Prime et aide de 6 000 euros : voici les Français qui pourront la toucher et les conditions

La prime Macron permet à certaines entreprises la possibilité de verser jusqu’à 6 000 euros d’aide à leurs salariés. Voici les conditions.

Source : iStock

La prime Macron est reconduite sous une nouvelle appellation. On l’appelle maintenant prime de partage de la valeur. Cependant, il y a une autre nouveauté importante dans cette prime. En effet, le gouvernement a décidé d’augmenter son plafond de manière considérable.

De plus, elle ne fera l’objet ni d’impôt ni de charge patronale. Ce qui est un important coup de pouce en ces temps difficiles. Cela dit, les employeurs peuvent déjà la verser. Pour cela, ils ont jusqu’au 31 décembre 2022.

Les entreprises aptes à verser la prime Macron

Tout d’abord, il y a une remarque importante à souligner. Les entreprises ne sont pas toutes aptes à verser cette prime de partage de la valeur. Seules les entreprises avec moins de 50 salariés pourront en verser. Les sommes peuvent aller de 2000 à 6 000 euros. Pareil pour celles ayant signé un accord d’intéressement.

Pour toutes celles qui ne font pas partie de celles précitées, la prime ne sera que de 1000 à 3 000 euros. Notons tout de même qu’en 2021, la prime Macron à verser était de 506 euros en moyenne. Autre remarque importante, il est possible que la prime Macron atteigne 8 000 euros.

En effet, certaines entreprises ont déjà versé la prime sous sa version précédente cette année. Ces entreprises pourront encore une fois la verser aux prémices du mois d’août 2022. Elles pourront donc verser jusqu’à 8 000 euros au total sur l’ensemble de l’année 2022.

Les employeurs pourront moduler la prime Macron

Cette nouvelle version de la prime Macron est non imposable et ne fait l’objet d’aucune cotisation sociale ou contribution. À verser uniquement aux salariés à rémunération à moins de 3 fois le SMIC, les employeurs pourront également la moduler.

En effet, ces derniers pourront verser la prime en tenant compte de certains critères. Cependant, ils pourront la verser selon la rémunération du salarié ou son niveau de classification. Le versement pourra aussi prendre en considération les conditions de travail du salarié durant la période Covid. Ou encore son temps de travail sur une année.

Comme dit plus haut, la prime profite aux salariés dont la rémunération est 3 fois inférieure au SMIC. Toutefois, un employeur pourra la verser à l’ensemble de ses employés s’il le souhaite. Il ne tient qu’à lui de choisir à qui verser la prime. Il convient tout de même de préciser la catégorie de personnes qui auront droit à cette prime exactement. Les bénéficiaires de la prime PEPA sont les salariés, les apprentis, les intérimaires, mais aussi les agents publics.

Un plafond à ne pas dépasser

La prime Macron est une prime exceptionnelle que les salariés perçoivent depuis 2019. Tout employeur, s’il le souhaite, verse cette prime exceptionnelle, mais sous certaines conditions. Parmi ces elles, le plafond de revenu du salarié.

En effet, celui-ci ne doit pas dépasser un certain plafond. Le but de ce dispositif d’exonération fiscale et sociale est de valoriser le pouvoir d’achat d’un salarié. Cependant, étant une prime d’entreprise, elle n’est pas obligatoire, mais facultative et volontaire.

Le plafond à ne pas dépasser est de 1000 euros. Pour les entreprises ayant signé un accord d’intéressement, le plafond est de 2000 euros. De même pour celles ayant moins de 50 salariés.

Par ailleurs, après l’annonce du projet de loi pouvoir d’achat du 6 juillet 2022, elle pourrait tripler. Ceci étant dit, le montant de la prime PEPA pourrait aller jusqu’à 6 000 euros. Et ce, avec exonération d’impôt si l’entreprise a signé un accord d’intéressement.

Prime Macron : date de versement et de clôture

La prime PEPA profite aux salariés, fonctionnaires ou industriels. La date de versement prévue par la loi est entre le 1er août 2022 et le 31 décembre 2022.

Le 31 décembre 2022 étant la date de clôture des versements selon le projet de loi pouvoir d’achat. L’exonération d’impôt et de prélèvement social court jusqu’à la fin du mois de décembre 2023.

Comme déjà dit, pour les employeurs, le versement se base sur le volontariat. Cependant, le respect des plafonds en vigueur est obligatoire. Les employeurs sont donc les seuls à fixer le montant qu’ils souhaitent verser aux employés. Et cela, en respectant les plafonds mis en place.