invite les résidents locaux à ne pas essayer d’approcher l’animal. Et ce, dans le but d’optimiser ses chances de survie tout en évitant de renforcer sa confusion.

C’est un animal qui n’a sûrement jamais dû croiser la race humaine. Il est alors probable qu’une rencontre pourrait être plus que dangereuse. Le secteur reste ainsi sous haute surveillance afin de contrôler l’évolution de la situation. La préfecture souligne même si les services de l’État « sont mobilisés pour la préservation de la faune sauvage et poursuivent leur surveillance continue de la population ».