Découvrez les départements bientôt concernés par le retour à 90 km/h !

Alors que les automobilistes avaient pris l'habitude de rouler à 80 km/h, certains départements repassent aux 90 km/h.

Source : iStock

Ils sont 38 départements à envisager de repasser à 90 km/h sur les routes de campagne. Ils le peuvent désormais puisque la loi LOM (loi d’orientation des mobilités) les autorise désormais. Avec cette décision, plusieurs départements autorisent déjà les automobilistes à rouler à 90 km/h. C’est le cas, notamment, du Puy-de-Dôme, de l’Aveyron, de l’Allier, de la Creuse, de la Corrèze, du Cantal et de l’Ardèche.

Les 90 km/h sont plus dangereux ! 

Cette décision prise par le gouvernement n’est pas compréhensible pour tous ceux qui regardent les chiffres. En effet, en passant à 80 km/h, c’est une baisse de 16.3% de la mortalité qui est notée. Ce n’est pas tout. C’est également une décision écologique et économique. En effet, « en passant de 90 à 80 km/h, sur une année en France, on économise un million de tonnes de CO2 {…} On économise aussi 500 millions de litres d’essence », avance la sénatrice écologiste des Français de l’étranger Mélanie Vogel.

Mais pourquoi repasser à 90 km/h ? Pour le gain de temps. C’est ce qu’avance Olivier Amrane, président LR du département de l’Ardèche, au micro de BFM TV : « Avec ce retour au 90, sur 50 kilomètres aller et 50 kilomètres retour, on gagne 10 minutes le matin et 10 minutes le soir, ce n’est pas négligeable quand on a des horaires de travail ». Un calcul qui n’est cependant pas le bon. En effet, on gagne entre 4 et 5 minutes en roulant à 90 km/h au lieu de 80 km/h sur 50 kilomètres. 

Voici la liste complète : Puy-de-Dôme, Aveyron, Allier, Corrèze, Creuse, Cantal, Lozère, Orne, Seine-et-Marne, Côte-d’Or, Meuse, Sarthe, Haute-Marne, Marne, Haute-Saône, Charente, Calvados, Haute-Vienne, Maine-et-Loire, Tarn, Loiret, Gers, Hérault, Jura, Cher, Loir-et-Cher, Hautes-Alpes, Indre-et-Loire, Dordogne, Eure-et-Loir, Deux-Sèvres, Vosges, Charente-Maritime, Mayenne, Haute-Pyrénées, Aube, Indre, Vienne, Isère, Saône-et-Loire, Haute-Loire, Bas-Rhin, Haut-Rhin.

Attention aux radars sur les routes à 80 km/h

Entre les départements qui conservent les 80 km/h et ceux qui décident de remettre les 90 km/h, difficile pour les conducteurs de s’y retrouver. Peuvent-ils faire confiance à leur GPS ? Encore faut-il que ces derniers soient bien à jour. Le mieux est de se renseigner avant le départ pour savoir à quelle vitesse il est possible de rouler sur les routes de campagne. Cela concerne forcément ceux qui partent en vacances au mois d’août puisque c’est à partir du 1er août que les départements sont libres de changer la limite de vitesse. 

Il est important de vérifier car, sur les routes, les radars veillent. Les Français sont habitués aux radars en France. Il en existe plusieurs sortes. Il y a le radar simple qui vous flashe si vous dépassez la limite de vitesse autorisée. Plus problématique, le radar tronçon. Il calcule votre vitesse moyenne sur une certaine distance. Ainsi, même si vous passez au niveau du radar en respectant la vitesse à ce moment précis, il calcule pour vérifier si vous n’avez pas trop accéléré. Il y a également le radar de feu qui permet de verbaliser tous les automobilistes qui grillent les feux rouges. Un certain nombre de comportements dangereux sur la route sont sanctionnés afin de voir le nombre d’accidents être réduit.

90 km/h : un danger sur les routes ?

Ce sont des chiffres officiels, donnés par certains départements. Nous avons notamment ceux de la préfecture de l’Yonne. « Au regard des travaux engagés par le conseil départemental concernant un retour possible à 90 km/h sur certains axes, il est prématuré pour les services de l’État de s’exprimer ».

Mais les chiffres sont là : 41 morts en 2019, 29 en 2020 et 23 en 2021. La mortalité a presque été divisée par deux. Voilà pourquoi le passage au 90 km/h interroge certains. 

Les radars seront en tout cas toujours là pour réduire la mortalité sur les routes. Ces derniers sont en effet connus pour jouer un rôle majeur. Le radar mobile, bien que connu, permettrait d’après l’Insee de diminuer de 11% le nombre d’accidents, et de 25% le nombre de décès. Et s’il permet en plus, grâce à ses flashs, de remplir les caisses de l’État, alors le gouvernement n’a aucun intérêt à les enlever. C’est même le contraire qui se passe depuis des années avec une multiplication des radars sur les routes.