Inflation : ces produits bébés touchés par la hausse des prix, gros coup dur !

Aucun secteur ne semble épargné par l’inflation, c’est au tour des produits pour bébé de voir leurs prix s’envoler.

Source : iStock

Le contexte actuel mondial s’est plus que largement répercuté sur le quotidien des Français depuis plusieurs mois déjà. Parmi ces conséquences deux particulièrement préoccupantes. À savoir l’inflation et les pénuries. L’inflation ne semble pas prête de se calmer.

En effet, les derniers chiffre de l’Insee déclare que l’inflation aurait dépassé les 6% en un an. Un chiffre inquiétant pour le budget des Français qui prend un sacré coup. Mais le secteur alimentaire n’est pas le seul concerné. En effet, on peut voir désormais que les produits pour bébé sont, eux aussi, touchés par l’inflation. On vous explique tout ici. 

L’inflation 

L’inflation n’est que le résultat de décisions de pays voisins aux nôtres. En effet, alors que des décisions paraissent prises à grande échelle, c’est le quotidien de tous les Français qui se bouleverse. De cette façon, on a pu constater que les prix ont flambé. En effet, depuis février le taux d’inflation ne cesse d’augmenter. Arrivant pour la période de juillet au taux de 6,1%. Ainsi, les produits ont tous vu leurs prix augmenter. Certains plus que d’autres comme la viande surgelée qui a vu ses prix flambés de plus de 25%. Mais un nouveau secteur semble touché.

En effet, les produits pour bébé paraissent, eux aussi, concernés par l’inflation. Les produits de premières nécessités pour bébé restent généralement vendus en parapharmacie et ont vu leur prix exploser. En effet, les couches de la marque Pampers ont augmenté de 91,3% d’après un reportage diffusé sur France 2 pour le Journal Télévisé de 13 heures. Le prix du lait n’y fait pas exception non plus d’ailleurs.

En effet, d’après les chiffres du Parisien sur l’inflation qui semblent donnés par Audrey Lecoq la patronne de Pharmazon, le lait anticolique de chez Gallia a subi une augmentation de 14% en à peine deux ans. Elle déclare alors au quotidien “Pour les jeunes parents, dont le budget ‘lait’ dépasse souvent 100 euros par mois, la situation est parfois très tendue, surtout quand il s’agit de laits spécifiques, comme les anticoliques ou les antirégurgitation, car on ne trouve pas l’équivalent en grande surface”.

La santé est à risque

L’inflation sévit aussi dans le milieu médical. En effet, les pharmacies ont été dans l’obligation d’augmenter les prix. Mais alors, tous les traitements non remboursés restent bien moins vendus. Faute de budget pour les Français qui ne peuvent pas se permettre de payer autant. En effet, Audrey Lecoq déclare que “Depuis deux mois, 80 % des 320 labos avec lesquels je travaille ont réévalué leurs prix catalogue, le plus souvent de 7 à 15 % ! ”. Une augmentation conséquente qui prive certains Français de leurs traitements.

De nombreuses références coûtent aujourd’hui 6, 7 ou 8 euros de plus qu’avant la crise de la Covid. De plus en plus de Français arrêtent de prendre leurs traitements, faute de pouvoir les financer : spray nasal, contraceptif non remboursé par la Sécu, etc. Chaque jour, des patients repartent sans acheter tel ou tel produit devenu trop cher”. 

La santé est donc devenue, elle aussi, impacté par l’inflation. Certains produits non remboursés ou du moins pas en totalité restent ainsi mis de côté par les consommateurs qui se voient dans l’obligation de refuser des traitements trop onéreux. Si encore le souci n’était que les traitements qui augmentent, mais le problème est bien que l’inflation se généralise