Voici les symptômes du Covid qui frappent des millions de Français, 6 mois après l’infection !

On pense parfois que le covid ne dure que quelques jours. Mais pour certains, les symptômes sont présents pendant des mois.

Source : iStock

Nous avons encore tant à apprendre sur le covid, cette maladie qui a changé nos vies en 2020. Du fait de ses nombreuses mutations, la maladie s’exprime sous différentes formes. Certains symptômes qu’on pense courants disparaissent pour mieux revenir, d’autres sont brefs tandis que certains s’installent sur la durée. Et c’est justement d’un long symptôme qui gâche la vie de millions de personnes dont nous allons parler aujourd’hui.

Perte du goût et de l’odorat : un symptôme du long covid ?

Au début de la pandémie, un curieux symptôme fait son apparition. Les médias expliquent alors que certaines personnes touchées perdent le goût et l’odorat. Pas comme un rhume rendrait ces moins performants. Ils disparaissent, tout simplement. Pour de nombreuses personnes, ils reviennent quelques jours plus tard, une fois que le corps a réussi à combattre l’infection. Mais pour d’autres, le combat commence. Une femme n’a retrouvé le goût et l’odorat que deux ans après avoir été testée positive. 

Malheureusement, elle n’est pas un cas unique. C’est du moins ce que démontre une étude publiée le 27 juillet sur The BMJ, The British Journal of Medicine. D’après cette étude, 5% des adultes développent, après leur infection, des problèmes de goût et d’odorat sur le long terme. Cette étude a été menée par des chercheurs italiens. Ils se sont basés sur 18 publications différentes. Au total, leur travail regroupe près de 3 700 patients.

Les chiffres de l’étude indiquent que 5.6% des patients souffrent de troubles d’anosmie (troubles de l’odorat) et 4.4% d’agueusie (troubles du goût) au moins six mois après avoir eu la covid. Depuis le début de la pandémie, 550 millions de contaminations ont été enregistrées dans le monde. Cela correspond à 15 millions de personnes qui vivent avec des problèmes d’odorat, et 12 millions avec des problèmes de goût.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par VA+ (@va_plus)

Une étude sur les symptômes jugée sérieuse

Le professeur d’immunologie Danny Altmann n’a pas participé à cette étude. Mais dans les colonnes du Guardian, il indique qu’elle est à prendre au sérieux.

« Il s’agit d’une étude solide et importante, nous alertant une fois de plus sur les difficultés inhérentes à la cartographie de l’ampleur des dommages à long terme causés par la Covid-19. Les auteurs ont mené une méta-analyse assez rigoureuse sur plusieurs cohortes, modélisant le temps de récupération du goût et de l’odorat. Il va sans dire que les problèmes de goût et d’odorat ne sont pas anodins pour la qualité de vie. Des études comme celle-ci nous alertent sur le fardeau caché des personnes souffrant de symptômes persistants, mais n’ayant peut-être pas pensé qu’il valait la peine de contacter le médecin généraliste en supposant qu’il n’y aurait pas grand-chose à faire« .

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Qare (@qare.fr)

Que sait-on du long covid ?

La réalité, c’est que nous ne savons pas grand-chose. On ignore pourquoi certaines personnes sont touchées par des symptômes et pas d’autres. Cela dépend sans doute du système immunitaire de chacun. Sur son site internet, la Haute Autorité de Santé indique que « les symptômes les plus fréquemment rencontrés sont une fatigue, des troubles neurologiques (cognitifs, sensoriels, céphalées -NDLR : maux de tête-), des troubles cardiothoraciques (douleurs et oppressions thoraciques, tachycardie, dyspnée, toux) et des troubles de l’odorat et du goût. Des douleurs, des troubles digestifs (NDLR – maux d’estomac, diarrhées… -) et cutanés sont également fréquents ».

La présence de ces symptômes peut être fluctuante, mais ils sont suffisamment présents pour perturber la vie des sujets touchés au quotidien. Aucun traitement n’existe. Il est conseillé au sujet touché de soulager les maux quand cela est possible (un Doliprane pour les maux de tête, par exemple) et de s’armer de patience. Au bout de quelques semaines / mois, les symptômes finissent par disparaître d’eux-mêmes. Sans qu’on sache, une nouvelle fois, pourquoi.

Mais ce genre d’études nous permettent de mieux comprendre la maladie. Les chercheurs font ce qu’ils peuvent pour nous éclairer afin que le covid n’ait plus aucun secret et qu’on soit préparé à l’avenir, si une nouvelle vague meurtrière nous touche. Car c’est bien ça la crainte des scientifiques.