Un enfant de 3 ans meurt noyé dans seulement 23 centimètres d’eau d’une piscine, terrible drame

C’est une tragédie qui est survenue vendredi dernier alors que l’enfant se baignait dans une petite piscine.

Source : iStock

C’est vendredi dernier dans le département du Gers que le drame est survenu. Un enfant de 3 ans a perdu la vie après une noyade dans une petite piscine. Avec à peine 23 centimètres d’eau et la mère à promiscuité le drame n’a pu être évité.

Un enfant noyé

C’est en effet dans le département du Gers, et plus précisément dans la ville de Gimont que tout cela s’est passé. La maman, alors présente non loin de l’enfant, n’a pas eu le temps de réagir à temps. Comme le rapporte France Bleu “tout est allé très vite, semble-t-il, très vite”. Alors que l’enfant profitait d’une baignade dans une piscine gonflable, la situation a dégénéré. Alors qu’il n’y avait que 23 centimètres d’eau, cela a suffi à causer de la mort de ce petit. En effet, même si l’enfant a été transporté à l’hôpital de Toulouse cela n’a pas suffi. Il est décédé là-bas malgré les soins donnés. 

Une enquête est encore en cours, mais il reste en faveur de la piste de l’accident domestique. C’est en effet, au domicile même des parents que l’enfant s’est noyé. 

De trop nombreux cas

Cet événement ne reste pas un cas isolé. En effet, chaque été, c’est environ 50 décès pour les moins de 13 ans qui occurrent. Le bilan d’année en année ne fait que d’empirer. Pour la moitié des noyades, elles résultent d’un manque de vigilance. C’est donc la moitié des morts qui peuvent s’éviter chaque été. En effet, d’après Santé Publique France, ce sont dans les piscines que les enfants rencontrent le plus de problèmes. Le Figaro rapporte que “On a déploré 1 649 noyades en 2018, soit 30 % de plus qu’en 2015, et 600 ont été fatales. Chez les enfants de moins de 6 ans, la hausse est de 96 % globalement et de 132 % pour les seules piscines privées familiales”. 

La période qui prend le plus de vies reste celle du premier juin à la fin septembre, soit tout l’été. Mais les premiers week-ends que ce soit d’août tout comme de juillet sont les plus à risques pour les noyades accidentelles et mortelles. Les noyades sont bien trop fréquentes. Elle représente la première cause de mort des enfants de moins de 5 ans en Chine. Mais que ce soit aux États-Unis ou en France, elle en est tout de même la deuxième raison principale

Les conseils donnés

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @piscine.tn

L’Organisation Mondiale de Santé tient à souligner que de nombreuses petites actions pourraient sauver de nombreux enfants de la noyade. Il y a en effet des précautions dites simples à prendre quand un ou plusieurs enfants se baignent. En effet, les enfants en bas âge ne doivent pas rester proche d’un point d’eau. Mais il est aussi vivement recommandé d’apprendre dès le plus jeune âge les compétences de base que ce soit en natation ou en sécurité aquatique. 

De plus, la surveillance est un point clé. À partir du moment où un enfant se baigne, il faut toujours l’avoir sous l’œil. Ou qu’un autre adulte le surveille, mais ne jamais détourner les yeux. Comme la mère de cet enfant de trois ans a pu le constater, cela peut aller très vite. Il reste d’ailleurs recommandé de se baigner avec les enfants et de ne pas les laisser y aller seuls. Si dans les films, on peut toujours voir des noyades ou les victimes se débattent énormément, il reste tristement prouvé que les enfants ne font pas de bruit en se noyant. En effet, ils tombent au fond de l’eau et sont ainsi dans l’incapacité d’appeler de l’aide n’y même de se débattre. 

Le Docteur Estelle Darviot a déclaré “Le principal signal d’alerte d’une noyade, c’est un enfant qui ne parvient pas à remonter à la surface de l’eau, qui a du mal à respirer ou qui ne respire plus lorsqu’il remonte à la surface”. Il faut donc toujours faire très attention aux enfants. 

Pour ce qui est des plus grands enfants, pour les adolescents les soucis se passent généralement dans des lieux non surveillés. C’est souvent dû à une consommation d’alcool dans un milieu festif que le plus de noyades semblent répertoriées.