De nouvelles infos tombent après l’analyse des lunettes cassées de Delphine Jubillar

L’affaire Delphine Jubillar est loin d’être terminée. Les enquêteurs viennent d’en savoir plus sur les lunettes cassées de la disparue.

Source : Capture Instagram

Cela fait plus de dix-huit mois que Delphine Jubillar a disparu sans laisser de trace. Depuis ce fameux soir du 15 au 16 décembre 2020, nul ne sait ce qui est advenu de cette infirmière de 33 ans. L’affaire Delphine Jubillar a ému la France entière et ne cesse de défrayer la chronique grâce à ces nombreux rebondissements.

Le mari en détention provisoire

Plusieurs mois après la disparition de l’infirmière du Tarn, les soupçons se sont très vite dirigés vers son époux. Bien évidemment, il n’y a aucune preuve qui permette encore de confirmer la culpabilité de Cédric Jubillar. L’affaire est en cours et comme le rappellent ses défenseurs, le jeune plaquiste est présumé innocent.

D’un autre côté, il existe de nombreux éléments qui pèsent contre lui. Et ce, depuis le début de cette affaire. Pour justifier la mise en examen du père de famille, les enquêteurs ont rappelé quelques faits troublants. En effet, le jeune père de famille n’aurait pas vraiment cherché son épouse le matin de sa disparition.

Lorsque les forces de l’ordre sont arrivées chez eux, Cédric Jubillar faisait la lessive. Drôle d’activité pour une personne qui était en train de perdre sa femme. Après avoir interrogé l’entourage du couple, on a découvert qu’ils s’étaient violemment disputés ce soir-là.

Le couple battait de l’aile. Delphine Jubillar aurait été sur le point de quitter son mari. Elle avait un amant et l’avait déjà présenté à ses enfants. Delphine Jubillar avait pour habitude de se coucher sur le divan. Notons que c’est sa couette que son mari lavait le matin de sa disparition.

Affaire Delphine Jubillar : la situation a évolué

À l’heure où nous écrivons ces lignes, aucun signe ne nous permet d’indiquer qu’elle soit encore en vie. Et ce, alors que les enquêteurs sont toujours à la recherche des traces de son corps. La situation est devenue insupportable pour les membres de sa famille. Ces derniers veulent connaître la vérité afin de conclure leur travail de deuil.

Le 4 décembre 2021, de nouveaux éléments sont apparus dans le dossier de l’affaire Delphine Jubillar. Après plusieurs reports, le juge d’instruction a déclaré « recevable » la constitution de partie civile de la nièce de Delphine, Lolita Escobedo.

« Elle est partie et j’ai pensé que le pire était arrivé », a-t-elle déclaré le 15 décembre.

Quelques jours après ce nouveau rebondissement, une nouvelle piste s’est ouverte. En effet, les enquêteurs se sont aussi penchés sur la relation de Delphine Jubillar avec la femme de son amant. En particulier, un échange d’e-mails qui a apparemment fait sensation.

Selon une source proche du dossier, les deux femmes se sont envoyées au total 25 SMS le 15 décembre 2020 entre 13 h 08 et 14 h 22, et Cathy M. a essayé d’appeler Delphine à quatre reprises. En outre, la source a indiqué que les enquêteurs tentent de déterminer qui se cache derrière un numéro inconnu. Cathy M. l’aurait appelée 145 fois la veille de la disparition de Delphine Jubillar.

Cédric Jubillar, un nouvel élément favorable à son inculpation

Le mari de Delphine, Cedric Jubillar, reste le principal suspect dans la disparition de la jeune femme. Cependant, il est important de souligner qu’il est présumé innocent dans l’affaire Delphine Jubillar. Toutefois, un élément important pourrait tout changer : les lunettes de Delphine Jubillar.

La DGA (Direction générale de l’armement) a analysé les lunettes cassées. Cela a permis de mettre en lumière de nouveaux éléments. Selon Le Parisien, un expert en empreintes génétiques a remis au juge un rapport. Celui-ci confirme la présence de l’ADN de la femme disparue ainsi que de son mari sur l’objet en question.

L’analyse a ainsi affaibli la défense de Cédric Jubillar. En effet, les avocats de celui-ci arguaient qu’il fallait plutôt enquêter sur l’amant de la disparue. D’après le témoignage de leur fils, Delphine Jubillar portait effectivement ses lunettes cette nuit-là. Ils étaient « intacts » jusqu’à ce qu’elle disparaisse.

Selon Le Parisien, la monture des lunettes de l’infirmière pourrait avoir été brisée par « des forces extérieures lors d’une vive dispute la nuit du drame ». Cela conforte l’accusation qui poursuit Cédric pour « meurtre sur conjoint ». Ces nouveaux éléments suffiront-ils pour résoudre l’affaire Delphine Jubillar ?

Nul ne le sait, en attendant, Cédric Jubillar est en détention provisoire depuis le 18 juin 2021. Il se trouve actuellement à la prison de Seysses, dans le nord du département de la Haute-Garonne, dans la région Occitanie.